dimanche 29 septembre 2019

LE VRAI SENS DU PROTÉVANGILE GENÈSE III,15 : "IL SURVEILLERA TA TÊTE ET TU GUETTERAS SON TALON." MENSONGES DU FAUX SAINT JÉRÔME DANS LA VULGATE.



Blason de Mgr Faure, avec l'inscription IPSA CONTERET. Nous allons voir que ces deux mots ne figurent pas dans la Septante ni dans les notes antérieures à la Vetus Latina des premiers textes bibliques.


Les différents degrés de fiabilité des bibles. Stratégies pour connaître le texte originel non gnostique

Dès les tous premiers siècles, avant l'arrivée du faux "Saint" Jérôme, la kabbale était déjà infiltrée dans l'Église et commençait à trafiquer le texte de la Bible antérieure à la Vulgate, celle que nous appelons à présent la Bible Vetus Latina ou Bible Vieille latine. Cette bible en latin est le meilleur texte latin qui existe, mais il n'est pas parfait. La Vulgate, toutefois, est bien pire.

Si l'on a un doute concernant la Vulgate, il faut donc aller voir dans la Vetus Latina. Mais si l'on a toujours un doute avec la Vetus Latina, alors il faut aller voir les notes de la Vetus latina, qui donnent des versions encore antérieures à celle-ci, puis il faut ensuite aller voir la Septante

Le texte grec de la Septante  était la référence principale de Jésus et des apôtres dans l'Évangile, ainsi que des premiers chrétiens avant Jérôme de Stridon. La mission donné par le pape kabbaliste de l'époque à Jérôme (période historique de l'Église de Pergame décrite dans l'Apocalypse) fut de détacher les premiers chrétiens de la Septante et de faire un texte biblique officiel en langue des oiseaux, qui plus est, déformé par endroits, avec l'aide des rabbins kabbalistes avec lesquels Jérôme travaillait continuellement. 

Ces rabbins avaient de leur côté réécrit la Bible en hébreu  et du côté de la Bible hébraïque, nous étions dans une période transitoire entre la Bible hébraïque massorétique (la plus kabbaliste de toutes les bibles, écrite principalement entre le VIIIe et Xe siècle après Jésus-Christ) et la Bible originelle non gnostique, qui avait été remaniée de façon kabbaliste, depuis la destruction de Jérusalem en 70. (télécharger ce livre si vous voulez étudier tous les remaniements bibliques).

Actuellement, le texte de la Septante a également malheureusement été remanié, mais il est toujours bon d'aller le vérifier pour voir s'il va dans un sens plus conforme à la religion chrétienne non gnostique. C'est très souvent le cas. Pour le verset III, 15 qui nous intéresse, la Septante est indispensable et c'est sur elle que nous allons nous baser, ainsi que sur plusieurs notes de la Bible vetus latina, qui le corroborent et donnent le vrai verset originel. 

Il n'y a pas de manuscrit de Qûmran concernant le verset III, 15. Nous avons uniquement un fragment qui s'arrête au verset III, 14. Les manuscrits de Qûmran antérieurs à Jésus sont tous non gnostiques et sont les meilleures sources possibles.


Genèse III, 15 et la kabbale

Ce verset III, 15 de la Genèse, nommé parfois Protévangile, est souvent utilisé chez les kabbalistes, pour annoncer mensongèrement la victoire d'Isis-Satan déguisée en Vierge Marie. 

Jérôme de Stridon, qui n'était pas à un mensonge près, a trafiqué entièrement le verset, en disant qu'il fallait le faire parce qu'il était ainsi plus proche du texte hébraïque. Ce que ce rusé menteur ne disait pas, c'est que le texte hébraïque n'était plus le texte en cours du temps de Jésus et des apôtres, mais un texte tout récent, modifié par les rabbins kabbalistes.

Différentes version de Genèse III, 15

Voici différentes versions du verset III, 15. J'ai essayé de partir de la meilleure et d'aller vers la pire. Cependant, comme je ne connais pas le grec, je n'ai pas pu étudier en détail le verset dans ses subtilités. J'ai lu des commentaires et j'ai étudié le mot le plus important que j'ai souligné et mis en gras dans l'extrait ci-dessous :  αὐτός.

καὶ ἔχθραν θήσω ἀνὰ μέσον σου καὶ ἀνὰ μέσον τῆς γυναικὸς καὶ ἀνὰ μέσον τοῦ σπέρματός σου καὶ ἀνὰ μέσον τοῦ σπέρματος αὐτῆς· αὐτός σου τηρήσει κεφαλήν, καὶ σὺ τηρήσεις αὐτοῦ πτέρναν.

J'établirai une haine entre toi et la femme, et entre ta race et sa race. Il surveillera ta tête, et tu guetteras son talon.


αὐτός = Il. 

Ce mot est un pronom grec uniquement employé au nominatif ou au vocatif masculin singulier. L'équivalent latin est IPSE (nominatif masculin singulier uniquement) (1)



Ce mot a fait couler beaucoup d'encre et gêne beaucoup la kabbale. Il est extraordinaire, il montre que Dieu connaissait l'avenir, connaissait la déformation que la kabbale allait faire de ce verset et qu'il avait décidé de répondre aux menteurs avant qu'ils n'existent, en employant ce mot masculin. 

Il est en effet frappant que Dieu dise "il", sans prévenir, en employant le masculin, alors que le mot σπέρματος (spermatos) de la phrase précédente, faisant référence à la race ou à la descendance est au neutre et que le mot femme (γυναικὸς) est féminin. Cet emploi soudain du masculin montre sans ambiguité que Dieu ne se réfère ni à la femme (Éve) ni directement au mot spermatos. 


Dieu signifie : La descendance dont je vous parle, ce sera un homme du sexe masculin, αὐτός, qui te contiendra et te mettra sous haute surveillance.

