mardi 9 février 2016

Comment la gnose travaille à réaliser l'Apocalypse en disant vouloir l'éviter -- L'histoire de Ninive




Satan-Lucifer joue sur la peur des châtiments

Les gnostiques disent dans de nombreuses publications (le plus souvent en utilisant leur langage symbolique, que nous apprendrons à connaître en partie plus tard) que la Trinité catholique est un Dieu très dangereux et redoutable qui va détruire l'humanité si on ne l'en empêche pas. La gnose dit vouloir empêcher les cataclysmes décrits dans l'Apocalypse. (Les gnostiques initiés savent que l'Apocalypse est un livre écrit contre eux et non pour eux, contrairement à ce qu'ils veulent faire croire aux gnostiques débutants). La gnose se présente donc comme le sauveur de l'humanité, puisqu'elle travaille à empêcher la réalisation de l'Apocalypse. 


La cause même du châtiment (c'est-à-dire le péché) est présentée par Lucifer de façon inversée, comme le remède au châtiment.

Pour empêcher les cataclysmes annoncés, la gnose préconise exactement l'inverse de ce qu'il faut faire : elle dit qu'il faut multiplier les sacrilèges afin d’annihiler la puissance de Dieu et l'empêcher ainsi de détruire l'humanité. La gnose dit : tuons Jésus mystiquement en lui ôtant tout puissance par notre magie. Il est surprenant de voir comment ce faux raisonnement convainc un nombre très important de gens. Personne n'a l'air de s'apercevoir qu'il s'agit d'un faux raisonnement. Il est pourtant évident que les hommes et le démon ne peuvent pas diminuer la puissance de Dieu, sinon Dieu ne serait pas Dieu. Par contre, les hommes peuvent malheureusement diminuer leur propre puissance en perdant leur âme en allant en enfer. Ils sont faits pour régner avec Dieu, mais, aveuglés, ils se condamnent eux-mêmes à la déchéance éternelle. La difficulté est que les gnostiques ne semblent pas croire qu'ils iront en enfer (du moins pour la plupart. Je ne sais toujours pas ce que croient les hauts-grades qui sont très conscients qu'ils prient un démon emprisonné en enfer, puisqu'ils le disent à plusieurs reprises explicitement dans différents livres dont je donnerai les références plus tard). Satan aveugle ses adeptes en augmentant leur pouvoir sur la terre et en les comblant de sensations et d'illusions mensongères concernant l'au-delà. Ils ne réalisent donc pas leur malheur en cette vie.


L'exemple de la prophétie de Ninive et le sens qu'il faut donner à la Bible.

La gnose interprète de façon inversée de nombreux textes de la Bible dont le livre de Jonas (au moins en partie). L'histoire de Ninive devrait pourtant éclairer les gnostiques dans leur erreur au lieu de les conforter. La Bible a été écrite par la Trinité catholique et non par Satan. Ce n'est donc pas Satan qui est le maître du sens qu'il faut donner à la Bible et ce n'est pas en appliquant artificiellement ses interprétations mensongères sur les textes sacrés que la gnose arrivera à infléchir les événements en sa faveur. Mais le propos de cet article n'est pas aujourd'hui de réfuter l'interprétation gnostique de Jonas. Il est de tirer de l'histoire de Ninive la leçon évidente que Dieu nous donne.


Dieu a renoncé à punir Ninive suite à la prophétie de Jonas.

Jonas avait annoncé aux habitants de Ninive que la ville serait détruite dans 40 jours. Les Ninivites ont demandé pardon à Dieu de leurs péchés. Dieu s'est laissé toucher et a décidé de ne pas les châtier. Malheureusement, cette ville est retombée ensuite progressivement dans ses fautes antérieures et Tobie père qui vivait à Ninive peu avant le châtiment a dit à son fils de quitter la région parce que la ville allait être détruite à cause de ses péchés. Elle fut détruite en effet peu après Tobie, environ deux cents ans après la prophétie de Jonas, en 612 avant Jésus-Christ. 


Ishtar, la déesse des Ninivites était la grande déesse de la gnose.

La déesse des Ninivites, comme tous les faux dieux païens, appartient à la tradition primordiale gnostique qui est le culte de Lucifer sous divers aspects masculins et féminins et des centaines de noms différents. Ishtar est l'un des nombreux masques de Lucifer. Il est plus malin de se présenter aux gens sous une forme féminine sensuelle plutôt que sous la forme d'un bouc puant ! Lucifer aime jouer à être une femme, afin d'attirer la clientèle, surtout les hommes. Ishtar était pourtant une amante qui tuait parfois ses partenaires masculins. Elle était réputée être dangereuse pour ses amants et ses ennemis. La déesse de la gnose a également cette réputation. Ishtar était la divinité la plus prisée de Ninive. Elle était surnommée Reine de Ninive et Reine des prostituées. Elle incarnait la débauche et la violence. Tous les spécialistes disent qu'Ishtar a pour équivalent de nombreuses autres déesses dont Inanna, Astarté (ces deux-là réclament officiellement des sacrifices humains), Vénus et Isis. Les adorateurs d'Ishtar du temps de Jonas ont cru à la prophétie et ils ont réussi à écarter le châtiment, non en redoublant de péchés mais en demandant pardon au vrai Dieu. Ils ont ensuite été châtiés 200 ans plus tard parce qu'ils sont retournés à leurs péchés. 


Premier enseignement de l'histoire de Ninive : la Trinité catholique n'est pas injuste. Elle sait pardonner aux coupables repentants et retirer les châtiments annoncés. 


