mercredi 22 mars 2017

ÇA EN LANGUE DES OISEAUX OU LANGUE SYMBOLIQUE - UN CLOWN - SAVOIR = ÇA VOIR - CELA/ THAT - SALUT = ÇA LU. TU ES PETRUS. MAX, HENRI, UN NOIR - CHEMISE BLEUE - SHERLOCK HOLMES - LES MOTS HANC ET MEAM EN LATIN

Ce clown s'appelle ça. 
Il est le symbole de Dieu. 


L'équivalent anglais de "ça" est" it"


Article modifié le 6 avril 2017 puis remodifié le 1er août 2017 : J'ai ajouté l'image avec it ainsi que des précisions sur cela et that (tapez ctrl F + that).

ça est un terme péjoratif à connotation sexuelle servant à désigner Jésus ou Dieu le Père en langue des oiseaux. Le clown ça est le nom d'un méchant clown tueur, symbolisant Jahvé, Dieu.



UN CLOWN à cheveux rouges ridicule ou méchant symbolise Jahvé ou Jésus. 

Le clown est le symbole de Jésus, surtout s'il est roux, car les roux, sauf quelques exceptions, symbolisent Jésus, dans les films ou les livres.


Ronald Mac Donald est un symbole de Jésus ou Jahvé ainsi que Ron (abréviation de Ronald), l'ami roux de Harry Potter, symbolisant Jésus, comme Harry (voir fin article sur alchimie).







Pendez ce clown la tête en bas, dit cette image blasphématoire. Ce gnostique dit tout haut ce que disent en langue symbolique les kabbalistes "chrétiens", hypocritement déguisés en pieux catholiques, depuis le Moyen-Âge.

Saint Pierre crucifié la tête en bas symbolise souvent le vrai Jésus que l'on veut outrager, dans l'imagerie de la kabbale dite "chrétienne" car Jésus est nommé Pierre en langue des oiseaux. Je ferai un article sur saint Pierre, symbole de Jésus.

Tu es Petrus - le ça lu = le salut.

Jésus-hostie est la pierre sur laquelle Isis enseigne aux kabbalistes qu'elle bâtit son Église satanique, grâce aux sacrilèges du culte gnostique (c'est en fait une fiction. Isis ne bâtit rien sur Jésus, les sacrilèges ne donnent aucun pouvoir au démon). C'est un mensonge, mais c'est ce que pense un prêtre ou un fidèle gnostique quand il chante le Tu es Petrus, au salut (ça-lu) du saint Sacrement. Le salut est le ça lu, pour un gnostique. Le terme salut du saint-Sacrement est un terme inventé par la langue des oiseaux de la kabbale chrétienne. Le Tu es Petrus est une prière transformée par la langue des oiseaux en un texte blasphématoire qui s'adresse à Jésus, en kabbale, même si certains ignorants (comme je l'étais il y a deux ans), le chantent avec une bonne intention, en priant pour le pape. 

super hanc petram aedificabo ecclesiam meam. 



Le hanc en langue des oiseaux latine peut être une allusion au ankh égyptien, symbole sexuel isiaque du culte gnostique...  Nous y reviendrons. Dès que l'on voit le mot hanc, en latin d'Eglise, il faut se méfier. Si vous voyez un prêtre qui a ce signe sur sa chasuble, sachez que c'est un ankh égyptien isiaque, indice de kabbale. Parfois l'ankh est maquillé en un P avec une barre horizontale.

Meam signifie peut-être Isis, en langue des oiseaux, me semble-t-il, comme Mea. La déesse Ea avec le M matriciel. (à vérifier. Il y a beaucoup moins de langue des oiseaux latine sur internet que de langue des oiseaux anglaise, donc cela va être plus long à décrypter). Plusieurs sociétés s'appellent Meam. 

Il faut savoir que généralement, chaque sigle à une signification en langue des oiseaux. Les gens ne nomment pas au hasard leur société ou leur association.







Lu =  lecture - Les livres mordeurs d'Harry Potter.