Dieu répond de façon non ambiguë car ce mot ne peut pas être employé au neutre ou au féminin. αὐτός donne l'identité de celui qui va écraser la tête du serpent. Il affirme que c'est Jésus, le Jésus non gnostique dont le visage est sur le linceul de Turin. Il dit que le Sauveur descendra d’Ève et que malgré ses péchés, la race d’Ève sera la race des saints. Dieu annonce que Jésus en sera issu et vaincra le démon.

Il ou Lui-même ?

Quand le mot αὐτός est précédé d'un article, il se traduit par la forme réfléchie : lui-même, himself. 

Quand le mot n'est précédé d'aucun article, ce qui est le cas, il se traduit par "il". (voir ce dictionnaire). On ne peut donc employer "même", en l'occurrence, et c'est tant mieux, étant donné le sens isiaque que la kabbale donne à ce mot, en langue des oiseaux, en l'assimilant à la lettre hébraïque Mem, symbole d'Isis.

Notes de la Vetus Latina

Les notes de la Vetus Latina montrent que des pères anciens du IIIe siècle (Irénée et Cyprien - de Carthage?), employaient IPSE et non IPSA au féminin, quand ils citaient ce verset, à l'inverse d'Augustin (IVe siècle), par exemple :



Et inimicitias/ inimicitiam ponam te inter te et inter mulierem, inter semen tuum et semen mulieris ; ipse tuum servabit/observabit/calcabit caput et tu observabis calcaneum ejus.


Vetus latina plus moderne que ses propres notes : 

Et inimicitias ponam te inter te et inter mulierem, et semen tuum et semen mulieris; ipsa tibi servabit caput et tu servabis ejus calcaneum.

Vulgate du faux "saint" Jérôme :

Inimicitias ponam inter te et mulierem, inter semen tuum et semen illius ipsa conteret caput tuum et tu insidiaberis calcaneo ejus.



Changement du verbe  τηρήσει


Nous sommes passés du verbe "observo" ou "servo" de la vetus latina, employé deux fois, qui se traduit par observer, surveiller, garder avec vigilance, aux verbes "écraser" et "mettre des embûches" (deux verbes différents dans la Vulgate, alors que le texte initial emploie deux fois le même verbe). 

Le mot grec τηρήσει signifie "gardera" (souvent quelqu'un de malfaisant), "surveillera avec vigilance" (souvent quand on est un gardien de prison). Le mot peut se traduire aussi par "prison", quand il est employé comme nom. Mais ici, ce n'est pas le cas, il est employé comme verbe. Il y a donc dans cette observation, la notion d'observer pour empêcher de nuire, comme un gardien de prison surveille son prisonnier. Dieu signifie que Jésus va contenir le serpent par une surveillance attentive et que le serpent, en retour, surveillera la moindre occasion de tromper la vigilance de ses enfants.

CONTERET signifie : écraser, user par le frottement, affaiblir à l'extrême. Cette notion a été inventée par Jérôme qui dit s'en rapporter au texte hébreu qui contient une notion d'usure par le frottement. Ce texte était modifié depuis peu, à son époque. Il y a sûrement une notion kabbaliste dans ce verbe, mais je ne la maîtrise pas. Il faudrait aller voir du côté des strongs hébreux. Mais nous nous arrêterons là pour l'instant.

Le plus important

S'il y a une chose à retenir, pour nous fortifier, c'est que Dieu, ayant prévu à l'avance le truquage du verset, nous promet que celui qui contiendra le serpent isiaque et qui le vaincra, c'est αὐτός, Jésus, le Jésus non gnostique historique, dont le visage est sur le linceul de Turin. Ce n'est pas Isis, nommée IPSA par Jérôme. La kabbale a une fois de plus inversé le sens de la Bible. Mais ce n'est pas en s'autosuggestionnant en inventant de nouveaux versets fantaisistes que la kabbale arrivera à vaincre Dieu. 

J'aimerais que les gnostiques de bonne volonté réfléchissent à ce tissu de mensonges qui les enserre de toutes parts et les retient prisonniers dans l'erreur. Ce verset n'est qu'un exemple de mensonge parmi des milliers d'autres. Chers gnostiques, croyez-vous que le démon isiaque, qui inspire cela, est bien fiable ? Croyez-vous que les pasteurs qui diffusent depuis des siècles cette fausse doctrine soient dignes de confiance, quant aux dogmes qu'ils vous enseignent ? Feriez-vous confiance à de tels menteurs, dans votre vie professionnelle ? Non. Alors pourquoi leur faites-vous confiance pour votre âme, qui est encore bien plus précieuse ?


Notes :

1. Nominatif = sujet d'un verbe. 
Vocatif = interpellation de quelqu'un, apostrophe dans le discours direct. Le vocatif est rare

2. Au sujet des textes bibliques, on peut consulter cet article sur les différentes Bibles, qui comporte de nombreux liens vers ces bibles, ainsi que vers les manuscrits non gnostiques de Qûmran.

3. recherches intéressantes sur les commentaires des différentes traductions de ce verset Genèse III, 15 :

Cet extrait en allemand dit que l'emploi du masculin dans le texte grec est incongru, déstabilisant (sprachwidrig).



