lundi 25 janvier 2016

Il faut haïr les œuvres des gnostiques et non les gnostiques. Promesse de conversions de gnostiques.




Haïr les péchés des gnostiques mais aimer les pécheurs

Tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que moi aussi je hais, dit Jésus à Saint Jean dans l'Apocalypse

Il est intéressant de noter que Jésus ne dit pas qu'il hait les Nicolaïtes eux-mêmes, mais seulement leurs œuvres de péché.Jésus est mort pour chaque homme, même le pire d'entre eux. Il voudrait tous les sauver, s'ils se laissaient faire. Jésus aime donc chaque gnostique, même si c'est un criminel. Il serait prêt à mourir de nouveau pour lui si cela était utile pour le salut de son âme. 

A l'exemple de Jésus, nous devons donc aimer les gnostiques tout en haïssant leurs actes. Tout chrétien doit être prêt à donner sa vie pour sauver une âme, même si c'est un gnostique. Mais un vrai chrétien, lorsqu'il souffre pour les âmes, n'a uniquement en vue que le salut de ces âmes, leur conversion au vrai Dieu. Jésus ne permet pas que les souffrances des chrétiens ayant une intention droite servent à autre chose.


Emploi des mérites des chrétiens

Il semble en effet que certains gnostiques croient pouvoir utiliser la générosité et les prières des chrétiens pour avancer spirituellement dans la gnose en les faisant souffrir pour eux. C'est une illusion que leur donne le démon, de pouvoir utiliser les souffrances des bons. Jésus empêche bien évidemment que les souffrances de ses amis ne servent à autre chose que le bien des âmes. 

Le bien des âmes selon la conception de Jésus n'est pas le bien des âmes selon la conception gnostique. Le bien des âmes selon la conception gnostique est le péché d'impureté pratiqué régulièrement en pensée ou en acte. 

Les gnostiques pourront objecter que le démon accroît leur pouvoir à mesure qu'il font souffrir les vrais chrétiens. Il est vrai qu'à notre époque, Dieu permet souvent au démon d'accroître le pouvoir des gnostiques à mesure qu'ils pèchent davantage, parce que nous sommes dans une période où la foi des bons doit être éprouvée pendant que les méchants doivent paraître triompher. Jésus, tout en laissant le démon récompenser parfois les gnostiques (pas toujours), utilise cependant chaque souffrance des chrétiens pour convertir d'autres âmes de meilleure volonté. 

Le sang des martyrs des premiers siècles a obtenu la grâce de la chrétienté. Les mérites des souffrances actuelles des martyrs (décrites au cinquième sceau de l'Apocalypse et correspondant à la période actuelle de l'Eglise de Sardes, cinquième âge de l'Eglise) sont thésaurisés par Jésus pour préparer le triomphe extraordinaire de l'Eglise de Philadelphie (sixième âge de l'Eglise prédit dans l'Apocalypse) dont l'avènement ne saurait probablement plus beaucoup tarder à présent. 



Une partie des gnostiques va se convertir

Il est prédit dans l'Eglise de Philadelphie que certains de ceux qui font partie de la synagogue de Satan (c'est-à-dire la gnose) viendront se prosterner aux pieds du (ou des) Saint(s) Pontife(s) qui régnera(/régneront) à cette période. Des gnostiques vont donc se convertir. Jésus le promet dans l'Apocalypse. Il nous promet également que nous allons avoir un jour un bon et saint pape. Ces promesses doivent remplir de joie et d'espérance tous les vrais chrétiens refusant la gnose. Nous devons tenir bon. Malgré tous leurs calculs, leurs intimidations et leurs persécutions, les gnostiques sont déjà vaincus d'avance. Nous approchons d'un triomphe sans précédent dans l'histoire de l'Eglise au cours duquel des millions d'âmes seront sauvées.

Pour les gnostiques qui seraient amenés à lire cet article, InDominoSperavi leur affirme qu'elle n'éprouve aucune animosité envers eux. Elle aimerait bien contribuer à en convertir le plus possible, même si elle est consciente de son incapacité. Elle les supplie de ne pas rester sourds aux appels de Jésus qui continue à les aimer malgré leurs sacrilèges et leurs péchés. La plupart des gnostiques ont été élevés dans cette secte depuis leur enfance. L'impureté et le mensonge sont donc devenus pour eux comme une seconde nature. Ils n'ont jamais rien connu d'autre et le péché leur semble normal. De plus, le démon les récompense de leurs péchés. Ils ne voient donc pas pourquoi ils changeraient. 

La seule chose qui pourrait les faire changer serait qu'ils réalisent qu'ils ne sont pas aimés du démon, que celui-ci leur ment et qu'ils s'acheminent vers l'enfer. Peut-être aussi certains changeraient-ils d'avis en réalisant qu'ils sont en train de travailler à la perte du genre humain et non à son salut. Nous essayerons peu à peu de prouver cela, avec l'aide de Jésus. 