La lecture (lu) est le symbole des images pornographiques auxquelles le gnostique doit penser quand il va à son culte sacrilège. Jésus doit être lu, c'est-à-dire outragé sexuellement, pour un kabbaliste, afin d'obtenir le salut de son âme par la puissance isiaque satanique. Mais le mot salut s'applique aussi au gnostique car le gnostique veut que Isis lise son ça. Donc ce qu'il veut faire à Jésus pour l'outrager, il le réclame pour lui-même, de son plein gré. Le gnostique veut son ça-lu. Cela veut dire qu'il veut avoir un rapport sexuel avec Isis, plus tard, au faux paradis imaginaire gnostique. Le gnostique a une image sexuelle du paradis isiaque.

Un livre est un symbole sexuel de langue des oiseaux, me semble-t-il ambivalent, isiaque (à confirmer) et christique (c'est certain). Les représentations de Jésus et Isis sont souvent avec un livre à la main et avec des lunettes. L'art kabbaliste chrétien représente les faux saints, Isis ou Jésus avec un doigt coincé dans les pages d'un livre ou pointé sur un livre, pour signifier le culte gnostique et peut-être également l'union à Isis. 

(Voir Guénon symboles de la science sacrée. taper ctrl+F et le mot livre. Il dit que Jésus est le livre.) 

Jésus Liber, dans les Demeures philosophales

Fulcanelli écrit, p.53, des demeures philosophales, en parlant de l'hostie consacrée, matière de l'Oeuvre :  "un second ange expose le livre ouvert, hiéroglyphe de la matière de l’Œuvre, préparée et susceptible de manifester l’esprit qu’elle contient. Les sages ont appelé leur matière Liber, le livre, parce que sa texture cristalline et lamelleuse est formée de feuillets superposés comme les pages d’un livre."
Commentaire : 
L'hostie est friable et mince, c'est peut-être la raison pour laquelle elle est assimilée à un livre avec des feuillets. A moins qu'il n'y ait une raison mythologique. Une chose est sûre : le mot matière signifie Jésus-hostie, en langue des oiseaux. La matière grise s'appelle ainsi car le cerveau est le symbole de Jésus et le gris est sa couleur : en effet, c'est par l'hostie consacrée que le yin (noir, Isis) et le yang (blanc, Dieu) s'unissent dans le culte gnostique alchimique sacrilège. C'est ce qu'enseigne la gnose en langue des oiseaux. L'union du noir et du blanc donne le gris donc Jésus ou son Père sont souvent en gris.

En latin, le mot liber signifie à la fois "livre", "écrit composé de plusieurs feuilles", "recueil de lettres", "manuscrit" et "enfant de sexe masculin" (voir gaffiot p. 794). Les mots "enfant", "manuscrit", "feuillets", signifient Jésus en langue des oiseaux. Nous savons que le mot toilettes signifie Jésus en tant que ver, en hébreu (article détaillé à venir). Mais aux scouts, on appelle les toilettes, feuillées. Certains diront que c'est en rapport avec la nature. Pourtant, on peut voir cette image blasphématoire, au mot feuillées, sur un grand site scout :


Ces trois scouts sont l'illustration des "hommes des cavernes", mentionnés dans le texte du site, juste au dessus de l'image. La caverne, la grotte, la cave, sont le même symbole sexuel féminin isiaque, en langue des oiseaux, donc les "hommes des cavernes" sont la Trinité en Isis, à cause du culte gnostique). Ils sont représentés aux feuillées et symbolisent la Trinité gnostique.

Si vous regardez les postérieurs des trois scouts déculottés, vous voyez que ce sont des têtes de bonshommes dans l'ordre de l'arbre de vie étant vu de face : à gauche, Dieu le Père, au centre Jésus qui fait un peu la grimace, à droite, il y a un petit nœud sur la fesse extérieure : c'est le symbole féminin d'Isis qui a pris la place de l'Esprit Saint et qui est appelée mensongèrement "Esprit Saint" par les prêtres kabbalistes. On retrouve le symbole du petit nœud symbolisant Isis dans le chaton Kitty.

