dimanche 13 mai 2018

EXPLICATION DE LA CHANSON UNE SOURIS VERTE PAR PATRICK BURENSTEINAS - LE MOT RÉALITÉ SIGNIFIE ISIS EN LANGUE DES OISEAUX - LE REBIS ALCHIMIQUE - DEUX CHANSONS EN LANGUE DES OISEAUX SYMBOLIQUE : J'AI DEMANDÉ À LA LUNE ET LET THE SUN SHINE





Addendum important le 18/05/2018 pour l'explication de "trempez la dans l"huile". Voir partie de l'article écrite en gras et en bleu foncé, vers la fin.


Dans cette vidéo, min. 18 : Patrick Burensteinas explique la signification du mot Réalité : il s'agit de Réa, une déesse, et de lithe, la pierre. "Réalité" signifie : la déesse de la pierre, "on peut dire que c'est un esprit qui a pris matière, c'est juste ça", dit-il minute 18.13. Une déesse nommée Rea, un esprit qui a pris matière ? Patrick Burensteinas, l'alchimiste le plus connu France, signifie par ces mots que la déesse Réa-Isis prend matière. Comment ? Je réponds : par les messe kabbalistes faussement chrétiennes au cours desquelles le vin est consacré en Isis-Réa, au lieu d'être consacré en Jésus. 

Le sens du mot "réaliste" est un sens isiaque, très souvent. La philosophie réaliste du faux "saint" Thomas d'Aquin est en fait, la philosophie de la déesse Réa qui prend matière. Nous savons que ce kabbaliste dominicain a fait un traité d'alchimie qui est publié, tout en disant qu'on le lui a attribué par erreur. Ceux qui savent la vérité et qui mentent aux chrétiens seront sévèrement punis par Dieu.




Dans une autre conférence, Patrick Burensteinas explique en langue des oiseaux le sens d'une souris verte, chanson blasphématoire qui est elle-même en langue des oiseaux. Je vous traduis ici le sens de son explication que vous pouvez écouter dans cette vidéo : une souris verte décryptée par un alchimiste.

P. Burensteinas dit :
"une souris verte qui courait dans l'herbe" = "il y a un ver quelque part."
Ma traduction : il y a Jésus (ver) qui est avec Isis (l'herbe). L'herbe est un symbole sexuel féminin. "Quelque part" signifie également cela. (Et le mot "cela" signifie également cela, en un certain contexte).

Patrick Burensteinas explique :
"Je la prends par la queue" = la queue est la pierre, car les maîtres queux affûtent leur couteau sur la pierre qui s'appelle la queue. 

Ma traduction de cette explication : la langue des oiseaux ne peut tout dire. Patrick B. essaye donc de faire comprendre comme il peut que "queue" signifie "pénis" et que la "pierre" a le sens de "pénis". En réalité, "queux" vient du latin "coquus" qui signifie cuisinier, dit le wikitionnary. Cependant Wictionnary nous suggère que Patrick B. a raison en citant cette phrase de Huysmans en langue des oiseaux : 

"Peut-on, sans blesser Dieu, savourer une charlotte ? […] ; et les explications culinaires débordent, le confessionnal tourne à l’office, le prêtre devient un maître-queux. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)"

Et cette phrase d'Anatole France :

"La cuisine se fera dans des cornues et dans des alambics, et nous aurons des alchimistes pour maîtres-queux." — (Anatole France,La Rôtisserie de la reine Pédauque , 1893)


Wictionnaire donne cette phrase de Victor Hugo dont je ne comprends pas le sens alchimique :
"Nous ferons ce soir une chère Chère ; Vous n’y recevrez, maître queux, Qu’eux [les archers].— (Victor Hugo, Ball. 11)"

Jésus est comparé à l'organe sexuel masculin et à Attis castré par Cybèle-Isis, au moment où le prêtre kabbaliste brise la grande hostie, en prend un petit morceau (oeuvre au noir) et met ce morceau dans le calice rempli de sang satanique isiaque. Le mélange des deux substances s'appelle "oeuvre au blanc", et est représenté symboliquement par le mariage du roi et de la reine, mariage du soleil (Jahvé) et de la lune (Isis).

Patrick Burensteinas :
"... donc la queue est la pierre et quand le ver me sourit, je trouverai la pierre".

