dimanche 15 avril 2018

MOT N°4 : LE DANGER PRINCIPAL POUR LE CHRÉTIEN NON GNOSTIQUE



Au fur et à mesure que mes lecteurs non gnostiques verront la présence de la gnose et des menteurs un peu partout, ainsi que la façon dont ils ont été méprisés, trompés, et souvent exploités depuis des années, sans compter la façon ignoble dont les hypocrites gnostiques parlent de Jésus, ils risquent d'être saisis par la haine et la colère, surtout si l'on se met à les persécuter. Jésus a prévenu de ce danger, en parlant de notre époque, au chapitre 24 de Saint Matthieu. Il a dit que la charité des justes se refroidira. 

La lutte contre l'ennemi est nécessaire, mais il ne faut pas confondre le péché et le pécheur. Jésus a fustigé l'hypocrisie des pharisiens, il faut donc dénoncer l'hypocrisie des méchants et leur mensonge, mais en même temps, il ne faut pas les haïr et continuer de prier pour leur salut, comme Jésus sur la croix a intercédé pour ses bourreaux.

Le combat demande une grande force d'âme, quand on est quasiment seul ou seul contre tous, et donc on est tenté d'avoir les défauts de ses qualités et de tomber dans l'agressivité. C'est le travers dans lequel sont tombés les vrais chrétiens non gnostiques des premiers temps en luttant contre la gnose. Voici ce que dit Jésus à ce sujet, dans l'Apocalypse, au chapitre II, en décrivant la première des sept Églises représentant la période des tout premiers chrétiens des temps apostoliques : 

"Ecris à l'ange de l'Eglise d'Ephèse : Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d'or : 2 Je connais tes œuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs; 3 que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t'es point lassé. 4 Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour. 5 Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. 6 Tu as pourtant ceci, c'est que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que je hais aussi. 7 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises : A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu."

Commentaire :
Les Nicolaïtes sont les gnostiques de cette époque et le nom par lequel Jésus désigne les gnostiques, de façon générale. Jésus félicite les premiers chrétiens de haïr les œuvres des Nicolaïtes, mais il ne dit surtout pas de haïr les Nicolaïtes eux-mêmes. 

Il dit aux premiers chrétiens qu'ils sont en danger qu'on leur retire leur chandelier de sa place s'ils continuent à se refroidir dans la charité. Il faut donc apprendre à rendre le bien pour le mal et il faut apprendre à prier pour nos ennemis comme Jésus nous a dit à plusieurs reprises de le faire. 

Dans le Notre Père, il nous enseigne que pardonner à nos ennemis est la condition sine qua non pour que Dieu nous pardonne nos péchés. Détenir la vraie doctrine est nécessaire mais pas suffisant. Il faut également impérativement avoir la charité. Quand on est en plein combat et sous le coup des épreuves, on n'est pas souvent en consolation spirituelle. Il est donc parfois difficile de savoir si nous avons encore la charité, car nous ne sentons pas de bouffées d'amour pour ceux qui nous font souffrir. 

Nous devons donc alors nous demander à ce moment-là si nous faisons à notre prochain ce que nous aimerions que l'on nous fasse, du moment, bien évidemment, que notre gentillesse ne contribue pas à renforcer la gnose et ses mauvaises idées. Il ne faut pas collaborer au péché. Mais si notre prochain gnostique est en détresse, il faut l'aider, dans la mesure des règles de prudence, sans pour autant au nom de la prudence s'interdire de se fatiguer pour notre prochain. Il faut être aimant et dévoué et parfois donner de son temps et de son argent. J'ai remarqué, de façon générale, que la gnose actuelle, tant traditionaliste que conciliaire, est souvent très pingre pour aider son prochain gnostique. Ils parlent beaucoup de charité... tout en tenant des discours de haine toute la journée, en langue des oiseaux, contre Jésus et les chrétiens non gnostiques, et cela se traduit souvent dans les faits concrets, par de l'égoïsme non dissimulé vis-à-vis de leur prochain gnostique. Ne suivons pas cet exemple et aimons les gnostiques et les non gnostiques, tout en favorisant de préférence les non gnostiques, si nous avons le choix, car cette catégorie de la population n'aura souvent que les vrais chrétiens pour l'aider. 

Quand je sortirai de l'anonymat, après ma publication, j'essayerai d'organiser une structure d'entraide chrétienne, pour développer tout d'abord les liens et la charité entre les chrétiens, puis ensuite, rayonner.