Kitty-Isis avec son nœud (qui est Jésus-ruban - article à venir) chevauchant une licorne, symbole isiaque. Une chatte blanche est toujours le symbole d'Isis dans la culture actuelle (ex : Duchesse dans les Aristochats et sa fille Marie (Isis bis) qui a un nœud elle aussi. Thomas O' Malley, symbole de Jésus a le nœud papillon et est roux.



Donc on voit que les feuillées sont associées à l'idée de culte gnostique sacrilège et de Dieu. Certains sites scouts écrivent d'ailleurs les feuilléesfeuillets, faute révélatrice, due à la langue des oiseaux. De nombreuses fautes d'orthographe sont dues à la langue des oiseaux car les enfants écrivent l'homonyme auquel le texte fait référence en langue des oiseaux, même si cela n'a aucun sens dans le contexte exotérique, c'est-à-dire dans le sens officiel normal. Les enfants, formatés au blasphème par leurs parents et les prêtres gnostiques, comprennent très bien le sens ésotérique des textes et raisonnent en mode ésotérique dès qu'ils font une dictée (car elles ont le plus souvent un sens ésotérique). Tous les textes littéraires étudiés actuellement sont en langue des oiseaux. Dès le Moyen Âge, la kabbale a occulté les auteurs non gnostiques pour qu'ils ne passent pas à la postérité. 


Le verbe feuilleter signifie violer Jésus dans le culte gnostique mais également violer hors du culte gnostique. 

Par exemple, un encart publicitaire télévisé luttant contre la pédophilie représente un homme, tenant un livre ouvert à la main, symbole du viol qu'il s'apprête à commettre sur une fillette allongée dans son lit et dont il retire les couvertures, sous le regard d'un ours en peluche qui pleure. Je pense que cette vidéo est symbolique à plusieurs égards mais il faut que j'étudie encore certains symboles. Nous essayerons d'y revenir plus tard. L'ours en peluche symbolise Jésus.



Un feuilleté est un gâteau symbolisant Jésus violé. (Il y aura un article plus détaillé sur la feuille, les feuilles mortes qui se détachent d'un arbre (symboles de l'émasculation), le verbe feuilleter et le feuilleté.) 

Ces symboles sont très pénibles à étudier mais c'est absolument nécessaire si nous voulons démasquer les hypocrites soi-disant chrétiens qui diffusent cette culture de mort et leurs faux pasteurs déguisés en prêtres pieux. Les enfants sont scandalisés (c'est-à-dire initiés au mal, souillés) par la kabbale et les faux chrétiens depuis leur enfance. La kabbale est obsédée du sexe. C'est ce qui explique la pédophilie et toutes les turpitudes actuelles. Les gens sont baignés dès leur enfance dans ces symboles pornographiques qu'ils comprennent très bien, même s'ils font semblant. L'hypocrisie est parfois ignoble à regarder, surtout chez les faux chrétiens, mais il faut élever son âme vers Jésus et ne pas se laisser entraîner par la haine. Il est mort pour eux. Si nous les haïssons, nous ne pourrons pas les sauver. Il faut haïr leurs actions mais prier pour eux.

La Bible est un symbole sexuel mais je ne sais pas s'il est toujours christique. Il semble que oui, si l'on en croit cette image.



Dans Harry Potter, au tome 4, il y a des livres en forme de crabes vivants, qui mordent les élèves sorciers. Le crabe (symbole du cancer), les livres mordeurs, sont le symbole de Jésus. 


Le ça de savoir (ça-voir)- Le gai sçavoir

Nous avons déjà vu dans l'article sur la langue des oiseaux que cette langue de la kabbale s'appelait également gai savoir, ou plus exactement gay sçavoir, si nous voulons rester fidèles à l'orthographe initiale. Ce terme fut inventé par Rabelais qui a écrit toute son oeuvre en langue des oiseaux, c'est enseigné officiellement par la kabbale.


