jeudi 31 octobre 2019

REPRÉSENTATIONS DE LA TRINITÉ CATHOLIQUE KABBALISTE (1) - LE BAPTÊME CATHOLIQUE EST-IL CHRÉTIEN OU GNOSTIQUE SATANIQUE-ISIAQUE ? (4)


Icône de "Saint"Andrei Rublev (kabbaliste), représentant la soi-disant "Sainte" "Trinité". Il s'agit d'une "Trinité" kabbaliste représentant de gauche à droite les trois sphères du haut de l'arbre de vie : Binah (Isis - "Paraclet"), Kether au centre (Horus ou l'Ancien des Jours "Père"), Hochmah (le Dieu chrétien non gnostique de la Bible, Iao, assimilé au Fils sacrifié).


Lire l'introduction à la série d'articles sur le thème : le Baptême catholique est-il chrétien ou gnostique satanique-isiaque ?

source image de Rublev : wikipédia 

Explication de cette image par Wikipédia sur ce lien

Explication en langue des oiseaux par un moine de l'église d'orient,
 beaucoup plus proche de la vérité, sur ce lien 

Addendum-correction le 30/11/2019 : Le "lion vert" ne symbolise pas l'oeuvre au blanc mais l'oeuvre au jaune, en alchimie. J'ai corrigé l'article. (Taper ctrl + F et "lion vert")

Ce site, christianity.fandom.com, sans le dire explicitement, tout en disant qu'il y a des "similarités", associe l'icône de Roublev à la kabbale en mettant juste sous l'exposé de la doctrine officielle catholique, l'explication symbolique kabbaliste. 




Traduction décryptée de l'article du moine de l'église d'orient en langage normal.


Ce tableau est une représentation de l'arbre de vie kabbaliste et d'une partie de ses sphères. Les trois sphères du haut de l'arbre sont représentées et sont, de gauche à droite: 

Binah-Isis-"Paraclet" gnostique, 
l'ange de gauche à visage de femme.

Kether-Grand Architecte/Ancien des Jours/ Horus oeuvre au rouge/ faux "Père" gnostique, l'ange du centre à visage androgyne.

Hochmah-Dieu de la Bible chrétien non gnostique-"Fils" sacrifié, 
l'ange de droite en vert et bleu à visage masculin.

Dans le calice, il y a un visage d'homme dont certains disent avec mauvaise foi qu'il s'agit d'un veau ou d'un agneau. Dans tous les cas, il s'agit d'un symbole des messes sacrilèges kabbalistes faussement chrétiennes. Le visage est humain et il s'agit de celui du Jésus non gnostique. Ce visage symbolise la parcelle d'hostie consacrée mise dans le calice au Haec Commixtio. Je ne comprends pas la signification des deux rectangles imbriqués l'un dans l'autre, dans l'autel, sous le calice. Il s'agit peut-être de l'oeuvre au noir et d'un symbole de la fraction du pain en ce rite. Le coin en haut à droite symboliserait Hochmah.



L'ange de gauche, symbole de la voie de gauche de l'arbre de vie

Le manteau d'Isis-Binah est couleur de l'aurore (nom désignant Isis en langue des oiseaux) et argenté (comme la lune, symbole d'Isis et comme le vin isiaque à la messe, nommé parfois "argent" ou "argent vif"(1) en langue des oiseaux alchimique. Voir la citation de Fulcanelli en note 1). Cet ange de gauche a une tête de femme car il est Binah, c'est-à-dire Isis-Satan.


La robe bleue est de la couleur du vin isiaque appelé "mercure" en alchimie. Le vin consacré en Isis est symbolisé par le bleu. La maison avec deux ouvertures symbolise "l"Église", c'est-à-dire Isis-Satan en langue des oiseaux. La fenêtre du haut est Isis-Binah et celle du bas est à mon avis Gevourah-vin isiaque consacré. Ce sont deux aspects de la déesse en tant qu'esprit (Binah) et en tant que faux "Verbe incarné" (vin isiaque, Gevourah). Les deux ouvertures symbolisent ces deux sphères et sont à mon avis un symbole sexuel féminin.

L'ange central


Kether, faux "Père", alias "grand architecte de l'univers", alias "Horus-oeuvre au rouge", alias "Ancien des Jours" appelé soi-disant à régner après le vrai Dieu. Le visage est androgyne car il est considéré par la kabbale comme le principe premier, créateur ou source d'émanation d'Isis-Satan (le principe féminin) et de Iao-dieu de la Bible (principe masculin). 

Le Dieu de la Bible, Iao, viendrait donc en second et ne serait pas le principe premier, d'après cette doctrine kabbaliste. En réalité, je suis persuadée que seuls les kabbalistes peu initiés croient en ce Dieu imaginaire. Les initiés savent que le Principe premier est le Dieu biblique chrétien non gnostique, nommé Iao, sous l'ancien testament et du temps de Jésus. Ils savent que ce Dieu imaginaire de Kether n'existe pas. Par contre, ils comptent bien qu'un jour Satan, soi-disant renforcé par le sacrilège, régnera et mettra Dieu en enfer à sa place. Pour les initiés, Kether, est donc me semble-t-il Horus, c'est-à-dire Satan quand il sera devenu fort.

Les prêtres font croire que le Dieu qui a donné les dix commandements est le grand architecte satanique gnostique de Kether et non IAO. Mais je suis persuadée qu'ils ne croient pas au mensonge qu'ils enseignent à leurs fidèles. De même, je pense que les prêtres et les évêques ne croient pas en la définition de Dieu donnée en langue des oiseaux dans les catéchismes, définition faisant allusion à cette entité imaginaire.