Ma traduction :
Donc le morceau d'hostie coupé, Jésus-Hostie (queue) est la pierre brute alchimique et quand Jésus est uni à M-Isis (me), je trouverai la pierre philosophale (nommée également "le sel alchimique", "Horus", "l'oeuvre au rouge". La pierre philosophale ou Horus est l'état du sang isiaque après que l'hostie consacrée a fini de fondre dedans et que la présence de Jésus a disparu. Isis et Jésus sont morts symboliquement, c'est-à-dire que le vin isiaque a changé, pour l'alchimiste. Il est devenu Horus, nommé aussi "l'enfant"(1) et Jésus est dissous. C'est pour cela qu'une des vidéos de P. Burensteinas est titrée par son admirateur : "processus alchimique et dissolution de l'ego". (Nous avons étudié que l'Ego est un nom de Jésus, en langue des oiseaux.) La spiritualité maçonnique enseigne qu'il faut que nous nous dissolvions en Isis en quittant tout ce qui en nous vient de Jahvé. La spiritualité maçonnique et kabbaliste catholique est un suicide spirituel.


Patrick Burensteinas :
"ces messieurs me disent" = Mes cieux me disent. Évidemment c'est que cela a été confié, c'est confidentiel".

[Au moment où Patrick B. dit cela, toute la foule de la salle se met à rire. Cela montre à quel point la France est initiée au sacrilège et le trouve très amusant. Pour les vrais chrétiens non gnostiques, ne soyez pas paniqués. Jésus veille et a prédit cette époque que nous vivons. Ils rient mais ils se convertiront, ou au moins une bonne partie de leurs enfants, lors du châtiment du 6e sceau. Nous allons avoir un Saint pape non gnostique et des millions de conversions lors de l'Eglise de Philadelphie, qui est la période historique qui va suivre la nôtre. Pour mieux comprendre le plan de l'histoire du monde, lire cet article. ]

Messieurs est un terme ambivalent pouvant signifier Isis-cieux. Là et la note de musique la signifient Isis, avec une connotation sexuelle féminine.

Patrick Burensteinas :
c'est pour cela que pour réussir l'oeuvre, il ne faut pas avoir de contentieux. 
Ma traduction :
"de comptes en cieux", c'est-à-dire des péchés que Isis n'aime pas. Je "rassure" mes lecteurs, les prêtres pédophiles et menteurs sont considérés comme n'avoir aucun contentieux et réussir très bien "l'Oeuvre", le Grand Oeuvre sacrilège de la Messe kabbaliste. La franc-maçonnerie et la kabbale disent que le péché, c'est faire des choses pour Jahvé et contre Isis. Donc pour eux, l'auteur de cet article est une très grande pécheresse vouée à l'enfer éternel et les pédophiles sont des saints qui auront une très belle place au ciel isiaque (qui n'existe pas). Je promets aux kabbalistes qui me lisent et qui approuvent la pédophilie et persécutent les bons, rient du sacrilège, qu'ils iront au contraire en enfer avec Isis-Satan, s'ils ne regrettent pas tous leurs péchés avant de mourir.

Patrick Burensteinas :
"trempez la dans l'huile, trempez la dans l'eau, ça fera un escargot tout chaud".
"l'huile, c'est quelque chose d'agité, qui colle, c'est du soufre. Donc on me dit finalement : il va y avoir une opération soufre. Après on me dit : Trempez-la dans l'eau. L'eau, c'est le contraire, c'est un mercure. C'est très léger et un mercure cela a l'habitue de capter les choses. A tel point que lorsque vous mettez des feuilles de thé dans votre eau, l'eau a bien le goût du thé (...)
"escargot" : "je me souviens de "gal", la pierre (..) et que lorsqu'il y a un feu, il y a des escarbilles et quand les gens ont des brûlures, on appelle cela des escarres. Donc "escargal" "pierre de feu" et la pierre de feu c'est le charbon ardent et le charbon ardent c'est le carbon culum, c'est l'escarboucle et c'est pour cela que c'est un escargot tout chaud. En gros, c'est la pierre des philosophes."

Ma traduction :
Je ne comprends pas parfaitement cette explication en langue des oiseaux mais il explique que l'eau est un symbole isiaque et que le mercure simple, en alchimie, c'est le vin isiaque après la consécration sacrilège du vin du prêtre kabbaliste faussement chrétien. Le vin devient alors Isis-Satan. Le mot "chose" est ambivalent en langue des oiseaux mais désigne le plus souvent Jésus-hostie. Une feuille de thé est je crois un symbole du T phallique, symbole masculin de l'hostie. 
P. Burensteinas dit que l'huile qui colle est le soufre. La colle, un pot de colle est un mot désignant Jésus en langue des oiseaux. Le soufre est l'hostie consacrée. L'huile est le symbole de la consécration du pain en Jésus, Jahvé. L'eau est le symbole du sang isiaque. Il me semble donc que "trempez-la dans l'huile" signifie : "consacrez l'hostie en Jésus", trempez la dans l'eau signifie, "prenez une parcelle d'hostie et trempez la dans le calice de sang isiaque satanique", ça fera un escargot, c'est-à-dire, cela fera brûler Jésus ce qui est faux. (Jésus ne souffre pas et n'est pas affaibli par ce culte).