Que signifie ça-voir  ?


- ça et it signifient le plus souvent Jahvé, le vrai Dieu dont on se moque souvent de façon grivoise. 

cela et that me semblent avoir une signification ambivalente, signifiant tantôt Jésus, tantôt Isis. Mais d'après les exemples choisis par les dictionnaires Larousse en ligne et cnrlt en ligne ainsi que les images, cela signifie avant tout Jahvé ou Jésus, dans 90% des cas au moins, à mon avis. 

Rappel : tous les exemples des dictionnaires sont en langue des oiseaux et apprennent aux gens la signification du mot, à la fois en langue des oiseaux et en langue normale.




Ces trois premières images symbolisent Jésus. L'escargot est un symbole de Jésus. cf. par exemple "l'escargot tout chaud" de la chanson "une souris verte"

Mais voici une image qui symbolise Isis.


J'ai deux autres images érotiques avec that, que je ne mets pas. L'une avec une femme seule, symbolisant Isis, avec l'inscription Pop that, le mot "that" lui rentrant dans les fesses, et l'autre avec une femme (symbolisant Lilith) sur un homme nu la bouche ouverte (symbolisant Jésus) et l'inscription goodbye to all that. (au revoir à tout ça, c'est-à-dire au revoir à Jahvé). Un homme la bouche ouverte symbolise très souvent Jésus en train de se faire "violer" par le culte kabbaliste (la bouche est un symbole sexuel.) 

Cette image symbolise Jahvé, portant Lilith sur son dos. Cette position symbolise la sodomisation de Dieu par le diable isiaque. Elle est fréquente dans le symbolisme blasphématoire kabbaliste.  Dans les films et en littérature, la fille symbolise très souvent Isis et le Père symbolise Jahvé, assimilé au Dieu Râ (ce qui a donné rat). Je ne sais pas avec certitude ce que symbolise that, ici. Peut-être le sacrilège. La fille est en violet, couleur d'Isis-violette et de l'acte sexuel (le violet est le mélange du bleu isiaque et du rouge, couleur attribué le plus souvent à Jahvé.)


Image symbolisant Isis en Jahvé. On retrouve le symbolise du réverbère isolé, dans le that, symbolisme que je maîtrise encore mal. Le réverbère symbolise probablement Jésus. On voit également le symbolisme du réverbère dans Le Petit Prince d'Antoine de Saint- Exupéry, livre kabbaliste qui fait s'extasier toute la kabbale dite "chrétienne", et dans l'histoire de Narnia (1). La colonne Morris symbolise Jésus. Il y a de nombreux profils nommés Morris Jésus, sur facebook. Il y a également neuf profils associant Maurice et Jésus dans leur nom. Le prénom Maurice symbolise Jésus, en français. cf. par exemple Maurice, qui meurt misérablement des suites de l'incendie du château, brûlé et difforme, dans François le Bossu de la comtesse de Ségur. C'est une image de Jésus mourant des suites des sacrilèges kabbalistes. (Je rassure mes lecteurs, c'est faux). Nous ferons un article sur la comtesse de Ségur, plus tard. La gnose éduque à la cruauté et à l'hypocrisie, dès le plus jeune âge.

- Parfois, par extension ça signifie le sexe en général. 

- ça signifie également souvent le culte gnostique sacrilège ou bien un symbole blasphématoire du phallus christique symboliquement coupé par le culte gnostique sacrilège de Cybèle sur les hosties. 

Les jeux de mots à partir du mot ça sont innombrables. Ce mot est employé le plus souvent pour parler symboliquement du culte gnostique sacrilège. "ça-voir" c'est voir ça, c'est-à-dire parler de façon grivoise du culte gnostique sacrilège.


Qui a fait ça ?

Cette phrase, fréquente dans les films et les bandes dessinées, est employée pour désigner le sacrilège et elle est souvent prononcée par le personnage représentant Jésus ou Jahvé, recevant un seau d'eau sur la tête ou tombant à cause d'un obstacle.