Les extraits suivants étudient le texte massorétique kabbaliste, nommé TM en abrégé, la septante (LXX), le Targum (Tg). Il y a des éléments intéressants pour percer le sens kabbaliste des deux nouveaux verbes mis par Jérôme de Stridon, mais il ne faut pas perdre de vue que le texte hébreu auquel il est fait allusion date d'après Jésus, remanié par les rabbins. Il n'a donc aucune autorité. C'est la Septante et les notes de la Vetus Latina qui sont le plus fiables.












mardi 24 septembre 2019

DEUXIÈME PRIÈRE POUR SANCTIFIER LE DIMANCHE






Pour éviter que l’habitude ne nous fasse perdre la ferveur, je propose une autre prière qu’on peut réciter pour sanctifier le dimanche, en alternative avec la prière déjà existante. Cette seconde prière dominicale se calque davantage sur les étapes de la réactualisation du sacrifice de Jésus et elle est davantage centrée sur l’amour des âmes. (Je préfère ne plus dire « messe » mais « réactualisation du Sacrifice de Jésus » car il me semble que le mot « messe » est peut-être une appellation gnostique pour désigner le culte kabbaliste alchimique sacrilège. Je dois encore faire des études pour le vérifier mais en attendant, je préfère m’abstenir le plus possible d’employer ce mot). 

Dans cette seconde prière, il y a davantage de prières pour les âmes du purgatoire et pour les vivants dont nous souhaitons la conversion. Cette prière est également davantage faite en union avec Jésus glorieux et avec les saints. 

Le purgatoire existe. Il existe un lieu pour se purifier de ses péchés après la mort. Plusieurs passages bibliques nous l’enseignent : 

I Pierre III 17-20 : 
"Le Christ a souffert une fois la mort pour nos péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous ramener à Dieu, ayant été mis à mort selon la chair, mais rendu à la vie selon l'esprit. C'est dans cet esprit qu'Il est allé prêcher aux esprits en prison, rebelles autrefois, lorsqu'aux jours de Noé la longanimité de Dieu temporisait, pendant que se construisait l'arche, dans laquelle un petit nombre, huit personnes, furent sauvées à travers l'eau." 

Matthieu XII, 32 : 
"Et pour qui aura parlé contre le Fils de l'homme, il y aura rémission; mais pour qui aura parlé contre l'Esprit-Saint, il n'y aura de rémission ni dans ce monde, ni dans le monde futur." En latin, le mot "monde" est donné par "saeculum" qui signifie "siècle" ou "monde". Ces paroles de Jésus signifient donc qu'on peut obtenir après la mort la rémission de ses péchés. 

2 Maccabées XII 42- 46 : 
"Puis ils se mirent en prières, demandant que le péché commis fût entièrement pardonné; et le valeureux Judas exhorta le peuple à se garder pur de péché, ayant sous les yeux les conséquences du péché de ceux qui étaient tombés. Puis, ayant fait une collecte où il recueillit la somme de deux mille drachmes, il l'envoya à Jérusalem pour être employée à un sacrifice expiatoire. Belle et noble action, inspirée par la pensée de la résurrection... Car, s'il n'avait pas cru que les soldats tués dans la bataille dussent ressusciter, c'eût été chose inutile et vaine de prier pour des morts. Il considérait en outre qu'une très belle récompense est réservée à ceux qui s'endorment dans la piété, et c'est là une pensée sainte et pieuse. Voilà pourquoi il fit ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu'ils fussent délivrés de leurs péchés." 

Si cela aide au recueillement, nous pouvons nous représenter en esprit que nous sommes au ciel, devant Jésus, en compagnie des saints et des anges qui nous regardent avec amour. 


Prière d’adoration et de contrition (correspondant au Confiteor) 


Père, Fils, Saint Esprit, Dieu de la religion chrétienne non gnostique, je viens me prosterner devant vous. Je vous adore de toute mon âme. Je ne suis pas digne de me tenir en votre présence parce que tant de fois j’ai offensé votre amour par mes ingratitudes, ma froideur, mon indifférence, mes péchés. Je vous demande pardon du fond du cœur. 

Dieu infiniment saint, puissant, aimant, en présence de tous les saints, je viens vous ouvrir mon âme, avec tous ses péchés, ses aveuglements, ses misères. Pardonnez-moi, éclairez-moi, guérissez-moi. 

Sainte Vierge Marie, mère de Jésus dont le visage est sur le linceul de Turin, ce n’est pas Isis, le démon égyptien, que je prie, c’est la mère de Jésus. Voyez ma misère. Je suis votre enfant, je vous suis consacré(e). Intercédez pour moi auprès de Jésus. 

Saints apôtres, saints martyrs, tous les saints, saint Raphael, saint Gabriel, saint Michel, tous les anges voyez mes péchés et ma misère. Priez pour moi, je vous en supplie, afin que je ne mette aucun obstacle à l’amour et à la volonté de Dieu. Suppliez Dieu pour moi, afin qu’il répare le mal que j’ai fait et que je ne suis pas capable de réparer. 


Demande à saint Jean ou à un saint apôtre 


Saint Jean, je voudrais faire célébrer le Saint Sacrifice de Jésus pour obtenir des grâces pour des âmes que j’aime, mais il n’existe me semble-t-il aucun prêtre qui célèbre à présent selon la volonté de Dieu. A ma connaissance, tous les prêtres actuels célèbrent avec une intention gnostique kabbaliste, opposée aux intentions de Dieu. 

Je viens donc me prosterner à vos pieds pour vous supplier s’il vous plaît de célébrer au ciel le saint sacrifice selon la volonté de Jésus, à mes intentions. 

Je voudrais que vous offriez Jésus, la victime parfaite, pour délivrer le plus possible d’âmes du purgatoire , en particulier les âmes que Jésus préfère et auxquelles il voudrait envoyer des grâces et …. (nommer des morts qui nous tiennent à cœur). 

Je voudrais aussi que vous offriez Jésus pour convertir le maximum de personnes vivant en ce monde, en particulier …. (nommer ceux qui nous sont particulièrement chers). 

Tous les saints apôtres, saint Pierre, saint Jacques, saint Paul, tous les saints évêques et prêtres qui êtes au ciel, je vous demande s’il vous plaît, dans la mesure où cela est possible, de célébrer la réactualisation du Sacrifice de Jésus pour toutes les âmes de bonne volonté de tous les temps qui se convertiraient si quelqu’un priait pour elles. Je vous demande de célébrer également pour toutes les âmes du purgatoire de tous les temps qui seraient délivrées si quelqu’un priait pour elles. 