L'arbre derrière Kether-Satan est l'arbre de vie kabbaliste. Il est penché vers la gauche car on veut signifier que cet ange est satanique et appartient comme Isis, à la voie de gauche. De plus, le moine d'orient explique que le peintre a voulu signifier dans l'image un mouvement tournoyant vers la gauche, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Il s'agit du même symbole que lors du miracle satanique du soleil, à Fatima. Celui-ci a également tournoyé dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Je n'ai pas bien compris la signification des trois minces bâtons, coloriés en rouge. Il s'agit d'un symbole de Jésus ou d'Isis, précieux sang. Je ne sais pas. Le moine explique en langue des oiseaux : 



"Une spiritualité de l’Incarnation ou de la Trinité est mensongère, si elle ne maintient le Sang du Rédempteur au centre de l’œuvre du salut. Et voilà pourquoi il est juste et suggestif que les bâtons des anges soient si minces, presque comme des fils, et colorés de rouge. Car le même fil écarlate qui fut un gage de salut pour Rahab la prostituée (Jo 2,17 ; 6,23) relie notre faiblesse au Sang précieux versé pour nous. (...)

L'ange assis à gauche, devant la table, représente le Paraclet. C'est bien le cas de dire le Paraclet plutôt que l'Esprit, car c'est ici que la troisième personne exerce suprêmement son ministère de consolateur. Les mains ne se tendent pas directement vers le plat, quoique deux doigts de la main droite semblent pointer vers lui ; les deux mains tiennent avec une sorte de solennité le mince bâton rouge en face du Fils. C'est comme si ce bâton lui était présenté pour lui parler de pèlerinage terrestre et de sang répandu."




Le troisième ange, le Dieu chrétien non gnostique, à droite.



L'ange représentant le Dieu chrétien non gnostique est représenté comme étant triste et avec des traits masculins. Il est censé souffrir du sacrilège qui est sous ses yeux, dans la coupe du graal isiaque. Il "souffre" qu'on unisse l'hostie au démon. Il ne fait pas avec les mains le signe kabbaliste de bénédiction, avec l'index et le majeur dressés, tandis que les deux autres anges font ce signe. Il est en vert, je pense en raison du symbole alchimique du "lion vert", qui est un symbole de l'oeuvre au jaune qui est représentée sur l'autel. 

L'oeuvre au jaune, en alchimie, est l'union de l'hostie consacrée en Jésus, partiellement fondue, avec Isis-Satan. Jésus est encore là. La kabbale alchimique dit que c'est le seul moment où les trois éléments sont présents : soufre-Jésus/ mercure-Isis/ sel philosophique-Horus (à ne pas confondre avec le "sel des philosophes" qui est la même chose que le "sel commun" et est un symbole de Jésus-hostie-Dieu chrétien non gnostique). Le lion vert est vert en raison de son union au "cuivre" isiaque et comme symbole d'immaturité de l'oeuvre au rouge. Le cuivre, c'est la sphère de l'arbre de vie Netzah-Isis-Vénus, le vin isiaque. Le cuivre est symbolisé par la couleur verte, en alchimie. L'ange est également en bleu pour montrer que Jésus est imbibé de sang isiaque, nommé également et plus communément "mercure". Or le symbole du mercure alchimique satanique est la couleur bleu clair.

Derrière cet ange de droite, il y a un gros rocher incurvé vers la gauche. Ce rocher est un symbole de Dieu, nommé "Pierre" en langue des oiseaux. Une pierre est un symbole de Jésus, mais aussi un personnage s'appelant Pierre. L'hostie mise dans le calice est appelée "Pierre brute" en langage alchimique codé. La "pierre philosophale" est Satan-Horus-oeuvre au rouge c'est-à-dire le vin isiaque dans le calice après que l'hostie a fondu dedans. Le rocher est incurvé vers la gauche pour suggérer le mouvement tournoyant de toute l'icône vers la gauche.

Les pieds relevés d'Isis-Binah et d'Hochmah-Iao sont opposés. En symbolique gnostique, tant les personnages symbolisant Jésus ou son Père que les personnages isiaques sont parfois symbolisés comme boitant, en raison des sephira Hod (Jésus-hostie) et (Netzah-Vénus). Normalement, Dieu est symbolisé par un personnage boîtant de la jambe gauche, en raison de la sphère Hod (Jésus-hostie) subissant le sacrilège de son union avec Netzah-Vénus-Isis-vin consacré en Isis, en Jesod (sphère de l'oeuvre au blanc). Sur cette image, Isis est présentée comme boitant de la jambe droite, mais en statuaire, elle boite normalement elle aussi de la jambe gauche, car son corps lui-même vu de dos est l'arbre de vie (voir cet article par exemple - ctrl+F "boiterie"). Il y a peut-être une autre explication à ces deux jambes relevées, mais je ne la connais pas.

Voici une représentation de la même icône de Rublev selon des catholiques actuels (Journal Famille chrétienne), article sur la Trinité catholique


Les paroles qui s'échangent entre les anges montrent que l'auteur du dessin comprend le sens de l'icône et que la plupart des catholiques actuels sont suffisamment initiés pour comprendre aussi. Isis-Binah dit au Dieu chrétien non gnostique "Après toi !", c'est-à-dire : "Bois !". C'est un équivalent des multiples histoires humoristiques sur Toto (Jésus) qui doit manger sa "soupe" (vin isiaque, lors du mélange du Haec commixtio des messes sacrilèges). 

Jésus ou Dieu le Père non gnostique dit : "Non, je t'en prie". Il est suppliant. Sur l'icône originale, il a un visage douloureux. La gnose veut faire croire aux gens que Dieu souffre des sacrilèges qu'elle fait sur lui et qu'elle est efficace pour l'attaquer et diminuer son pouvoir. 