SYMBOLES DE : MAX. HENRI. SHERLOCK HOLMES. UN NOIR


On peut regarder par exemple sur ce lien une vidéo symbolique, nommée qui a fait ça ? dans laquelle un garçon est transformé en personnage à la peau bleue (ce garçon, nommé Max, symbolise Jésus.) C'est pour cela que bien que le bleu soit une couleur à dominante isiaque, Jésus étant teinté en bleu isiaque, le bleu peut également le désigner. 

Chemise bleue

Un homme en chemise bleu ciel symbolise souvent Jésus, parfois Lucifer. Les gnostiques se mettent souvent une chemise bleue pour signifier leur appartenance à la gnose, sur les CV, sur les blogs, dans les vidéos, les photos de profil. Un prêtre gnostique peut faire des vidéos avec une chemise bleue sous sa soutane, chemise dont il s'arrange pour montrer les manches. Je ne dis pas que tous les hommes ou les prêtres à chemise bleue sont des gnostiques, mais si c'est pour une vidéo publique ou une rencontre ou un discours officiel, ce peut être un indice. Il faut cependant d'autres indices avant d'accuser quelqu'un. Cela n'interdit pas d'acheter des chemises bleues à son mari, mais il faut connaître ce code.

Dans la vidéo qui a fait ça, on apprend qu'Henri est également victime d'un coup monté. Un enfant noir mène l'enquête, déguisé en Sherlock Holmes. Ces trois enfants Max, Henri et le petit noir, symbolisent la sainte Trinité chrétienne. Nous avons déjà expliqué le symbole du noir qui est le roi Céphée d'Éthiopie, symbole du fou du tarot, époux de Cassiopée, symbole de Jahvé (cf. Le tarot des imagiers du Moyen âge d'Oswald Wirth).


Le prénom Henri et le prénom Max sont fréquemment employés pour symboliser le vrai Dieu. Si vous téléchargez l'article sur les prénoms en langue des oiseaux, (voir cet article) vous aurez des informations intéressantes sur Henri, Henry, Harry

Ce nom de Henri signifie "une vieille voiture"

Aller voir Henry signifie aller aux toilettes. Pour dire aller aux toilettes on dit entre autres : to go to sir Harry, to see Henry. 

to look for Henry signifie : chercher un pigeon (au jeu). Or le pigeon est un animal désignant Jésus et un vrai chrétien non gnostique un peu naïf et bête (voir l'article diamant). 

Harry vient probablement du strong hébreu Ariy signifiant lion, venant lui-même de Arah, qui signifie "arracher avec violence" (référence à "l'émasculation" du culte cybélien sacrilège, à mon avis). Fleur, symbole d'Isis, appelle Harry Potter, Ary, dans les reliques de la mort.


L'expression relax Max, s'adresse à Dieu qui est appelé Max parce qu'il est puissant. Maximus veut dire "le plus grand, très grand" en latin.


Henri IV symbolise également Jésus si l'on fait un roman ou une nouvelle en utilisant ce roi comme personnage. Presque tous les rois symbolisent Jésus ou Jahvé, si ce n'est tous, je ne sais pas encore : François Ier, Charles, Louis, ces prénoms sont utilisés pour personnifier Jésus dans les histoires. 

L'enfant noir de la vidéo qui a fait ça ? est déguisé en Sherlock Holmes car Sherlock Holmes et Watson symbolisent respectivement Dieu le Père et Dieu le Fils. Ils habitent à Baker Street, rue du boulanger. Un boulanger symbolise Jésus ou Dieu le Père, à cause de l'hostie qui est faite de pain azyme. 

Sherlock se drogue et l'une des représentations blasphématoire de Dieu est d'en faire un drogué, à cause du culte gnostique. J'expliquerai davantage plus tard pourquoi le culte gnostique est assimilé à une drogue. La drogue signifie le vrai Dieu, en langue des oiseaux (un article vient). 


Jésus avec du cannabis

Il y a très probablement un jeu de mot dans le prénom Sherlock Holmes, mais je n'ai pas le temps de l'étudier pour l'instant. 