Je voudrais prier nommément pour chaque âme avec ferveur, comme si c’était mon âme préférée, afin qu’on ne puisse pas dire : « ce pécheur est allé en enfer parce que personne n’a prié ni intercédé pour lui. » ou bien : « cette âme du purgatoire a été torturée pendant plusieurs siècles parce que personne n’a prié pour elle. » 

Jésus, Saint Jean a dit de vous : « Si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ, le juste. Il est lui-même une victime de propitiation pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais pour ceux du monde entier. » Jésus, je vous demande s’il vous plaît d’être mon avocat et l’avocat des âmes que vous voulez me confier. 


Jésus Grand Prêtre 

Dans l’épître aux Hébreux, saint Paul nous enseigne en parlant de Jésus (He V, 7) : « Dans les jours de son incarnation, ayant offert avec larmes et grands cris des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, il a été exaucé pour son humble respect. Et quoiqu’il fût le Fils de Dieu, il a appris l’obéissance par ce qu’il a souffert. Et par sa consommation, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent, la cause du salut éternel, nommé par Dieu Pontife selon l’ordre de Melchisédech. » 

Jésus, saint Paul vous présente d’une façon bouleversante. Vous vous êtes prosterné humblement, vous avez sangloté, vous avez crié vers votre Père pour nous, pour nous obtenir la grâce du salut. Mais contrairement à la gnose catholique, orthodoxe et protestante qui enseigne qu’on peut exploiter votre sacrifice pour le faire servir à la victoire d’Isis-Horus-Satan et des désobéissants qui le suivent, saint Paul nous précise bien que le salut sera pour tous ceux qui vous obéissent. 

Jésus, apprenez-moi à votre exemple à intercéder pour les âmes que j’aime, afin qu’elles vous obéissent. Remplissez mon âme de vos sentiments d’humble respect, d’amour et de supplication, afin que je vous touche et que vous vous fassiez auprès de votre Père l’avocat irrésistible de mes pécheurs et de mes âmes du purgatoire. Les âmes du purgatoire, elles, sont déjà dans l’esprit d’humble respect et d’obéissance. Si vous leur en donnez le pouvoir, je voudrais qu’elles me remplissent et remplissent mes pécheurs de leur esprit d’humilité et de contrition. 



Kyrie pour les âmes du purgatoire et les morts qui nous sont chers. 

Père, Jésus a dit que ce que nous vous demanderions en son nom, vous nous le donneriez, pour que notre joie soit parfaite. 

Père, au nom de Jésus, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de … (nommer nos chers défunts. Nous pouvons la première fois les nommer de façon exhaustive puis ensuite ne nommer qu’une, deux ou trois personnes et choisir un terme englobant tous les autres : ex : « tous mes défunts ». Sentons-nous libres de faire comme nous le voulons. Il ne faut pas que l’énumération gène notre prière. Jésus connaît ceux que nous aimons, il voit notre intention.) 

Père, au nom de Jésus, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de … (nommer de nouveau les morts qui nous tiennent à cœur) 

Père, au nom de Jésus, votre Fils Bien-aimé, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de …. 



Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous avez voulu souffrir pour chaque homme, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de …. (nommer) 

Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous avez voulu réparer chaque péché, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de …. 

Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous vous êtes offert en victime pour payer notre dette à notre place, ayez pitié des âmes du purgatoire, ayez pitié de …. 



Saint Esprit, au nom des souffrances de Jésus qui a parfaitement satisfait la justice divine pour tous les péchés, je vous supplie de délivrer le plus possible d’âmes du purgatoire en accélérant leur purification par l’amour. Je vous supplie en particulier pour … (nommer). 

Saint Esprit, je vous supplie d’inspirer les âmes du purgatoire de faire les prières qui vous plairons le plus. Je vous supplie en particulier pour les âmes que vous préférez et pour … (nommer). 

Saint Esprit, je vous offre tous les mérites des saints de tous les temps unis aux mérites de Jésus pour délivrer les âmes du purgatoire. Je vous supplie en particulier pour … (nommer) 



Prière au bon larron, aux saints et aux anges pour les pécheurs 

Saint bon larron (1), vous blasphémiez au début de votre crucifixion. Votre cœur a été changé, probablement au moment où vous avez entendu Jésus pardonner à ses bourreaux. Apprenez-nous à pardonner à ceux qui nous ont fait du mal afin que nous puissions non seulement sauver notre âme, en obéissant aux préceptes du Notre Père qui nous demande de pardonner les offenses, mais aussi sauver d’autres âmes. 

Vous étiez un brigand, vous êtes devenu un saint. Vous aviez fait des crimes, vous êtes allé au ciel le jour de votre mort. 

Vous avez reçu cette grâce parce que vous avez fait quatre bonnes actions : 

Vous avez défendu l’honneur de Jésus qui était insulté par le mauvais larron. 

Vous avez accepté avec amour, contrition et humilité votre crucifixion et votre mort en disant que vous aviez mérité votre supplice. 

Vous vous êtes abandonné avec confiance à la miséricorde de Jésus en lui demandant de se souvenir de vous quand il serait dans son royaume. 

Vous avez proclamé et reconnu la royauté et le pouvoir de Jésus en reconnaissant qu’il dirigeait un royaume. 

Je viens me prosterner à vos pieds. Je vous supplie de me donner votre état d’esprit au moment de ma mort afin que j’aille tout droit au ciel, malgré mes péchés et ma vie médiocre. Obtenez-moi cependant de me corriger dès maintenant sans attendre. Protégez-moi de la tiédeur. 