Kether, "Père" céleste, dit : je n'en ferai rien", c'est-à-dire, "je n'ai pas la possibilité de boire le vin isiaque consacré lors des messes sacrilèges, puisque je suis un pur esprit. C'est une histoire à régler entre vous deux, qui avez la possibilité de vous "incarner" (Isis par la consécration du vin et Jésus par la consécration de l'hostie). 


Le site officiel de l'Église catholique de France dit que c'est au nom de cette Trinité-là que sont baptisés les catéchumènes. Si c'est exact, alors tous les baptêmes catholiques, orthodoxes, protestants etc. reconnus par l'Église catholique sont entièrement invalides, nuls et non avenus car il ne s'agit pas de la véritable Trinité chrétienne non gnostique prêchée par Jésus et les apôtres. 

C'est pourquoi, rien que sur la base de cet article de l'Eglise catholique de France, que je mets ci-dessous en capture d'écran, nous devons rebaptiser sous condition tous les fidèles qui le demanderont et donneront des garanties de leur sérieux. Un baptême donné au nom de cette fausse trinité n'efface aucun péché, ni originel, ni commis après celui-ci. Il en rajoute même un, si on est conscient du mal qu'on fait en se faisant baptiser au nom de cette trinité kabbaliste.

Je dis qu'il faut rebaptiser sous condition car il est possible que l'article mente et que le baptême catholique ne soit en réalité pas fait au nom de cette trinité. La plupart des kabbalistes se mentent sans cesse entre eux,  en langue des oiseaux. Il est donc difficile de trier entre ce qui est vrai et ce qui est faux, dans leurs écrits.


J'ai souligné en rouge la phrase concernant le Baptême et j'ai mis un trait vertical rouge devant l'affirmation qu'on faisait le signe de croix au nom de la Trinité (sous entendu : "celle qui est en image ci-jointe"). Vous noterez la présence des deux "et" devant "du Fils" et "du Saint-Esprit". 

Nous sommes devant un cas précis d'emploi des "et" pour signifier une trinité kabbaliste. De même, l'article sous-entend clairement qu'on doit faire le signe de croix au nom de la trinité kabbaliste. De nouveau, dans la formule de la prière du signe de croix, les deux "et" additionnels sont présents. La formule du baptême catholique étant également celle-ci, avec les deux "et", nous avons ici un argument puissant pour dire qu'il est entièrement invalide et satanique, même au niveau du baptême d'eau, si ces "et" signifient une trinité telle que celle de Rublev.


La chaîne de télévision KTO publie une série de petits dessins animés gratuits faisant le catéchisme gnostique kabbaliste, officiellement catholique. L'auteur des vidéos est un prêtre. Il présente cette icône de Rublev comme une des représentations les meilleures de la trinité catholique.





Éléments de réflexion

Cet article donne de très puissants arguments pour conclure à l'invalidité totale du Baptême catholique ainsi qu'à l'invalidité des baptêmes orthodoxes et protestants. Il faut donc rebaptiser sous condition tous ceux qui le demanderont et donneront des garanties de sérieux. En effet, un baptême fait au nom d'un autre Dieu que la Trinité chrétienne non gnostique prêchée par Jésus est entièrement invalide.


Note :


"Car vous aurez beau chercher, multiplier les essais, vous ne trouverez jamais d’autres parents de la pierre que les deux corps susdits, qualifiés principes, desquels provient le troisième, héritier des qualités et vertus mixtionnées de ses géniteurs. Ce point important méritait d’être précisé. Or, ces deux principes, hostiles parce que contraires, sont si expressifs sur la cheminée de Louis d’Estissac, que le débutant même les reconnaîtra sans peine. Nous retrouvons (369) là, humanisés, les dragons hermétiques décrits par Nicolas Flamel, l’un ailé, — le monstre bec-de-lièvre, — l’autre aptère, — le gnome au torse velu. « Contemple bien ces deux dragons, nous dit l’Adepte(3) , car se sont les vrays principes de la philosophie, que les Sages n’ont pas osé monstrer à leurs enfans propres. Celuy qui est dessoubs sans aisles, c’est le fixe ou le masle, et celuy qui est au-dessus, c’est le volatil ou bien la femelle noire et obscure(4) , qui va prendre la domination par plusieurs mois. Le premier est appelé soulfre ou bien calidité et siccité, et le dernier argent vif ou frigidité et humidité. Ce sont le soleil et la lune, de source mercurielle et d’origine sulfureuse, qui par le feu continuel, s’ornent d’ornements roïaux pour vaincre, estans unis, et puis changez en quintessence, toute chose métallique solide, dure et forte. Ce sont ces serpens et dragons que les anciens Egyptiens ont peint en un rond, la teste mordant la queue, pour dire qu’il estoient sortis d’une mesme chose et qu’elle seule se suffisoit, et qu’en son contour et circulation elle se parfaisoit."

Notes Fulcanelli :
(3) Le Livre des Figures Hiérogliphiques de Nicolas Flamel, escrivain, ainsi qu’elles sont en la quatriesme arche du cymetiere des Innocens à Paris, en entrant par la porte rüe Saint-Denis, devers la main droite, avec l’explication d’icelles par le dict Flamel, traittant de la Transmutation metallique, non jamais imprimé. Traduit par P. Arnauld. Dans Trois traitez de la Philosophie naturelle. Paris, G. Marette, 1612. 

