mardi 10 mai 2016

Jéricho, image de la gnose. Rahab, image des gnostiques qui vont se convertir. Les bons mensonges.



L'histoire de Rahab est très intéressante. Elle montre la miséricorde du vrai Dieu qui ne punit pas ceux qui sont de bonne volonté, prêts à se convertir. 

Rahab était une courtisane païenne qui vivait à Jéricho. Elle a caché deux espions envoyés par Josué pour reconnaître cette ville qu'il voulait assiéger et détruire, sur l'ordre du vrai Dieu. Ces deux espions juifs ayant été aperçus entrant chez elle et ayant été dénoncés, Rahab a menti aux soldats qui venaient lui demander de les livrer, en disant qu'ils étaient déjà partis de chez elle. En réalité, elle les avait cachés sur sa terrasse, sous de la paille. Quand la nuit est venue, elle a fait échapper les deux hommes par une fenêtre de sa maison qui donnait à l'extérieur des murailles de la ville.

Rahab avait eu auparavant une conversation avec ces hommes. Elle leur avait exposé la terreur des habitants de Jéricho qui, connaissant les miracles que Dieu avait fait pour les Juifs, se savaient perdus d'avance. Elle savait que le Dieu des Juifs était le vrai Dieu infiniment puissant et en échange d'avoir sauvé la vie des deux hommes par son mensonge aux soldats, elle a demandé d'obtenir la vie sauve pour elle et toute sa famille : père, mère, frères, sœurs et tout ce qui leur appartenait. Les deux hommes lui ont fait le serment de la sauver, elle et toute sa famille. Josué y a veillé. 

Par la suite, les hommes de la famille de Rahab se sont fait circoncire et toute cette famille païenne est devenue une partie du peuple élu. Rahab a épousé un Juif de la tribu de Juda : Salmon. Salmon et Rahab ont engendré Booz, lequel s'est marié avec Ruth. Ils ont engendré Obed, qui a engendré Jessé, qui a engendré le roi David. Rahab, la prostituée convertie, est donc une aïeule de David et de Jésus. Jésus n'a pas dédaigné avoir dans sa famille une pécheresse païenne convertie.

Rahab est une preuve de l'amour du vrai Dieu pour toutes les âmes, même les plus pécheresses. On peut faire un parallèle entre Jéricho, qui, de l'avis des pères, représente le monde pécheur, et le monde gnostique ayant infiltré l'Eglise. Don Jean de Monléon décrit dans son livre sur Josué les mœurs des habitants de Jéricho et des villes avoisinantes : c'étaient des mœurs païennes sataniques, comportant des sacrifices humains et des débauches. Les atrocités de Jéricho sont celles de la gnose et d'Isis. L'Eglise étant actuellement la proie des gnostiques sataniques non moins féroces et non moins débauchés que ceux du temps de Josué, on peut comparer ces gnostiques aux habitants de Jéricho. De même que Rahab s'est convertie et a été sauvée, de même certains gnostiques vont se convertir et vont être sauvés. De même que Rahab a engendré des saints, de même ces gnostiques convertis, pour certains d'entre eux, seront saints et engendreront des saints.


Les bons mensonges

Si Rahab n'avait pas menti aux soldats, les espions juifs auraient été tués. Si Judith n'avait pas menti à Holopherne, les Juifs auraient été massacrés par ce monstre. Il y a une controverse parmi les théologiens pour savoir s'il est permis de mentir dans ces situations extrêmes, pour éviter des injustices graves ou des meurtres d'innocents. Certaines bibles mettent des petites notes disant que l'Ecriture n'approuve pas les mensonges de Rahab... Mais elles ne disent pas où c'est marqué dans l'Écriture. La Somme théologique dit de son côté que Dieu n'a pas félicité Judith d'avoir menti et qu'il aurait été plus parfait qu'elle ne mente pas. A mon avis, ces notes bibliques sont fausses (sauf si l'on me donne la citation dans laquelle l'Ecriture critiquerait Rahab... Mais je crois que cette citation n'existe probablement pas) et il me semble que la Somme théologique a un jugement erroné sur Judith qui est louée chaleureusement dans la Bible et n'a jamais reçu le moindre reproche pour son mensonge. La Somme théologique n'est pas infaillible et se trompe sur plusieurs points. Nous reparlerons plus tard de la Somme théologique et du mensonge. 