Je vous supplie d’intercéder auprès de Jésus pour toutes les âmes du monde entier qui se convertiraient si quelqu’un priait pour elles. Je vous supplie en particulier d’intercéder pour …. (nommer les âmes des vivants qui nous sont chers et dont nous souhaitons la conversion). 

Saint bon larron, je vous confie toutes les âmes que Dieu voudrait que je sauve, de toute éternité, si j’étais parfaitement fidèle à ses inspirations. Je confesse que j’ai souvent agit d’une autre façon que Dieu voulait, par ignorance, bêtise, aveuglement, négligence, lâcheté, parfois méchanceté. Je voudrais réparer mes bêtises mais j’en suis incapable. 

S’il vous plaît, allez voir Jésus et demandez-lui de réparer tous mes péchés et mes erreurs, afin qu’aucune âme ne soit perdue, ne souffre en purgatoire ou soit moins sainte à cause de moi. Jésus vous a donné la rémission de tous vos péchés. Je vous supplie de m’obtenir la grâce qu’il répare ma vie et le mal que j’ai fait. 

Au nom de l’amour de Jésus qui n’a pas refusé de vous sauver en raison de vos crimes, priez Jésus pour mes pécheurs. Demandez-lui de leur donner, malgré mes fautes, les grâces que j’aurais dû leur mériter. Je m’offre à souffrir tout ce que Jésus voudra, en union avec lui, en réparation de mes fautes, pour leur obtenir toutes les grâces qu’ils auraient dû obtenir si j’avais été fidèle aux inspirations de Dieu. 

Ils ont souvent fait des choses moins graves que vous mais ils sont en danger de se perdre parce qu’ils n’aiment pas Jésus qui a fait leur âme pour être sainte et heureuse avec lui. Ils n’aiment pas Jésus, bien qu’il soit mort pour eux. Ils veulent au contraire donner leur âme au démon isiaque qui les hait et les trompe par ses fausses consolations, ses fausses révélations contradictoires d’une religion à l’autre, ses promesses mensongères. 

Saint Jean, saints apôtres, tous les saints, tous les anges, je vous supplie de prier pour mes âmes. Je vous les consacre. Je vous conjure de leur obtenir les grâces que Jésus aurait voulu leur donner. 


Kyrie pour les vivants qui nous sont chers et n’aiment pas Jésus 

Père, au nom de Jésus, sauvez nous. 

Père, au nom de Jésus, sauvez ceux qui vous désobéissent, sauvez …. (nommer les personnes qui nous tiennent à cœur, dans le même esprit que pour les âmes du purgatoire. On peut en nommer une, deux ou trois puis choisir un terme général pour les autres. Ex : « mes pécheurs » ou « mes âmes chéries » ou « mes enfants ». On peut aussi varier les noms suivant les phrases.) 

Père, au nom de l’amour avec lequel Jésus s’est offert en victime de propitiation, sauvez ceux qui ne vous aiment pas, sauvez … (nommer). 



Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous avez enduré les souffrances de la couronne d’épines, éclairez-nous, éclairez …. (nommer). 

Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous avez souffert la flagellation, pardonnez-nous nos péchés, pardonnez à …. (nommer). 

Jésus, au nom de l’amour avec lequel vous vous êtes laissé crucifier, convertissez-moi, convertissez …. (nommer). 

Jésus, enseignez-nous que la vraie noblesse, c’est de se soumettre à votre volonté, parce que l’union de notre volonté avec la vôtre nous rend semblables à vous, qui êtes Dieu. Le démon isiaque a fait croire à Adam et Eve qu’ils seraient comme Dieu s’ils désobéissaient, alors qu’au contraire, on se divinise en obéissant à Dieu, par l’union de notre volonté avec la sienne. Cet acte d’amour nous transforme en celui que nous aimons et nous anoblit, car toute noblesse est une participation à la noblesse de Dieu, le Roi des rois. 


Saint Esprit, ayez pitié de nous, apprenez-nous l’humilité. 

Saint Esprit, ayez pitié de nous, apprenez-nous la vérité. 

Saint Esprit, ayez pitié de nous, apprenez-nous à aimer. 


Offertoire 

Offrande des mérites de Jésus et des saints 


Père, je vous offre votre Fils Bien-aimé par les prières de Saint Jean et de tous les saints prêtres et évêques qui sont au ciel. Je vous offre les mérites infinis de sa sainte vie, les mérites de ses souffrances et de sa mort, afin de libérer le maximum d’âmes du purgatoire et de sauver le maximum de pécheurs. 

Au nom de l’humilité de Jésus, pardonnez-nous nos péchés d’orgueil, de vanité. 

Au nom de l’amour de Jésus, pardonnez-nous tous nos manques d’amour, notre égoïsme. 

Au nom de la force de Jésus, pardonnez-nous nos lâchetés, notre respect humain. 

Au nom de ses saintes paroles, pardonnez-nous nos mensonges et nos mauvaises paroles. 

Au nom de ses vertus, pardonnez-nous nos péchés. 

Père, par les prières de Saint Jean et de tous les saints prêtres et évêques qui sont au ciel, je vous offre les mérites de tous les saints de tous les temps afin de libérer le maximum d'âmes du purgatoire et de sauver le maximum de pécheurs.



Ajout de notre part aux souffrances du Christ 


Jésus, vous avez offert tous vos mérites pour que nous puissions puiser dedans à volonté et les appliquer aux âmes. Cependant, Saint Paul enseigne que vous voulez que nous apportions notre part de mérites. Il dit : (Col. I, 24) « Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l'achève en ma chair, pour son corps, qui est l'Eglise. » Nous devons donc être disposés à souffrir pour les âmes. Vous voulez que nous participions à leur salut. 