Le ça, le moi, le surmoi

Freud, kabbaliste très haut placé, membre éminent de plusieurs organisations occultes (cf. livre d'Epiphanius, maçonnerie et sociétés secrètes) a inventé le ça, le moi et le surmoi en référence, me semble-t-il, à l'arbre de vie.

Le ça est Jahvé, le moi est l'axe central, le milieu, c'est-à-dire Jésus hostie et le surmoi me semble être Isis. 

Dans l'image ci-dessous de l'institut Pandore, le bleu (couleur le plus souvent isiaque) est attribué au surmoi et le rouge (couleur le plus souvent attribuée au yang-Jahvé) est attribué au ça. Les mots morale, éducation et loi sont attribué à Isis en langue des oiseaux (article vient). Dans ce tableau ils illustrent la notion de surmoi.




Le ça, attribué en langue des oiseaux soit à Jésus, soit à Dieu le Père, est plus fréquemment attribué à Dieu le Père. 

Le surmoi : Lilith

Le surmoi est parfois critiqué, ce qui rend difficile de discerner qu'il se rapporte à Isis et j'espère donc ne pas me tromper, concernant ce mot. 
Cependant, la notion d'être sur Jésus est lilithienne car dans les mythes kabbalistes, Lilith a toujours un rapport sexuel en se mettant au-dessus de l'homme. Elle a été en conflit avec Adam à ce sujet et aurait été la première femme avant Ève. Ève aurait été créée en remplacement de Lilith. C'est un mythe symbolique signifiant que Satan-Lilith a été en conflit avec Dieu, symbolisé par Adam. 

Cette notion de la Lilith au-dessus  est fréquemment employée en gnose et dans l'imagerie des BD. Une femme au-dessus d'un homme lors d'un rapport symbolise systématiquement Isis-Lilith. L'homme symbolise Jésus. Je suis désolée de parler directement de ces symboles sexuels mais ce symbole est l'un des plus fréquemment employés. On peut le rencontrer quand on étudie le culte gnostique sacrilège et il est indispensable de le connaître si l'on veut comprendre la gnose et la langue des oiseaux. 
C'est l'explication du yin au-dessus du yang, dans l'article yin-yang.



Voici un extrait d'un article blasphématoire illustrant Jésus lors du culte gnostique. Truc et machin sont employés à la fin de la citation de cet article. Ils symbolisent Jésus (article à venir). Les trois dessins monstrueux symbolisent Jésus déformé par le culte gnostique, dans le même esprit que le Baphomet. (voir article alchimie pour davantage d'explications sur le culte gnostique sacrilège). Le mot toi symbolise Isis et moi symbolise Jésus (article à venir sur ces mots). :


Extrait de l'article :


Classé dans : semaine sainte, science — wolivié @ 11:25



J’ai mis fin vite fait au jeu-concours du 19 novembre…

Au fond, je ne tenais pas à ce que quelqu’un trouve la solution.

Certaines choses sont trop précieuses pour jouer avec, et ceux qui ont fait mon histoire méritent mieux que d’être recherchés sur internet. D’autant que vous lancer une bio à la figure, comme celle du 26 novembre, ne vous racontait rien de ce que je voulais dire.

J’ai donc rien dit.

Pouf pouf…

Heu… Si ce n’est ça.






C’est important, ça.
Ça, c’est comme ça.



Ou comme ça.

Mon pote Wiki, il dit toujours :



« Conceptuellement, le Ça représente la partie pulsionnelle de la psyché humaine, il ne connaît ni normes (interdits ou exigences), ni réalité (temps ou espace) et n’est régi que par le seul principe de plaisir, satisfaction immédiate et inconditionnelle de besoins biologiques. C’est donc le centre des pulsions, des envies qui constituent l’énergie psychique de l’individu. Le Ça est une instance entièrement inconsciente. C’est l’instance dominante chez un nourrisson qui ne fait pas la part entre réel et imaginaire et a un sentiment de toute-puissance.