(4) C’est cette femme qui dit d’elle-même, au Cantique des Cantiques (chap. I, v. 5) : Nigra sum sed formosa (Je suis noire, mais je suis belle).


mercredi 30 octobre 2019

RITUELS DE BAPTÊMES CATHOLIQUES ET DE CONFIRMATION - LE BAPTÊME CATHOLIQUE EST-IL CHRÉTIEN OU GNOSTIQUE SATANIQUE-ISIAQUE ? (3)


Lire l'introduction aux articles sur le Baptême

Lien vers rituel conciliaire pour le baptême des enfants (PDF)

Lien vers rituel catholique traditionnel pour le baptême des enfants (PDF)

Lien vers rituel catholique traditionnel pour le baptême des adultes (PDF)

Lien vers rituel catholique traditionnel de confirmation (PDF)


Symboles à étudier dans cette image :


L'inscription  : PAT- ER pour Pater. Pourquoi le mot est-il coupé ainsi ? Pat est un nom isiaque, en anglais.  Le prêtre est tourné vers Saint Paul avec son épée, dont je ne sais avec certitude s'il symbolise Jésus ou Isis. C'est l'un des deux. Le nom "Paul" symbolise Jésus, en langue des oiseaux, mais en tant que saint, je n'en suis pas certaine.

La grille fermant le local avec le baptistère est entourée par un serpent géant, une sorte de boa. C'est un symbole du vrai Dieu non gnostique et cela va dans le sens d'un baptême d'eau chrétien non isiaque.

Je ne sais pas ce qu'est l'espèce d'oiseau en ferraille noire, sur le côté droit du baptistère. Est-ce un système pour lever le couvercle ? Est-ce un oiseau ? 

Cela fait penser à cela : 


Notre-Dame de l'arche d'alliance (nom isiaque)

Cet oiseau noir sur les deux images est-il le "Saint-Esprit" satanique-isiaque avec un nouveau design ou le Saint-Esprit non gnostique ? Un corbeau, un oiseau noir, symbolise le vrai Dieu non gnostique, en langue des oiseaux. Normalement, le Saint Esprit isiaque est une colombe blanche, en gnose. Il me semble donc qu'il faudrait s'orienter vers un symbole du Saint Esprit chrétien non gnostique, et donc vers un signe désobligeant  signalant que le baptême chrétien est non gnostique.

DIRECTIVES DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE POUR LA RECONNAISSANCE DES BAPTÊMES - LE BAPTÊME CATHOLIQUE EST-IL CHRÉTIEN OU GNOSTIQUE SATANIQUE-ISIAQUE ? (2)

Lire l'introduction aux articles sur le Baptême


Lien de téléchargement vers le document PDF contenant les directives catholiques sur la reconnaissance des baptêmes : 



Texte du document :

DIRECTIVES POUR LA RECONNAISSANCE DES BAPTÊMES 
Préparées par la Commission épiscopale pour la doctrine de la CECC 

Les présentes directives comprennent trois parties: 

 I. Examen des conditions requises pour la validité du baptême. 

 II. Principes généraux pour la reconnaissance des baptêmes administrés dans les autres Églises ou communautés ecclésiales. 

 III. Liste des Églises/communautés ecclésiales indiquant si les baptêmes doivent être considérés valides ou invalides, ou s’ils nécessitent une recherche approfondie. 

On trouvera également en annexe une liste de documents du Magistère sur ces questions. Les présentes directives n’ont d’autre but que d’aider les pasteurs et ceux qui les assistent. Elles n’entendent pas étudier au niveau pastoral, canonique ou théologique les multiples problèmes liés à la question de la validité du baptême. 


I. les conditions nécessaires à la validité du baptême 

En bref, les conditions requises pour la validité du baptême sont: 
1. La matière et la forme sacramentelles: a. Ablution avec de l’eau, par infusion ou par immersion.(1) b. Utilisation de la formule trinitaire. Le ministre déclare que la personne est baptisée « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit . »(2)  

Ces mots doivent être prononcés par la personne qui fait l’ablution d’eau, et au moment même où elle le fait. Le fait d’ajouter d’autres paroles ou de modifier délibérément la formule trinitaire peut invalider le baptême.(3)

2. L’intention qu’a le ministre de faire ce que fait l’Église (ce qui n’inclut pas nécessairement l’adhésion à la doctrine catholique du baptême). 

3. L’intention/le consentement de la personne baptisée (si adulte). 

Dès lors, les éléments qui rendraient un baptême invalide comprennent: 

• L’utilisation d’une substance autre que l’eau (cf.1a). 
• Le recours à l’aspersion, quand il n’est pas clair que l’eau touche la peau de la personne qui est baptisée (cf. 1a). 
• L’utilisation d’une formule qui change ou omet les noms des Personnes de la Trinité, comme : « Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur et du Sanctificateur »4 (cf.1b). 
• Le cas où une personne verserait l’eau et une autre prononcerait les mots de la formule sacramentelle (cf.1b). 
• Le baptême dans une communauté dont les croyances sont si éloignées de la foi trinitaire (par ex. le mormonisme) que le ministre n’a pas vraiment l’intention de conférer le baptême chrétien (cf.2). 
• L’absence de consentement à recevoir le baptême de la part de quelqu’un qui a l’âge de raison (cf.3).

Notes pour le point I :
(1) 1 Le Code de droit canonique de 1983 (§854) indique clairement que l’aspersion ne doit pas être utilisée par les catholiques, même si elle était autorisée dans le Code de 1917. Le Code des canons des Églises orientales de 1990 décrit le baptême comme « une ablution d’eau naturelle avec l’invocation de Dieu le Père, le Fils et l’Esprit Saint » (675-§1). Même si le baptême par aspersion peut être valide, il persiste souvent une incertitude quant à savoir si l’eau a bien touché la peau de la personne qui est baptisée. 

(2) Conseil pontifical pour la promotion de l’unité chrétienne, Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme, 1993; no 93. « Le baptême est conféré avec de l’eau et une formule Révisé octobre 2015 qui indique clairement l’acte de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

(3) En réponse à un dubium soumis par la CECC, la Congrégation pour la doctrine de la foi a répondu en 2012 que, bien que de telles additions ou modifications doivent être examinées au cas par cas, elles traduisent souvent le défaut de vouloir faire ce que fait l’Église, auquel cas elles rendraient le baptême invalide. 