Escargot = Escargal = escarboucle = charbon ardent

Gal vient de l'hébreu Gal qui signifie tas de pierres (sur un cadavre, parfois). Ce mot signifie également "source". La pierre des philosophes est Horus. Cependant, l'escargot étant souvent employé de façon dépréciative en langue des oiseaux pour symboliser Jésus, je ne suis pas sûre de bien comprendre si l'escarboucle, symbolisée par l'escargot tout chaud est Horus lors de l'oeuvre au rouge, ou Jésus, lors de l'oeuvre au jaune, quand l'hostie est à moitiés fondue dans le calice et que la présence réelle demeure encore.

Voici ce que dit ce site ésotérique :


Résumé :

L’escarboucle est l’ancien nom du rubis (voir ce mot) dont il partage la symbolique. Il vient du latin carbunculus qui signifie « petit charbon », sous-entendu charbon ardent, rougeoyant. Selon les légendes médiévales, l’escarboucle est la pierre que portent au milieu du front les dragons et les vouivres [1].
En héraldique, les rais d’escarboucle représentent le rayonnement de cette pierre incandescente qui aurait peut-être, dans un temps très lointain, occupée le centre des boucliers, umbo, l’ombilic.

[1] Rémy de Gourmont, Le latin mystique. Les poètes de l’antiphonaire et la symbolique au Moyen Âge, Paris, 1913, p. 210.

Le même site écrit :




Résumé :



Le rubis est une pierre précieuse de couleur rouge. On le nomme aussi corindon rouge et autrefois, escarboucle (voir ce mot). Il est en relation avec le feu, le sang, le cœur, et la vie. Attribut d’Arès – Mars, le dieu de la guerre et de la planète Mars.

Le rubis est symbole de vitalité, d’énergie, mais aussi de royauté, de puissance et de passion amoureuse. Dans l’antiquité, il était un emblème du bonheur.

Explication:
Mars, dieu de la guerre, est un autre nom de Jahvé, en langue des oiseaux. De cela, je suis certaine car j'ai souvent vu ce symbole. Cependant, le rubis est le rebis en alchimie, et le rebis est symbolisé par un androgyne à deux têtes. Je croyais que c'était un symbole d'Horus-oeuvre au rouge, l'androgyne, mais peut-être que je me trompe et que c'est un symbole de Jésus lors de l'oeuvre au jaune ou au blanc ? A suivre.



l'homme est Jésus et tient le compas et la femme est Isis et tient l'équerre. Voir article équerre-compas.




Rebis associé à un évêque catholique.

Une preuve de plus. Notez le symbole du Y, 

symbole de l'union de la voie de droite de l'arbre de vie kabbaliste (Jahvé) avec la voie de gauche, (Isis).


Un article sur le sujet propose en illustration du grand oeuvre deux chansons : "j'ai demandé à la lune", du groupe Indochine et "let the sun shine" de Julien Clerc.

Cliquer pour agrandir l'image. Cependant, il y a une erreur : L'auteur assimile Jahvé à Horus alors que Jahvé est assimilé à Ré, Seth, Shou ou Geb, en langue des oiseaux. Horus est le symbole de Satan-oeuvre au rouge qui va remplacer Jahvé. Ce n'est pas le symbole de Jahvé (phénix qui meurt) mais du diable (phénix ressuscité, en langue des oiseaux). Cependant, le soleil nouveau du matin symbolise Horus tandis que le soleil couchant symbolise Jahvé. Donc en ce sens, Horus peut être associé au soleil. En alchimie, le soleil qui s'unit à la lune isiaque est Jahvé soleil couchant. Le soleil levant Horus est le vin isiaque après que l'hostie consacrée a fondu dedans.



Note :

(1) NB : Je me suis trompée dans un article précédent sur Milou quand j'ai dit que "l'enfant" était Jésus. C'est suite à une affirmation inexacte d'un professeur de langue des oiseaux que j'avais pris un temps. Milou n'est pas l'enfant-Horus, c'est un symbole de Jésus-hostie. J'ai corrigé l'article sur Milou dont je mets le lien pour ceux qui ne l'ont pas lu.

(2)

(Alchimie) Le Rebis

Publié le par La porte est en dedans


L'union du male et de la femme, le soufre solaire et le mercure lunaire, de ces deux principes, nait le troisième, le sel.
De cette union alchimique, ...ni le mâle, ni la femelle n’ont le pouvoir de se régénérer par eux-mêmes car ils sont subordonnés à la Lumière et seule celle-ci est agissante sur ces corps vulgaires grâce à son pouvoir de rénovation, de destruction mais également de production.


