vendredi 11 mars 2016

Satanisme : on peut toujours revenir en arrière et renier Satan-Lucifer-Isis




Le mensonge de Satan, faux prophète de désespoir

Une caractéristique récurrente que l'on retrouve dans tous les rituels sataniques est que l'on ne peut pas revenir en arrière une fois qu'on s'est consacré à Satan. Certains rituels précisent que même si l'on brûle le papier sur lequel on a écrit la formule de consécration avec son sang, la consécration est définitive. D'autres rituels préconisent des sacrilèges ou des crimes ignobles et disent qu'une fois qu'ils ont été effectués, on est condamné définitivement par Jésus et que le paradis de la Trinité catholique est définitivement fermé aux satanistes, même s'ils voulaient se convertir. C'est un mensonge de Satan qui veut mener les âmes au désespoir en cas de conversion, comme il a fait avec succès pour Judas. Il cherche à faire des gnostiques qui regretteraient éventuellement leurs fautes, des esclaves désespérés qui se croiraient prédestinés à l'enfer. 


La véritable doctrine catholique

La doctrine catholique enseignée par Jésus est qu'il est mort pour chaque homme. Chacun d'entre nous, même le pire des satanistes ayant commis des milliers de sacrilèges, est infiniment précieux pour Jésus puisque nous avons coûté son Sang divin. Chaque gnostique, même le plus grand pécheur de la terre, a la possibilité jusqu'à son dernier souffle de se convertir, de renier Satan et de devenir un serviteur de Jésus. Il suffit d'un seul acte de la volonté pour échapper à l'enfer. Les papiers de consécration n'ont aucune valeur, qu'ils soient détruits ou non au moment de la conversion. Si l'on peut les détruire, il faut le faire, mais si l'on ne le peut pas, ce n'est pas grave. Ce qui compte, c'est l'acte de la volonté qui décide sincèrement de choisir Jésus et de renier Satan.

Jésus est Dieu. Il décide des règles. Il fait la loi et il juge. Il a décidé qu'il sauvera tous ceux qui reviendront à lui, même si leur conversion a lieu une seconde avant de mourir.