(4) Congrégation pour la doctrine de la foi, Réponses aux questions posées sur la validité du baptême conféré avec les formules « Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur, et du Sanctificateur » et « Je te baptise au nom de dieu, notre Créateur, notre Libérateur et notre Soutien », 2008.]



II. principes généraux pour la reconnaissance de la validité du baptême 


1. Baptêmes dans les Églises orientales 

 « La validité du baptême, tel qu’il est conféré dans les différentes Églises orientales, ne fait aucun doute. Il suffit donc d’établir le fait du baptême. »(5) 

 2. Baptêmes dans d’autres communautés ecclésiales 

Dans les Principes et normes sur l’œcuménisme, au no 95, on lit que « le baptême par immersion, ou par infusion, avec la formule trinitaire est, en soi, valide. En conséquence, si les rituels, les livres liturgiques ou les coutumes établies d’une Église ou d’une Communauté ecclésiale prescrivent une de ces façons de baptiser, le sacrement doit être considéré comme valide, à moins que l’on ait des raisons sérieuses de mettre en doute que le ministre ait observé les règles de sa propre Communauté ou Église. » En conséquence, il suffit, pour établir la validité du baptême, d’obtenir un certificat ou un autre formulaire attestant que le baptême a eu lieu dans une communauté ecclésiale dont la validité du baptême est reconnue. La question se complique toutefois du fait que dans certaines communautés ecclésiales dont les normes prescrites pour le baptême sont valides, on sait que certains ministres dévient occasionnellement de ce qui est nécessaire à la validité (en remplaçant ou en modifiant, par exemple, la formule trinitaire). Dans ces cas-là, il faut donc s’informer des circonstances particulières de la célébration du baptême afin d’en vérifier la validité (cf. partie I). On peut le faire en interrogeant soit la personne baptisée elle-même (si elle était adulte lors de son baptême), soit le ministre qui présidait ou un témoin.

[Note pour le point II :

(5) Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme, 99a.]



III. liste de référence de diverses églises et communautés ecclésiales 

La liste ci-après (p. 4) donne les noms communément utilisés par les diverses Églises et communautés ecclésiales. 

« V » indique que le baptême dans cette Église ou communauté ecclésiale est valide quand il est célébré selon les normes établies par cette Église ou communauté. 

« I » indique que le baptême est invalide. 

« ? » indique que la célébration des baptêmes dans cette communauté n’est ni uniforme ni réglementée et qu’il faudra donc un complément d’enquête pour en déterminer la validité. En l’occurrence, on peut se servir comme références des critères formulés dans la 1re partie. Il est important de remarquer cependant qu’un « ? » n’indique pas qu’il soit nécessaire de baptiser sous condition (dans le cas d’un ou d’une candidate à l’initiation complète); le point d’interrogation signifie seulement que la validité ne peut être déterminée sans faire de recherches sur chaque cas particulier. Il faut célébrer un baptême sous condition lorsque, « même après une soigneuse enquête, un doute sérieux persiste. »(6) 

De même, un « V » ne signifie pas nécessairement que le baptême était certainement valide; il indique seulement que les normes prescrites dans cette communauté sont valides. Chaque fois qu’il y a lieu de douter, il faut faire enquête.

[Note pour le point III :

(6) Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme, 99d. Voir aussi le CDC aux canons 864 et 869 et le Code des canons des Églises orientales, nos 679 et 672 §2.]

Communautés ecclésiales / églises     Validité 

Adventistes (du Septième Jour) ? 
Alliance Chrétienne et Missionnaire ? 
Amish V 
Armée du Salut I 
Assemblée de Dieu V 
Assemblée Générale des Spiritualistes I 
Association Patriotique catholique chinoise V 
Association Nationale des Spiritualistes I 
Baptistes V 
Bohémiens Libres Penseurs I 
Christadelphiens I 
Communauté Chrétienne (de Rudolf Steiner) I 
Disciples du Christ V 
Les Doukhobors (Église de la Fraternité Universelle) I 
Église – Maison de David I 
Église Anglicane (Épiscopale) V 
Église Apostolique I 
Église Apostolique Chrétienne (Nazaréenne) ? 
Église Assyrienne de l’Est V 
Église Catholique Libérale V 
Église Communautaire Métropolitaine ? 
Église Congrégationaliste V 
Église de « Daniel’s Band » I 
Église de Dieu V 
Église de l’Apocalypse I 
Église de l’Illumination I 
Église de la Science Divine I 
Église de la Société Amana I 
Église de Scientologie I 
Église des Frères V 
Église du Christ V 
Église du Nazaréen V 
Église du Seigneur Jésus-Christ (Winona, Ont.) I 
Église Erieside I 
Église Four Square V 
Église Indépendante des Chrétiens Philippins I
Église Indépendante des Philippines (valide après 1961) ? 
Église Luthérienne V 
Église Méthodiste Épiscopale Africaine V 
Église Morave ? 
Église Catholique Nationale Polonaise (membre de l’Union d’Utrecht) V 
Église Nationale des Philippines V 
Église Populaire de Chicago I 
Église Presbytérienne V 
Église Presbytérienne du Canada V 
Église Spiritualiste (Spirite) I 
Église Unie du Canada V 
Église du Christ V 
Église Universelle de Dieu (invalide avant mi-1990) I 
Église Universelle d’Émancipation I 
Églises de l’Est (Orthodoxes) V 
Églises Évangéliques V 
Églises Mennonites ? 
Églises Orthodoxes Orientales (monophysites) V 
Églises Pentecôtistes ? 
Les Enfants de Dieu I 
« Evangelical United Brethren » V 
Hephzibah – Association Missionnaire de la Foi I 
Iglesia ni Kristo (Philippines) I 
Maçons / Francs-maçons - pas de baptême I 
Méthodistes V 
Mission Apostolique de la Foi I 
Moonistes (Église de la Réunification) I 
Mormons – Église de Jésus-Christ des Derniers Jours I 
« National David Spiritual Temple of Christ Union » I 
Nouvelle Église I 
Nouvelle Église de Jérusalem I 
Première Église du Christ, Scientiste (Mary Baker Eddy) I 
Quakers - pas de baptême I 
Réformés V 
Réformés unis V 
Shakers I 
Société de Saint Pie X (groupe de Mgr Lefebvre) V 
Société Unie de Croyants I 
Témoins de Jéhovah (Société Watchtower) I 
Union Éthique Américaine I 
Unitariens I 
Unitariens Universalistes I 
« Uniting Church » d’Australie V 
Vaudois (Waldensia) V 
Vieille Catholique V 
Vieille Catholique Romaine V 
Vieille Église de l’Union d’Utrecht V 
Zion V 