Car si le Soleil est le Père de l’œuvre et la Lune sa Mère, c’est bien le principe d’Unité sous-jacent à ces deux astres qui est éternellement présent et que nous nommons la Lumière des lumières. (la terre (sel ) l'a porté dans son ventre.En Alchimie, le sel ammoniac n'est autre que le mercure philosophique.

La “Table d'Émeraude”, corps de la doctrine hermétique, décrit le Rebis comme engendré par le Soleil et la Lune. Or, la Lune est toujours subordonnée au Soleil dont elle ne fait que refléter la lumière. Elle représente en conséquence le principe passif ou féminin tandis que le Soleil figure le principe actif ou masculin
Du principe unique androgine, ce troisième principe incarne les deux éléments originels que sont Sulphur et Mercurius (mot à mot «le soufre et le mercure», au sens figuré «ce qui brûle et de qui coule»)

L'Androgyne, est par exellence l'alpha et l'oméga de l'être manifesté, l'adam de la génése.En effet, l'Adam originel était androgyne; il est devenu mâle quand Ève est née de l'un de ses cotés (et non de l'une de ses côtes), ce qui sépara de la matière primaire les deux principes.
L'Androgyne n'est ni masculin ni féminin, Il est neutre. Il est à la fois le symbole de l'être non encore manifesté dont les polarités sont toujours fusionnées au sein de l'Unité et de l'être manifesté ayant réalisé leur ré-intégration au sein de l'Unité primordiale

Le rebis du latin de Res Bina (chose double) , signifie donc l'union des polarités qui symbolise l'oeuvre alchimique et le dépassements des états particuliers de la matiere.

Toute chose (matière grossière )est double et posséde deux polarités.(fiscion)
La fusion alchimique et spirituelle est donc la mort et la rennaissance de la matière subtile endormie en cahcun d'eux.De la se dégage alors l'essence primordiale.Toute l’aventure humaine n’est donc que la recherche d’une moitié perdue.

Le Rébis (réunissant les 3 principes – soufre-mercure-sel) est une figure en forme d’œuf (et l’œuf est un symbole de la totalité, le principe qui contien tla Vie en devenir).L’œuf a une partie liquide (le jaune et le blanc) et une partie solide. Il est de nature minéral (la coquille) et animal. L’œuf philosophique contient l'Ouroboros ou serpent.

Dans le traité alchimique du "Levé de l'aurore" ("Aurora Consurgens") il est écrit :
"L'art est comparable à l'oeuf où l'on trouve quatre choses. La coquille est la Terre, et le blanc l'Eau, la très fine membrane qui est sous la coquille, c'est l'Air. Le jaune, c'est le Feu.
Le cinquième élément, la quintessence, c'est le poussin. Les alchimistes comparent l'embryon, le cœur, à l'aurore ainsi qu'au lapis. Ils lui donnèrent le nom de "point rouge au centre du soleil".

Un œuf contient en effet les quatre éléments, les trois substances de l’œuvre et le principe des opposés.
L’œuf symbolise la représentation de la totalité du macrocosme mais à l'échelle du microcosme.
Carl Gustav Jung écrit : "En alchimie, l’œuf représente le chaos tel que le conçoit l'adepte, la prima materia dans laquelle l'âme du monde est captive. De l'oeuf - symbolisé par le vase de cuisson rond - s'envole l'aigle ou le phénix, l'âme libérée - identique, en dernière analyse, à l'Antropos qui était emprisonné dans l'étreinte de Physis." ("Psychologie et Alchimie" - Page 266)
Dans le langage de la psychologie moderne l'union de l'inconscient et de l'âme : la quintessence.
Du latin quinta essentia (« cinquième essence ») qui traduit le grec πεμπτουσία, pemptousía (« cinquième substance »).
Ce sont le soleil et la lune de source mercurielle et origine sulfureuse qui, par le feu continuel, s’ornent d’habillements soyeux, pour vaincre étant unis, et puis changés en quintessence, toute chose métallique, solide, dure et forte. — (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 22)
La Quintessence est un vrai tombeau de Lumière ; Dieu l’a infusé dans toutes choses lors de la Création; mais après la chute elle s’est trouvée mélangée avec beaucoup d’impuretés ce n’est qu’au moyen de sa régénération qu’elle parvient à s’en dégager.

(Le Vrai et Vieux Chemin de la Nature d’Hermès Trismégiste)


(3) Voir la vidéo d'Indochine :"j'ai demandé à la lune" ou l'on voit un homme torse nu dans un blouson noir (symbolisant Jésus) dire qu'il montre ses brûlures à la lune (Isis). Il tient dans les bras un enfant nu puis une fille, symbole de l'oeuvre au rouge -Horus qui est parfois symbolisé par une fille. C'est le symbole de Satan qui va régner après Jésus.