Mais vouloir souffrir pour vous aider à sauver les âmes n’est pas suffisant. Vous nous enseignez que nous devons aimer notre prochain comme vous, jusqu’à vouloir mourir pour lui. Vous nous dites (Jean 15, 9-17) : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. […] Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. » 

Par ces paroles, vous nous dites comment nous pouvons devenir votre ami et obtenir de votre Père les âmes que nous lui demanderons : c’est en aimant ces âmes jusqu’à vouloir donner notre vie pour elles. C’est ce degré d’amour des autres qui nous fera devenir votre ami. 

Jésus, je vous offre ma mort avec toutes ses souffrances, en union avec la vôtre, pour sauver les âmes. 



Prière facultative (à faire uniquement si nous le sentons. Ne nous sentons pas obligés de faire cette prière car Dieu peut nous prendre au mot. Il faut donc être prêt à tout, même au martyre, avec la grâce de Dieu. Si cette prière nous stresse, ne la faisons pas. C’est que Dieu ne nous la demande pas). 

Jésus, si cette prière vous plaît et est selon votre volonté, si vous êtes disposé à m’aider à supporter les épreuves qui en découleront peut-être, je m’offre, en union avec vous à souffrir tout ce que vous jugerez bon et nécessaire, pour sauver le maximum de pécheurs et d’âmes du purgatoire, en particulier ….. (nommer). Jésus, je suis prêt(e), avec votre grâce, à souffrir tout ce que vous voulez pour … (nommer des vivants que nous voulons sauver) mais ne permettez pas que ces/cette âme(s) se perde(nt). 

Jésus, j’ai conscience qu’une âme a une valeur infinie et que mes souffrances et mes mérites sont d’une valeur très limitée, mais vous pouvez suppléer à mon insuffisance par vos mérites infinis. En soi, vous n’avez pas besoin de moi, vos mérites sont suffisants. Vous pouvez, si vous le voulez, sauver cette/ces âme(s) par pur amour gratuit. N’avez-vous pas dit à Moïse : « Je fais grâce à qui je veux faire grâce et je fais miséricorde à qui je veux faire miséricorde » (Exode, XXXIII, 19) ? Je vous supplie de faire miséricorde à …. (nommer) et je veux bien, dans l’esprit où Saint Paul s’offrait, compléter en moi ce que vous me demanderez pour eux. J’ai parfaitement confiance en vous. 

Je sais que vous ne m’enverrez pas d’épreuves au-dessus de mes forces et je sais que si vous permettez de grandes épreuves, vous augmenterez mes forces en proportion, même si je ne le sentirai peut-être pas. Sur la croix, vous vous êtes senti abandonné et vos souffrances étaient immenses. Peut-être serai-je ainsi un jour, mais du moment que je ne vous offense pas et que mon amour pour vous n’en est pas diminué, cela ne me fait pas peur, si c’est votre volonté, si c’est le prix que vous me demandez de payer pour sauver des âmes. Si c’est votre bon plaisir, je sais que vous me soutiendrez, et si vous me soutenez, je peux tout. 

Jésus, je vous donne tous mes mérites et les récompenses qu’ils m’auraient méritées pour restaurer chez vos âmes du purgatoire la couronne qu’elles auraient dû avoir si elles avaient été parfaitement fidèles. Je vous les donne aussi pour réparer parfaitement la vie de tous les vivants qui ne vous aiment pas et que vous voulez sauver. 

Je m’abandonne à votre miséricorde et à l’intercession de vos saints et de vos anges. Je n’ai d’autre désir que de faire parfaitement votre volonté, en ce monde et dans l’autre. Je n’ai d’autre désir que votre plan d’amour se réalise parfaitement en moi, malgré les obstacles que je vous mets. Je vous supplie de réaliser votre plan malgré moi s’il le faut. Je me confie en votre bonté et votre amour infinis. Je suis votre enfant, vous êtes mon Père. Un Père aimant donne à ses enfants ce qui est le meilleur pour eux. J’ai confiance en vous. 

Jésus, ne permettez pas qu’il y ait à quelque époque que ce soit une seule âme qui aille en enfer parce que personne n’a prié pour elle. Je vous prie pour chaque âme de chaque époque, afin qu’elle soit sauvée. En union avec vous et dans la mesure où vous l’aimeriez pour chaque âme de chaque époque, je m’offre à souffrir tout ce qu’il faudrait pour que chacune d’entre elle obtienne la grâce de la conversion et du ciel. 


Consécration 

Père, je vous offre la mort de Jésus, réactualisée dans chaque consécration valide, afin de sauver les âmes du purgatoire, en particulier ….. (nommer). Père, je vous offre la mort de Jésus pour convertir le plus possible de vivants, en particulier …. (nommer). 

Je vous offre ma mort avec toutes ses souffrances, en union avec celle de Jésus, pour les âmes que vous souhaitez de toute éternité que je vous aide à sauver. Ces âmes sont mes enfants. Ne permettez pas que je ne perde aucun des enfants chéris que vous m’avez donnés. Je sais que sans votre assistance, c’est ce qui va se passer. Ne le permettez pas, je vous en supplie. Au nom de Jésus et de sa mort d’amour, sauvez mes enfants, sauvez mes chéris. Jésus, je ne les connais pas tous, mais je vous les consacre, un à un. Ils sont à vous avant d’être à moi. Vous êtes tout puissant. Protégez-les. Éclairez-les, guidez-les, fortifiez-les pour accomplir le bien. Rendez-les tous saints à l’âge parfait du Christ dont parle Saint Paul : je vous supplie de restaurer parfaitement en eux votre plan d’amour. Ne permettez pas qu’ils soient sauvés de justesse, avec une couronne imparfaite. Rendez-les tels qu’ils étaient destinés à être de toute éternité, s’ils avaient été parfaitement fidèles toute leur vie à votre volonté. [Ajout facultatif : Je suis prêt(e) à souffrir tout ce qu’il faudra pour cela, quel que soit le prix à payer, du moment que cette prière vous plaît et que vous êtes prêt à me soutenir.] 