Annexe : 

Quelques documents du magistère à consulter 

Code de droit canonique de 1983, nos 849-878. 

Code des canons des Églises orientales de 1990, nos 672-691 

Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme, 1993, nos 92-101. 

Catéchisme de l’Église catholique, nos 1213-1284. 

Congrégation pour la doctrine de la foi, Réponses aux questions sur la validité de baptême conféré avec les formules « Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur, et du Sanctificateur » et « Je te baptise au nom de Dieu, notre Créateur, notre Libérateur et notre Soutien », 2008. 

Congrégation pour la doctrine de la foi, Réponse au doute quant à la validité du baptême conféré par « L’Église de Jésus-Christ des Saints du dernier Jour », dite « Mormons », 2001. 

Congrégation pour la doctrine de la foi, Notification sur la validité du baptême conféré par « The New Church », 1992. Congrégation pour la doctrine de la foi, Notification sur la validité du baptême conféré par la « Christian Community » ou « Die Christengemeinschaft » de Rudolf Steiner, 1991. 

Rituel de l’initiation chrétienne des adultes, Paris, Desclée/Mame, 1997, nos 208-209. Rituel du baptême des petits enfants, Paris, Mame-Tardy, 1984, nos 18-29. 

Fin du document.


Éléments de réflexion :

Les protestants ne font pas d'exorcismes ni d'onctions. Il n'y a pas de Saint-Chrême. Et pourtant, l'Église catholique reconnaît ces baptêmes comme valides, tout en disant dans le manuel de Théologie morale de Prümmer qu'il faudra faire un complément de baptême avec tout ce que les protestants n'ont pas fait. 

Étant donné que l'Église dit qu'il faut faire un complément de baptême (cf. Théologie morale, Prümmer, texte en latin), on ne peut rien conclure certainement en un sens ou dans l'autre, me semble-t-il. Mais cela va plutôt dans le sens d'un Baptême d'eau chrétien non gnostique, puisque l'Église éprouve le besoin de rajouter les exorcismes et les onctions isiaques jusqu'à avant le concile Vatican II. A présent, plusieurs exorcismes ont disparu de la cérémonie du Baptême catholique conciliaire, selon le catéchisme de la crise dans l'Église de l'abbé Gaudron (éditions du Sel), mais il reste l'onction isiaque de l'huile des catéchumènes, à donner en complément... ainsi que la renonciation à Satan et une prière demandant à "Dieu" (Isis-Horus-Satan) d'arracher l'enfant à "la puissance des ténèbres", c'est-à-dire au Dieu chrétien non gnostique. S'il s'agit d'un baptême d'adulte, on ne donne pas l'onction de Chrême post-baptismal, on donne directement l'onction de Chrême de la confirmation (100% isiaque), réputée plus puissante que l'onction post-baptismale.

En cas de technique protestante de baptême par aspersion, l'Église dit qu'il faut recommencer le baptême d'eau sous condition, car l'eau doit couler sur le front. Une ou deux gouttes sur la peau ne sont pas suffisantes pour la validité et de plus on doute qu'il y ait eu de l'eau sur la peau.

LE BAPTÊME CATHOLIQUE EST-IL CHRÉTIEN OU GNOSTIQUE SATANIQUE-ISIAQUE ? (1) INTRODUCTION

Exorcismes anti-Dieu au début de la cérémonie de Baptême catholique.
Quelques symboles gnostiques de cette image étudiés à la fin de l'article.




Après avoir été certaine que les baptêmes catholiques étaient en réalité des baptêmes isiaques, ce que j'ai écrit plusieurs fois dans ce blog, j'ai été ensuite prise d'un doute. Je me suis demandée : le baptême catholique ne serait-il pas plutôt un rite double avec un baptême d'eau chrétien non gnostique, fait dans le but d'enlever le péché originel, mais accompagné d'exorcismes inversés anti-Dieu et d'une application de chrême satanique isiaque, afin "d'empêcher" Dieu de prendre une emprise sur l'âme du baptisé en appliquant au nouveau baptisé un caractère isiaque, juste après le baptême ? Le mot "ego", employé dans la formule latine du baptême ne signifierait-il pas que le baptisé est baptisé au nom du Dieu non gnostique ? EGO est en effet en français et en anglais un terme de langue des oiseaux signifiant Jésus ou son Père, le dieu chrétien non gnostique, en langue des oiseaux. [Addendum le 04/11/2019 : en latin, ce mot symbolise cependant Horus ou Isis ou la Trinité kabbaliste. Voir cet article.]

Après avoir consulté de multiples textes et images symboliques sur le baptême, je n'ai toujours pas la réponse définitive à ma question. J'ai des éléments qui peuvent s’interpréter dans les deux sens, avec une prédominance des éléments allant dans le sens du baptême d'eau chrétien comme étant entièrement gnostique satanique-isiaque. Cependant, les éléments que j'ai en faveur du baptême d'eau non gnostique sont également non négligeables. 