L'ancien dictionnaire théologique en ligne dit que le mensonge, dans ces situations, peut être considéré comme étant justifié car selon les règles de la justice (qui est rendre à chacun ce qui lui est dû), la vérité n'est pas due à ceux qui s'en servent pour commettre des injustices graves. (Les gnostiques, grâce à leur langue symbolique, déforment cette doctrine et l’interprètent à leur façon en justifiant leurs mensonges et leurs crimes pour sauver Lucifer de l'enfer en persécutant les chrétiens. Les gnostiques commencent par se mentir à eux-mêmes avant de mentir aux autres. Mais ce petit jeu aura une fin et il est impossible de faire sortir Lucifer de l'enfer.) 


Grâce à son mensonge, Judith a sauvé son peuple. Grâce à son mensonge, au service de ceux qui défendaient les intérêts du vrai Dieu, Rahab a sauvé toute sa famille. Le péché aurait été de dire la vérité, vérité qui aurait entraîné la mort de ces Juifs et la mort dans le péché de toute la famille de Rahab. 

Certains gnostiques enseignent aux catholiques qu'il faut toujours dire la vérité, même dans ces cas extrêmes. Ces personnes sont par ailleurs des menteuses et se font passer pour catholiques alors qu'elles ne le sont pas. Elles mettent des scrupules de conscience aux catholiques pour être sûres de mieux tous les tuer dans quelques années. 

En matière de théologie morale, les théologiens enseignent que dans les cas difficiles, il faut l'avis commun de six ou sept docteurs savants, saints et sages pour penser qu'ils ont probablement raison et que l'on doit suivre leur avis. Les catholiques ne sont donc pas tenus d'obéir à des conseils qui leur paraissent faux et imprudents ou bizarres. Dans ce cas, l'Ecriture Sainte et le bon sens peuvent  être de bons directeurs spirituels.

Sous l'Eglise Philadelphie annoncée par l'Apocalypse, la gnose s'effondrera en maints endroits comme les murailles de Jéricho se sont effondrées, non par les actions armées des chrétiens qui n'ont aucun pouvoir humain, mais par intervention divine. Les vrais catholiques reconquerront les structures officielles de l'Eglise, non par des accords avec les gnostiques sataniques qui gouvernent Rome comme les traîtres qui infestent la Tradition voudraient bien faire, non en acceptant la reconnaissance de ces hérétiques francs-maçons, qui ne rêvent que d'une chose : faire disparaître l'Eglise, mais quand Dieu aura chassé les gnostiques ou bien quand le Saint Pontife aura donné la solution. 

Il est très possible que la gnose prépare un pseudo Saint Pontife et une pseudo restauration. Il faudra donc ne pas être trop pressé de se jeter dans les bras du premier venu. Il faudra l'observer et voir quelles actions concrètes il fait en faveur de l'Eglise et quel discours il tient. S'il y a la moindre compromission, c'est que ce n'est pas le vrai saint pape.

Rahab est aussi un modèle pour les vrais chrétiens qui doivent négocier avec Jésus le salut de leur famille et de ceux qu'ils aiment en échange de leur témoignage en faveur de Jésus, témoignage qui coûtera la vie à certains et dans tous les cas, pas mal de souffrances. Mais pas autant que les gnostiques le souhaitent. La religion du vrai Dieu, de la Trinité catholique, de Jésus mort sur la croix pour nous sauver le vendredi saint a de très beaux jours devant elle. Ce n'est pas demain que cette religion disparaîtra. Elle va au contraire entrer dans sa période la plus florissante.