Prière à la Syrophénicienne 

Jésus, mon manque d’humilité fait que souvent, j’ai l’impression que vous n’exaucez pas mes prières pour sauver les âmes. J’ai l’impression que ce que je vous dis ne sert à rien. Seule la prière humble vous touche et je ne suis pas humble, malgré mes efforts. Je vous demande pardon de mon orgueil et je supplie tous les saints, les anges, les âmes du purgatoire, de m’obtenir enfin la vraie humilité d’esprit. 

Jésus, comme vous l’avez fait pour la Syrophénicienne, vous me résistez. Vous me dites que vos grâces ne sont pas pour les chiens. Mon orgueil, mes ingratitudes, mes froideurs à votre égard sont la cause de votre refus et vous donnent le droit de me nommer ainsi. 

Je ne veux cependant pas me décourager, car la Syrophénicienne ne s’est pas découragée. Elle s’est humiliée et elle a obtenu ce qu’elle voulait : la délivrance de sa fille possédée. 

Sainte Syrophénicienne, s’il vous plaît, priez pour moi. Allez voir Jésus, intercédez pour moi et tous mes enfants, afin qu’ils soient délivrés du purgatoire s’ils sont morts et afin qu’ils soient éclairés sur les tromperies et les intentions perverses du démon isiaque, s’ils sont encore vivants. 

Sainte Syrophénicienne, j’ai confiance que vous priez pour eux et pour moi. Je vous en remercie du fond du cœur et je m’unis à vous autant qu’il est en moi. Jésus couronné d’épines, outragé, frappé par amour pour moi et en réparation de mon orgueil, je me prosterne à vos pieds, je vous demande pardon de mon orgueil. Jésus, crucifié et torturé sur la croix par amour pour moi, je vous demande pardon de mes ingratitudes et de ma tiédeur. Je vous supplie d’écouter les prières que vous font vos saints pour moi et pour mes enfants. 


Domine non sum dignus 

Jésus, je ne suis pas digne que vous écoutiez ma prière, mais dites seulement une parole et toutes mes âmes chéries seront sauvées. 

Jésus, je ne suis pas digne que vous écoutiez ma prière, mais dites seulement une parole et toutes mes âmes chéries seront sauvées. 

Jésus, je ne suis pas digne que vous écoutiez ma prière, mais dites seulement une parole et toutes mes âmes chéries seront sauvées. 


Communion 

Jésus, je vous fais une communion de désir. Je vous aime de toutes les forces de ma volonté. Je vous aime avec tout l’amour de votre Père, tout l’amour du Saint Esprit, tout l’amour des saints de tous les temps, tout l’amour des anges, tout l’amour dont les hommes auraient dû vous aimer et qu’ils ne vous ont pas donné. Je veux vous répéter cette prière à chaque battement de mon cœur, jusqu’à la mort. Ne permettez pas que, m’appuyant trop sur moi-même, je tombe dans le péché. Ne permettez pas que je vous trahisse un jour, si l’épreuve ou la tentation devenaient très fortes. J’ai peur de moi, je sais que je peux vous trahir, comme Judas, si j’ai une grosse épreuve ou une tentation. Je sais que je peux me révolter. Empêchez-moi de le faire un jour. Saint Pierre, qui avez renié Jésus, je vous conjure d’obtenir pour moi la grâce que je ne le renie jamais. Jésus, soyez mon berger, empêchez que je m’échappe hors du bercail. Prenez-moi dans vos bras, embrassez-moi. Je n’en suis pas digne, mais j’ai besoin de votre amour. Je ne peux pas vivre sans votre amour. Je me consacre à vous. Je vous donne mon corps. Je vous donne mon âme pour l’éternité. Disposez de moi selon qu’il vous plaira. Maniez-moi selon vos désirs. 

Jésus, puisque je vous suis consacré(e), tout ce qui est à moi est à vous. Mes enfants sont à vous. Protégez-les, je vous en prie. Vous savez que je n’en suis pas capable. 



Prière de confiance 


Jésus, vous ne me donneriez pas tant de désirs de sauver les âmes si ne vouliez pas m’exaucer. Vous ne me donneriez pas tant de désirs de délivrer les âmes du purgatoire, si vous ne vouliez pas le faire. J’ai confiance que malgré votre silence dû à mes mauvaises dispositions, je serai un jour entendu(e). Saint Jean me dit (I Jean V, 14-16): « Nous avons auprès de Dieu cette pleine confiance, que, si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous lui demandions, nous savons que nous obtenons ce que nous avons demandé. Si quelqu'un voit son frère commettre un péché qui ne va pas à la mort, qu'il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère, [à tous ceux dont ce péché ne va pas à la mort]. Il y a tel péché qui va à la mort ; ce n'est point pour ce péché-là que je dis de prier. » 

Saint Jean dit qu’il nous promet que nous serons exaucés pour toutes les personnes qui ne veulent pas faire de péché grave. Mais je voudrais davantage, Jésus. Et je voudrais que ce soit Saint Jean lui-même qui demande pour moi ces faveurs supplémentaires. En effet, parmi les âmes que je veux sauver, il y en a beaucoup qui commettent objectivement des fautes graves qui sont des péchés mortels, même si pour elles, subjectivement, ce n’en sont pas. Ces âmes savent cependant que pour Jésus, ce qu’elles font est un péché mortel et elles s’obstinent car elles ne veulent pour maître que le démon isiaque. Elles ne sont donc pas en ignorance invincible. Ces âmes m’inquiètent. Je vous supplie d’avoir pitié d’elles et de les éclairer sur les mensonges de la kabbale. Le bon larron avait commis des péchés qui mènent à la mort, il s’est converti. Nabuchodonosor aussi. Et pourtant, c’étaient des sanguinaires. 