Quelle que soit la réponse finale, j'ai une certitude : le baptême catholique veut introduire le baptisé au culte du démon adoré par la gnose : Satan-Isis-Horus. Ce démon est déguisé en  "Sainte Trinité". 

Cette certitude entraîne donc nécessairement la résolution suivante : il faut rebaptiser tout le monde sous condition, de façon chrétienne non gnostique, même si le baptême d'eau s'avérait être fait au nom de la Trinité enseignée par le Jésus historique. 

En effet :

- la matière du sacrement est douteuse (eau baptismale contaminée avec huile des catéchumènes satanique et le chrême satanique). La petite proportion d'huile satanique fait que l'eau est encore considérée comme de l'eau mais la volonté évidente de polluer la matière voulue par Jésus (eau) en modifiant sa composition et en l'exorcisant en langue des oiseaux contre Dieu justifie à mon avis qu'on rebaptise sous condition.

- l'intention du ministre est douteuse : le prêtre catholique prie de façon habituelle une trinité gnostique satanique horusienne isiaque et prêche souvent autre chose que ce qu'il croit.

De plus, en admettant que le baptême d'eau soit conforme à ce que Jésus a institué, l'immoralité de nombreux prêtres est telle qu'on se demande s'ils sont capables d'avoir l'intention de faire du bien à une personne en la baptisant selon l'esprit de Jésus. 
Un  exemple réel : un membre de ma famille s'est fait baptiser par un prêtre dont j"ai découvert plus tard qu'il était pédophile. Il avait été muté par ses supérieurs à cause de cela. Puis-je croire que ce pédophile, qui n'a pas hésité à faire souffrir un enfant en l'agressant violemment, serait assez altruiste pour vouloir enlever le péché originel à un bébé qui ne lui est rien ? Y croit-il seulement ? C'est douteux. Il faut donc rebaptiser sous condition car même en langue des oiseaux, les prêtres mentent sur leurs intentions. Ils ont la langue fourchue à deux niveaux : en parlant la langue des oiseaux et en mentant en langue des oiseaux aux initiés qui la comprennent bien.

 - la forme du sacrement du baptême catholique est ambiguë : on ne sait pas si la formule du baptême fait allusion à la véritable Trinité enseignée par le Jésus historique. S'il s'agit d'une trinité satanique isiaque-horusienne autre que la Trinité chrétienne non gnostique enseignée par les apôtres, les baptêmes catholiques sont invalides. 

Les paroles  de la formule du sacrement (forme du sacrement) sont douteuses (ajout des "et" devant les mots "du fils" et "du Saint-Esprit"). 
Après étude, le "et" (ou esperluette ou "kai" en grec) est un terme de langue des oiseaux ambivalent signifiant Jésus 75% du temps et le diable isiaque 25% du temps. Cependant, quand les "et" sont employés pour nommer "le Fils" et "le Saint-Esprit", les pourcentages changent. Il s'agit très souvent sans ambiguïté d'une trinité entièrement gnostique satanique isiaque, au moins 80% du temps, si ce n'est 100% (ce que je cherche à savoir). 

Pour l'expression "Notre Seigneur Jésus-Christ",  j'ai constaté un emploi parfaitement ambivalent du mot. Cette expression désigne aussi bien Jésus qu'Horus-Satan. 

Pour la Trinité, il en est soit de de même, soit il s'agit uniquement d'une appellation gnostique isiaque. Par conséquent, je ne peux savoir exactement pour l'instant quelle est la nature du baptême d'eau catholique, en me basant sur les "et" additionnels ajoutés.

Quant au mot EGO de la formule latine du baptême, j'ai trouvé l'emploi de celui-ci dans la liturgie catholique, dans un sens isiaque, pour la bénédiction du baptisé avec l'huile des catéchumènes et pour donner l'absolution lors de la confession. EGO est donc un indice en faveur d'un baptême d'eau chrétien, mais c'est un indice incertain puisqu'il s'emploie de façon ambivalente. Il ne peut donc nous éclairer de façon infaillible.

J'ai décidé de faire participer mes lecteurs à mes recherches et à mes réflexions sur la nature du baptême catholique en fournissant peu à peu tous les éléments qui vont dans le sens de l'interprétation du baptême chrétien comme étant non gnostique, ainsi que les éléments qui vont dans le sens du baptême gnostique satanique-isiaque-horusien. Cela me permettra d'ordonner les matériaux que je possède et cela montrera aux chrétiens non gnostiques à quel point la gnose est menteuse, dissimulatrice, ambiguë. 

Nous sommes à 10 000 lieues de l'esprit de Jésus qui disait : "Que votre oui soit oui, que votre non soit non. Tout le reste vient du démon." 

Je mettrai à la fin de chaque document une rubrique  "éléments de réflexion". Dans cette rubrique, je dirai ce qui me fait penser que le document que je donne va dans un sens ou dans l'autre (gnostique ou chrétien).

Symboles gnostiques de l'image.

Banderole benedicite etc... : allusion officielle au cantique des trois jeunes gens dans la fournaise, mais avec des modifications. le texte original est : "Maria et flumina, benedicite Domino hymnum dicite, fontes, Domino." Il existe un hymne de Baptême catholique reprenant ce cantique. On peut le télécharger sur ce lien.

Sur la banderole de l'image, on lit : Benedicite D3/DE(?) Flumina Maria Et Fontes D5(?) Dicite Hymnum. Bénissez le Seigneur (D3) fleuves, mers, et fontaines D5. Dites un hymne. Il n'est pas certain qu'il faille lire D3 et D5, mais il y a à mon avis quelque chose d'ésotérique dans ces deux inscriptions et autour du "Et" en fin de tableau de gauche.