Deuxième enseignement : la prophétie des châtiments est toujours conditionnelle. Les prophéties apocalyptiques servent à prévenir le mal. Elles ne s'accomplissent que si des péchés attirent la colère de Dieu. Si toute l'humanité quittait la gnose et vivait en respectant les dix commandements et en priant Jésus sincèrement, aucun châtiment n'arriverait jamais et le monde vivrait dans le bonheur. La fin du monde aurait lieu une fois que le nombre des élus serait atteint, mais cela se ferait doucement car il n'y aurait pas besoin de punition venant du ciel. Ce serait possible si les gouvernements et les pasteurs changeaient. Mais malheureusement ces châtiments ne seront pas évités parce que la majorité des gens ne se convertira pas, aveuglés qu'ils sont par les faux raisonnements lucifériens.


Tactique luciférienne : envenimer davantage la situation. 

Au lieu d'inciter à la conversion pour éviter les châtiments, la gnose réclame toujours davantage de péchés. Lucifer essaye d'envenimer les choses au maximum : les écrits gnostiques se plaignant qu'il n'y a pas assez de sacrilèges sont nombreux. La gnose veut à présent vulgariser les sacrilèges et les péchés de façon ouverte. Le prétexte donné à cela est que Jésus reste "dangereux" et qu'il faut encore davantage l'annihiler pour éviter les cataclysmes à venir. Or il est évident que c'est le contraire qui va se passer. 


Cette tactique luciférienne de la course au péché va déclencher le cataclysme que les gnostiques disent vouloir éviter.

Loin d'éloigner le châtiment, la gnose va le déclencher. Elle pense pouvoir maîtriser les événements comme elle a dirigé et maîtrisé les deux guerres mondiales précédentes pour faire avancer sa cause... mais cette fois, il me semble, si j'en crois l'Apocalypse, que cela va échouer. Elle va découvrir que celui qu'elle croyait avoir annihilé a toujours autant de pouvoir, qu'il va balayer les plans démoniaques préparés depuis des siècles et restaurer son Eglise (voir dans cet article, le paragraphe Des gnostiques vont se convertir). Le seul vrai Dieu va rappeler qu'il est le véritable maître de l'histoire.


Il est encore possible de restaurer l'Eglise sans passer par un bain de sang. Il suffirait de tous se convertir. Mais malheureusement, les gnostiques veulent le bain de sang parce qu'ils espèrent faire avancer ainsi le culte de Satan et parce qu'à travers eux, c'est Satan qui hait l'humanité qui le veut. Beaucoup de gnostiques vont probablement perdre la vie dans la guerre et les troubles que prépare la gnose. Les chrétiens ne seront pas les seuls à souffrir. Certains gnostiques le savent mais ils pensent probablement, dans leur aveuglement, en faire un passeport pour le ciel, comme le pensaient leurs prédécesseurs gnostiques qui ont donné leur vie pour la cause de Satan. 


Jésus et son Père sont toujours désignés comme les responsables des maux crées par les péchés.

Satan veut encore accuser Jésus des horreurs qu'il prépare avec les fous qui le suivent. Il accusera également Jésus de punir l'humanité par un châtiment que, cette fois, la gnose ne pourra pas maîtriser (si j'ai bien interprété le sixième sceau de l'apocalypse -- voir note 2 de cet article -- ce qui est mon opinion personnelle). Puissent de nombreux gnostiques s'apercevoir de leur folie et revenir au vrai Dieu avant qu'il ne soit trop tard pour leur âme. Il ne faudra pas accuser Jésus d'être un tueur parce qu'il va punir les gnostiques qui veulent tuer l'humanité. Des citations sur les projets gnostiques de décimer l'humanité seront fournies plus tard. 


La "vengeance" chrétienne

Avec Jésus, les chrétiens ne souhaitent pas la mort de ceux qui souhaitent la leur. Ils souhaitent au contraire qu'ils vivent. La "vengeance" des chrétiens est de faire vivre éternellement ceux qui veulent les tuer physiquement. C'est "l'alchimie" chrétienne : transformer les bourreaux en saints. Le chrétien se bat pour arracher les âmes à Satan-Lucifer. C'est la sainte "vengeance" que nous devons réclamer tous les jours en union avec Jésus. Les gnostiques connaissent cet état d'esprit de Jésus et des chrétiens. Ils savent qu'ils sont aimés. Mais ils ont été entraînés dès leur jeunesse à mépriser la charité. Je produirai au moins deux textes de livres gnostiques enseignant cela. Cet état des choses ne doit pas nous scandaliser. Si nous tombions dans le piège de nous scandaliser devant le cynisme et la cruauté gnostique, nous deviendrions haineux et c'est ce que veut Lucifer. Il sait que si nous continuons à prier pour les gnostiques, nous finirons par lui arracher des âmes. Il en a peur. Une seule âme a un prix infini pour lui. Nous ne devrons donc pas céder aux tentations de révolte et de haine et qui se présenteront à nous, parce que le grand vainqueur serait Lucifer. La gnose essayera de nous faire succomber sur ce point. Nous devons supplier Jésus qui a pardonné à ses bourreaux qui le crucifiaient de ne pas permettre que nous succombions. Il faudra prier pour nos ennemis comme Jésus l'a fait sur la croix, même s'ils se moquent de nos souffrances et de nos prières. Si nous persévérons jusqu'à la mort, Jésus ne pourra pas ne pas nous écouter. Nous arriverons à sauver des gnostiques. Nous ne pouvons pas consoler davantage Jésus qu'en lui donnant des âmes et nous serons éternellement heureux au ciel avec nos anciens ennemis. Cela vaut la peine de souffrir quelques années pour ensuite être heureux éternellement avec Jésus et avec les âmes que nous aurons sauvées.