Jésus, puisque vous avez fait ces grâces à des criminels comme le bon larron et Nabuchodonosor, je vous demande s’il vous plaît de les faire à mes pécheurs qui ont souvent fait des péchés moins graves. Dans leurs épîtres, Saint Pierre et Saint Paul affirment qu’ils ont parmi leurs fidèles d’anciens débauchés, d’anciens idolâtres, d’anciens voleurs. Ils affirment qu’ils sont été purifiés de tous leurs péchés par le Baptême et qu’ils sont devenus saints. Je vous demande des grâces identiques pour les âmes chéries que vous voulez me donner. Saint Jean, demandez s’il vous plaît cette grâce pour moi. J’ai confiance que vous ne me le refuserez pas. J’ai confiance en la puissance de votre prière. 

Âmes du purgatoire, si vous m’entendez dans le purgatoire et que Dieu vous donne du pouvoir, intercédez pour mes enfants. 

Saints du ciel qui avez reçu de ma part autrefois des grâces et des soulagements, lorsque vous étiez au purgatoire, je vous supplie de me suivre partout, de me surveiller sans cesse, comme des parents attentifs. Accompagnez-moi dans chacune de mes actions. Je vous confie tous mes enfants. Ils sont vos enfants aussi, vos petits frères et sœurs. Ils seront un jour des saints et ils loueront Dieu, ils vous aimeront. Priez pour eux. 



Désirs pour les convertis 


Saint Jacques, vous m’enseignez (Jacques, V, 19-20) : « Mes frères, si quelqu'un d'entre vous s'est laissé entraîner loin de la vérité, et qu'un autre l'y ramène, sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s'égare, sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés. » 

Saint Jacques, dans la mesure où c’est la volonté de Dieu et où ce n’est pas dangereux pour eux, je vous demande que vous obteniez pour tous mes pécheurs qui se seront convertis qu’ils deviennent eux-mêmes apôtres, et qu’ils témoignent contre la gnose kabbaliste, s’ils en venaient, comme ce sera le plus souvent le cas. 

Saint Jean dit (I Jean IV, 1-3) : « Mes bien-aimés, ne croyez pas à tout esprit ; mais voyez par l'épreuve si les esprits sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Vous reconnaitrez à ceci l'esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ incarné est de Dieu ; tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu. » 

La confession de la vraie foi chrétienne non gnostique est un signe de sincérité et couvrira leurs péchés. Il y a actuellement beaucoup de faux convertis qui simulent aimer Jésus et Marie, alors qu’ils prêchent en langue symbolique en faveur d’Isis et Horus, qui sont deux noms différents d’une même entité satanique. 

Faites que nous ayons des apôtres authentiques qui dénoncent l’hypocrisie de la langue des oiseaux et des symboles, qui démasquent l’hypocrisie du Pape, des évêques, des différents clergés de tous bords. Faites qu’ils préparent le monde pour la période historique qui va venir, la période de l’Église de Philadelphie, qui sera l’Église de l’amour fraternel et de la religion chrétienne non gnostique ressuscitée. 


Obtenez également aux convertis la grâce de recevoir un Baptême chrétien non gnostique, comme celui que Saint Pierre donna à Corneille et ses amis, afin qu’ils soient parfaitement purs et saints et reçoivent la rémission complète de la peine due à leurs péchés. Faites que les Baptêmes chrétiens augmentent dans le monde, parce que les fidèles se le seront donné mutuellement, en dehors des églises kabbalistes. 

Je vous supplie, chers saints, chers anges, de hâter la réalisation de la prophétie de Malachie (ch. III, 13-18) qui semble avoir été écrite pour notre époque, la fin de la période de l’Église de Sardes. Voici ce que Dieu dit aux méchants : 

« Vos paroles sont rudes contre moi, dit Dieu. Vous dites: Qu'avons-nous dit contre toi? Vous avez dit: C'est en vain que l'on sert Dieu; Qu'avons-nous gagné à observer ses préceptes, Et à marcher avec tristesse à cause du Dieu des armées?…Maintenant nous estimons heureux les hautains; Oui, les méchants prospèrent; Oui, ils tentent Dieu, et ils échappent ! Alors ceux qui craignent Dieu se parlèrent l'un à l'autre. Dieu fut attentif, et écouta. Un livre de souvenir fut écrit devant lui pour ceux qui craignent Dieu et qui honorent son nom. Ils seront à moi, dit le Dieu des armées, ils m'appartiendront, au jour que je prépare. J'aurai compassion d'eux, comme un homme a compassion de son fils qui le sert. Et vous verrez de nouveau la différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas. » 

Jésus, je vous supplie de susciter des convertis qui parleront aux autres, qui seront brûlants de charité, qui à leur tour s’offriront pour sauver des âmes, qui prouveront leur sincérité par une dénonciation systématique et universelle de la langue des oiseaux qu’ils pratiquaient autrefois, par la dénonciation des autorités, par le refus de l’établissement d’une hiérarchie qui serait vecteur d’infiltration


Prière de remerciement 

Père, Jésus, Saint Esprit, je vous remercie de toutes les grâces que vous m’avez faites pendant cette prière. Je n’en suis pas digne. Soyez béni, soyez éternellement aimé, adoré, honoré. Saint Jean, saints apôtres, saints prêtres et évêques, sainte Syrophénicienne, saint bon larron, tous les saints anges, tous les saints qui avez prié à mes intentions, je vous remercie des prières que vous avez faites pour mes âmes. Elles deviendront aussi vos enfants. Elles augmenteront votre degré de gloire et d’amour. 

Note :

(1) Je n’appelle pas le bon larron « Dimas » car ce nom fait apparition pour la première fois au IVe siècle dans un évangile apocryphe très douteux, l’Évangile de Nicodème. Je doute que le bon larron s’appelait ainsi en réalité. Ce nom a peut-être une symbolique gnostique.