Je ne sais comment interpréter exactement cette injonction.  Cette inscription signifie très probablement que le baptême (les cours d'eau) est à la louange du démon isiaque.

Le baptême d'eau s'appelle le "baptismus fluminis", dit le manuel de théologie morale de Prümmer. Il y a peut-être un indice capital dans cette appellation. Je ne sais pas. Il faudra chercher si "flumen" a un sens en langue des oiseaux. En latin : flumen, fluminis, n = le fleuve, la rivière, masse d'eau qui coule. J'ai déjà vu le mot fleuve employé en français de façon péjorative ou pour symboliser le Dieu chrétien non gnostique (cf. le film fleuve noircet article ctrl F + fleuve) et nous avons M. Jourdain, le bourgeois gentilhomme, symbole de Dieu qui est ridiculisé. Molière dit dans le Bourgeois gentilhomme que Dieu (M. Jourdain) cherche à imiter de façon grotesque le Dieu satanique de la gnose (Kether).

Jean Baptiste est normalement un symbole de Jésus, en langue des oiseaux, tandis que Jean l'évangéliste est un symbole isiaque. Jean Baptiste est le "Jean qui grogne" de la comtesse de Ségur et l'évangéliste est "Jean qui rit". Jean Baptiste pointe du doigt l'agneau mystique avec son étendard isiaque, dans le fronton. Cet agneau est un symbole horusien. Cela signifie pour les gnostiques que Jésus, (qu'ils maquillent sous le symbole de Saint Jean Baptiste), prépare les voies d'Horus-Satan, lequel exploite la religion chrétienne à ses fins.

Au dessus de l'agneau horusien, on devine dans l'arc brisé du fronton l'inscription : "sicut cervus desiderat ad fontes aquarum". Cela inclinerait à penser que le baptême chrétien est isiaque, puisque l'eau du baptême est désirée" comme le cerf" qui désire les fontaines d'eau".

Les quatre personnages sous la banderole sont de gauche à droite Noé, Moïse, Josué et Naaman. Ce sont je crois des symboles de la Trinité chrétienne non gnostique qui soutient le démon isiaque faussement marial (symbolisé par les 6 anges) et le baptême gnostique satanique. Pour Noé et Moïse, je suis certaine qu'ils symbolisent Dieu. Josué, c'est probable car ce nom signifie "Jésus" et Naaman le syrien était un lépreux qui s'est fait purifier dans l'eau du Jourdain. Ce symbole désobligeant pourrait donc s'appliquer à Dieu et au baptisé, assimilé au Jésus non gnostique avant son baptême.

La mère de l'enfant, symbole d'Isis, a un triangle sur l'épaule droite. Je ne sais s'il s'agit d'un symbole trinitaire isiaque ou d'un symbole chrétien de la sphère Hochmah de l'arbre de vie correspondant à l'épaule droite, si la déesse tourne le dos. Son voile a une visière et est très ajusté, comme le casque d'Athéna-Isis.

La robe de baptême du bébé a des broderies à étudier. On voit comme des groupes de trois olives noires. Je pense qu'il s'agit d'un symbole de la trinité isiaque car l'olivier est un arbre symbolisant la déesse Isis. Les losanges avec un point dedans sont également un symbole gnostique. Le losange ou carré sur sa pointe est un symbole de changement, d'évolution, du rite de passage qui a lieu lors du baptême. Le point au centre est isiaque ou christique. Je ne sais pas. Le point est un symbole ambivalent, en kabbale. Le carré sur sa pointe symbolise surtout le rite des messes alchimiques sacrilèges, en kabbale.

Le père de l'enfant symbolise le vrai Dieu chrétien non gnostique de la Bible. Le prêtre lui coupe symboliquement la barbe avec la main, symbole probable de castration ou de la frustration que Dieu éprouve en perdant une âme par ce baptême. C'est aussi le symbole de l'attaque que l'exorcisme gnostique est soi-disant censé faire contre Dieu.

En bas à droite on a :

Disrumpe omnes laqueos Satanae : rompez tous les filets de Satan (c'est-à-dire le Dieu chrétien non gnostique). 
Laqueos ; acc. masc. pl de Laqueus, i, m : filets, chaînes, noeud, noeud coulant.

Eléments de réflexion :

Cette image par la plupart des symboles impliquerait plutôt un baptême entièrement isiaque: les symboles des trois olives sur la robe de l'enfant, les losanges de sa robe, indiquent le passage d'un état chrétien à un état gnostique. Jean Baptiste montre Horus, l'eau baptismale est désirée comme un cerf assoiffé, le psaume dit aux eaux de louer un dieu dont le nom est D3 (?).  Les personnages symbolisant la trinité non gnostique sont en position inférieure. 
Cependant, rien de clair. 

En effet, étant donné que le Jourdain semble être un symbole de Jésus (M. Jourdain, bourgeois gentilhomme) et que nous avons une statue de Naaman purifié par le Jourdain, contre le porche de l'église, on peut aussi considérer que le baptisé se fait purifier par Jésus-Jourdain, baptême non isiaque. 

La théologie morale de Prümmer mentionne  la coutume de certains parents catholiques de mêler de l'eau du Jourdain à l'eau baptismale et il dit qu'on peut l'autoriser. Certains protestants vont se faire baptiser dans le Jourdain.

Les autres symboles pourraient s’interpréter comme étant une récupération de l'âme du baptisé juste après le baptême pour lui imposer un caractère satanique par le Chrême. Les D3(?) et D5(?) pour désigner Dieu sont peut-être des inscriptions désignant le vrai Dieu, nommé Dédé en langue des oiseaux. Le 3 est ambivalent, le 5 aussi, en kabbale. Nous l'avons déjà étudié. La lettre D, (Daleth hébreu) symbolise de préférence le Jésus historique véritable et non gnostique.