Jésus n'est pas un Dieu féroce et n'est pas non plus un faible

Jésus est parfois présenté par les gnostiques comme un Dieu féroce, ennemi du genre humain, ne rêvant que de faire souffrir sa création, alors que c'est le contraire et que ce sont les gnostiques qui ne cessent de faire souffrir les gens. Le démon et ses suppôts aiment bien accuser leurs adversaires des péchés qu'ils font eux-même. Il faut étudier qui est à l'origine des guerres depuis plusieurs siècles. Nous voyons à chaque fois qu'il y a des gnostiques aux commandes. A l'opposé, la vie et la mort de Jésus montrent sa miséricorde et sa bonté. On le voit librement choisir de souffrir et de mourir cruellement pour nous sauver.

Jésus est également présenté dans d'autres publications de ces mêmes gnostiques comme un faible, un idiot qui se laisse toujours martyriser sans rien dire et qui souffre inutilement et sans aucun succès pour convertir le monde à la foi chrétienne. De nombreux blasphèmes sont dits par les gnostiques à ce sujet. Ils ne cessent de défier et provoquer Jésus dans leur langue symbolique. En fait, Jésus n'est pas un faible. S'il semble ne pas réagir pour l'instant, c'est qu'il juge qu'il vaut mieux laisser encore un peu de temps aux gnostiques pour se convertir. 


Circonstances atténuantes des gnostiques

Jésus sait qu'un bon nombre d'entre eux a été élevé dans la gnose depuis l'enfance et qu'ils ont eu depuis des siècles une quantité impressionnante de mauvais exemples sous les yeux, ainsi que nombreux prodiges extraordinaires qui les ont ancrés dans leurs erreurs. Ils ont donc beaucoup de circonstances atténuantes. La plupart d'entre eux, tout en étant méchants, sont cependant victimes des mensonges du démon et sont encore plus en danger que leurs victimes, puisqu'ils se dirigent vers l'enfer. 

Jésus a déjà réparé à l'avance par sa Passion tous les blasphèmes et les sacrilèges actuels. Il aimerait bien que ce ne soit pas en vain et que certains voient leur erreur. Chez les gnostiques, il y a beaucoup d'âmes qui sont faites pour devenir de grands saints. Ce sont actuellement des mystiques inversés, parfois des sorciers. Mais il suffirait qu'ils voient qu'ils ont été trompés et ils reviendraient à Jésus. Certains le feront lors de la période de l'Eglise de Philadelphie. Nous devons prier pour qu'ils soient le plus nombreux possible. 


Aucun sacrilège, aucun crime n'est impardonnable

Si jamais un de nos lecteurs gnostiques voyait un jour son erreur, il risquerait d'être tenté de désespoir, car les sacrilèges et les péchés sont nombreux et graves dans la gnose. Il risquerait d'être tenté de se suicider, comme Judas. Il ne doit surtout pas céder à cette tentation, la plus dangereuse de toutes. Elle le mènerait en enfer, s'il ne regrettait pas son acte suicidaire avant de mourir. Il ne doit pas croire que ses péchés sont impardonnables. Aucun péché n'est impardonnable, même si c'est un crime ou un sacrilège ignoble. Aucun pacte avec le démon n'est définitif, même s'il a été écrit par exemple avec son sang sur un papier auquel on n'a plus accès. Il est toujours possible de revenir en arrière et de devenir un saint, quelles que soient les horreurs accomplies, même si l'on est âgé et qu'on a passé 80 ans de sa vie dans le péché mortel et qu'il y ait ou non un écrit. Ce qui compte, ce n'est pas un chiffon de papier, c'est notre volonté actuelle. Si notre volonté est conforme à ce que veut Jésus et si nous avons la ferme résolution de ne plus pécher, dussions-nous en mourir, tout est pardonné et nous sommes sauvés, même si nous n'avons aucune possibilité de nous confesser. Le bon larron est allé directement au ciel par une contrition parfaite et l'acceptation de sa mort en expiation de ses péchés. Il a mis toute sa confiance en Jésus et il n'a pas été déçu. Nous sommes tous appelés à être des bons larrons, même si nous avons péché beaucoup plus gravement que lui. Il suffit de le vouloir et d'adopter les mêmes dispositions que lui. Nous devons avoir confiance en Jésus, même si nous l'avons horriblement offensé. Il nous aime chacun d'une façon infinie. Nous ne pouvons pas comprendre l'amour de Jésus pour nous, car c'est l'amour d'un Dieu. Si nous comprenions l'amour de Jésus pour nous, nous mourrions tous immédiatement d'amour.