samedi 3 mars 2018

ARTICLE FRANC-MAÇON EN LANGUE DES OISEAUX : VOIE INITIATIQUE DU JE VERS LE NOUS. JE, MOI JE, SYMBOLES DE JÉSUS. NOUS, SYMBOLE D'ISIS

Source 

Note d'In Domino Speravi : Apprendre la langue des oiseaux, c'est apprendre un vrai langage. Il faut donc utiliser les méthodes d'apprentissage d'une langue normale, c'est-à-dire lire régulièrement en cette langue. Voici un article écrit par un franc-maçon, vous expliquant en langue des oiseaux qu'il faut quitter Jésus, Jahvé, symbolisé en langue des oiseaux par le pronom "Je" ou les mots "moi je" pour aller vers Isis, symbolisée par le Noûs grec et le pronom "Nous". L'image représente le graal isiaque c'est-à-dire le calice du sang isiaque lors des messes dites par les prêtres kabbalistes célébrant la messe de Pie V ou les messes du rite n°1 conciliaire (pour les rites 2 et 3, je ne sais pas ce qu'il se passe à la consécration). Je ne comprends pas les écritures autour du calice. Il existe des dizaines d'alphabets ésotériques. Une chose est sûre : quand on a besoin de parler en langage codé, c'est que l'on a quelque chose à cacher.
La légende maçonnique de cette image est : "Âme attelage ailé, avec comme cocher la raison, l'esprit, l'intelligence, comme cheval obéissant, la volonté, le cœur."


Voici à présent l'article maçonnique en langue des oiseaux. Je mets en orange les mots qui symbolisent Jésus, Jahvé et en bleu, les mots symbolisant Isis, Horus. J'ai laissé en noir des mots dont je sais qu'ils sont symboliques mais dont je maîtrise mal le sens. J'ai laissé les fautes d'orthographe au cas où elles seraient symboliques, même si je crois qu'elles ne le sont pas, dans cet article.
VOIE INITIATIQUE : Du « JE » vers le « NOUS »



L’apprenti est comme l’enfant, avant de s’ouvrir au monde, de prendre son essor, il affirme son existence par le « je ». Il est dans le monde de l’avoir, et quoi de plus normal. Il cherche sa place dans le monde qui l’entoure au moyen de ses sens, sa progression va l’amener à donner du « Sens » à sa vie pour franchir les passages successifs, qui vont l’amener de « l’avoir » à « l’être ».

La voie initiatique n’est pas celle de tous, elle est choix. La vie que certains considèrent comme normale est l’écoute passive des egos, les discours sociétaux et politiques sont une longue litanie de « moi je ». Le Franc-Maçon au milieu de sa vie regarde son passé, mais lève ses yeux vers son avenir, cet avenir se trouve dans son cœur, il découvre l’intelligence du cœur qui dépasse sa raison, conscient que son humanité ne lui permet pas de résoudre tous les mystères de la vie, il a besoin de faire grossir son âme, pour atteindre les portes de la spiritualité.

La voie du Franc-Maçon est espérance, il sait qu’il y aura des barrières à franchir pour passer le « Je haïssable » de Pascal ou le« Je honni » de Montaigne, pour vivre le « Je pense donc je suis »de Descartes, compléter par Kant qui voit dans le « je » une unité de conscience qui place l’homme au-dessus de l’animal, avec sa faculté de penser, prendre conscience, étape intermédiaire pour lever le voile des apparences et conquérir son harmonie spirituelle, résonance de son cœur, voie vers le Nous.

Le Noûs des philosophes grecs prend une double signification celle de l’esprit et de la raison, Platon pousse plus loin, plus haut il y voit « la partie la plus divine de l’âme ». Le nous est ainsi soit raison ou interprétation de Dieu ou des Dieux.
Le Franc-Maçon a librement choisi d’écouter son cœur, de se libérer de ses certitudes propres et de celles qui lui sont imposées, de sortir de l’accablement quotidien, des dépressions ambiantes, de la peur de soi et de celle des autres, des inéluctables qui annihilent sa volonté.

Partir à la reconquête de sa jeunesse, pas comme une nostalgie physique, mais rechercher son cœur pur, il ne s’agit pas de bannir son « je », mais de l’accepter et de le faire bouger vers « le nous ». Soumettre avec rigueur son « je » a son tribunal intérieur celui de son cœur, rectifié sans cesse avec son équerre et ouvrir son compas (1).

La société s’individualise autour du « je » qui peine à se modifier, l’alchimie est en panne, la transmutation ne se fait pas le plomb s’alourdit, l’Or spirituel ne brille pas, les milliers d’épis de blé ne se transforment pas en un pain a partager entre compagnons. Il est urgent de ré enchanter le « je » vers le « Nous ». Est-ce un rêve ? Comme le disait Aragon : « Il est permis de rêver. Il est recommandé de rêver. » C’est à moi, à toi, à nous de reconstruire le rêve, d’un monde meilleur.
La Voie Initiatique de la Franc-Maçonnerie avec le ciment de la Fraternité est une méthode pour faire vivre le « Nous ».

JF.

(1) Note d'In Domino Speravi : voir l'article sur le symbolisme de l'équerre (Isis) et du compas (Jahvé).