Il se heurte le plus souvent, et le plus violemment, au Surmoi qui est le centre des normes imposées (par l’extérieur, la société, la déontologie…), des interdits. Le Surmoi interdit la satisfaction des pulsions du Ça et les refoule.

Cette lutte intérieure génère des conflits qui s’extériorisent par le Moi, le résultat devenu conscient et en contact avec l’extérieur.

Le Ça est donc la résultante, d’une part d’un capital inné et héréditaire, somme des caractères de l’espèce (sexualité, agressivité), et d’autre part de l’acquis de l’individu, résultat de son expérience et du refoulement des pulsions qui n’ont pu s’exprimer (et qui réapparaissent sous une autre forme). »



Ces trois dessins, traces de mes nuits que mon crayon notait chaque matin au réveil, sont donc bien du Ça.


Du pur truc-machin.


Je sais que de vous les lancer à la figure ne vous raconte rien de ce que je voudrais vous dire, à par ça." (fin de citation)





Conclusion



L'étude du mot ça mène à l'étude de symboles sexuels blasphématoires ou de symboles du culte gnostique sacrilège. La gnose est dégoûtante et mensongère. On ne cesse de faire de la pornographie quand on étudie la gnose. En fait, un gnostique joue à l'intellectuel, mais il ne sait souvent que délirer sur les symboles fréquemment sexuels qu'il s'est inventé. Quand on étudie la gnose, on voit que c'est un délire d'obsédés sexuels haineux et déjantés. Le kabbaliste brasse sans cesse des symboles et des représentations sexuelles imaginaires. Le problème est qu'à force de baigner dans ces représentations sexuelles, certains passent à l'acte, qui lui, n'est plus imaginaire. 

Les sacrilèges sont réels, la pédophilie des prêtres gnostiques également. La haine que ces prêtres portent à Jésus va de pair avec la haine qu'ils portent aux hommes, elle va de pair avec la cruauté. De nombreux prêtres ou fidèles gnostiques sont des criminels endurcis aimant faire souffrir, sadiques, aimant le viol, aimant le diable. De même qu'ils font semblant d'aimer Jésus tout en faisant des sacrilèges, de même ils font semblant d'aimer les fidèles, leurs amis, gnostiques ou non, alors qu'ils les haïssent s'ils ne sont pas gnostiques, ou les méprisent, s'ils sont des gnostiques croyant encore à la justice. Les prêtres gnostiques sont souvent des satanistes purs et durs, des criminels dans l'âme. Pas tous cependant. Je crois que certains ont plus l'esprit christique que d'autres. Il y a des degrés de vice différents. J'espère que beaucoup d'entre eux se convertiront, les satanistes durs comme les autres.

Note :


(1) Extrait d'un article kabbaliste sur le lampost (réverbère) de Narnia. Cet article dit que le lampadaire est Jésus et qu'il ne faut pas suivre Jésus mais Dieu (c'est-à-dire Isis) :


"When the Pevensie children enter into Narnia from the wardrobe they encounter the lamp post. A piece of their world in the world of Narnia, out of place and out of context. What is this? What is Clive Staples Lewis hinting at?

If there is one thing I know about Lewis' analogical tale, everything has a meaning and often more than one. Aslan is Jesus, the stone table the Cross.... I could go on but that would be getting off the topic at hand, the lamp post. The origin of the lamp post comes from "The Magician's Nephew" (which being the second book makes it a prequel meaning George Lucas has been pipped at that) where the white Queen herself takes a broken lamp post with her to Narnia where amazingly it grows into a new one" (...)
"Jesus is the lamp post familiar and out of context at the same time. Human with flesh and blood able to die and also divine and risen Lord of all. The archetype is one that God uses and continues to use, bringing people and places, organisations and even memories to use. So when you read this and remember these lamp posts, these things that are used by God familiar yet out of context to where you think it should lead. We should not glorify the lamp posts but God who put them there. Don't look for them because like the lamp post they will come when you least expect them, even in a wardrobe."