vendredi 26 mai 2017

Le Horla de Maupasssant, symbole de Jésus - Le symbole du O coupé en deux, sel alchimique, Jésus. La rose, la cuisinière, la lingère, un sein dénudé, le lait, l'eau, symboles isiaques. Appellation "mère divine", symbole isiaque.Un valet, le mot Old, Donald, Picsou symboles de Jésus ou Jahvé. Le nombre 6, symbole ambivalent, souvent attribué à Jésus. Tom jedusor, Lord Voldemort, les horcruxes, un journal intime, Harry Potter symboles de Jésus ou Jahvé.


La plupart des couvertures de livres contiennent des symboles kabbalistes plus ou moins visibles. Pour la couverture du Horla, on voit une allégorie de la folie, en réalité la sorcière Hécate-Isis, déployant un ruban autour de l'infortunée victime masculine, symbolisant Jésus, qui est censé devenir fou peu à peu, comme le fou du tarot, arcane N°22 symbolisant Jahvé. (En réalité, Jésus n'est pas en difficulté, même s'il est sans cesse présenté comme un homme en détresse par les délires kabbalistes.)

Le ruban est un symbole du culte gnostique sacrilège et est souvent associé à Isis (voir cet article)


Origine kabbaliste hébraïque du mot Horla

Orlah, en hébreu signifie "prépuce", "incirconcis", ou "circoncire". Le kabbaliste Maupassant signifie ainsi de façon blasphématoire par ce nom que Jésus et son Père sont des incirconcis à circoncire, ou des prépuces coupés. Des prêtres kabbalistes disent la même chose lors de leurs sermons, en langue des oiseaux. Ils disent que l'hostie consacrée est un pénis coupé. Je donnerai un exemple dans mon étude, quand je dénoncerai les coupables. Cette "doctrine" kabbaliste blasphématoire est enseignée par l'Église kabbaliste depuis plus de 1500 ans, en langue des oiseaux, et est connue d'environ 90% de la population des pays développés. C'est un des sujets principaux de la langue des oiseaux. 

Quand je dis que ce blasphème est enseigné depuis 1500 ans, il faut cependant préciser qu'il y a 1500 ans, toute l'Eglise n'était pas kabbaliste, ce n'était qu'une minorité d'infiltrés qui l'étaient. Actuellement, cependant, l'Eglise est quasiment entièrement kabbaliste, je le prouverai peu à peu, à mesure que nous décrypterons la kabbale et la langue des oiseaux.

Note pour les chrétiens non-gnostiques 

Pour mes lecteurs non-gnostiques qui seraient nouveaux sur ce blog, vous pouvez aller lire l'article sur l'Apocalypse, décrivant en partie la progression de la gnose jusqu'à notre époque, nommée l'Eglise de Sardes, afin de mieux comprendre ce qui se passe en ce moment. Cet article est important pour ne pas désespérer car il décrit également notre sauvetage, le sauvetage de l'Eglise non gnostique, sous l'Eglise de Philadelphie prédite par Jésus. 

Nous allons actuellement vers la période historique nommée par Jésus l'Eglise de Philadelphie avec un Saint pape non gnostique qui sera très aimé de Dieu et sera exceptionnellement saint. Le ou les papes de cette période sont le(s) seul(s) papes qui ne sont pas critiqués par Jésus. Nous devons donc garder confiance, même si nous sommes actuellement une infime minorité et que l'Eglise fondée par Jésus semble perdue. De très beaux jours attendent encore l'Eglise chrétienne (je ne dis plus Église "catholique", car "catholique" est un terme de langue des oiseaux trop connoté kabbaliste. Catholique = kabbaliste, pour la majorité des gens maîtrisant la langue des oiseaux).


Le Horla, journal intime

Le Horla se présente comme l'écriture d'un journal intime inachevé. L'homme qui écrit sent un monstre présent autour de lui, le Horla. Ce monstre fait partiellement partie de lui-même. Il écrit au fur et à mesure ses impressions dans son journal. L'histoire se termine par l'incendie volontaire de sa propre maison par le rédacteur de ce journal, afin d'éliminer le monstre Horla qui le hante et qu'il croit avoir réussi à enfermer dans une pièce. Par étourderie et précipitation, l'homme, proche de l'hystérie, omet de prévenir ses serviteurs et brûle vifs son valet de chambre, sa lingère et sa cuisinière. 

Explication :

Les servantes et les métiers de cuisinière et de lingère symbolisent indifféremment les deux aspects de la déesse satanique, la sombre et la claire (lune sombre = Lilith et lune claire = Isis). 
Le symbole de la lingère est proche du symbole de la lavandière (voir l'article sur l'alchimie).
Symbole de la cuisinière : Isis est très souvent comparée à une maman qui fait la cuisine ou à une cuisinière qui coupe Jésus en morceaux, en fait de la compote, le fait cuire symboliquement. De nombreux aliments, que nous étudierons peu à peu, symbolisent Jésus. 
Ex : 
- la viande de bœuf, mouton, lapin, porc, canard, 
- l'orange, la poire, la pomme, la fraise, la tomate, le haricot, la fève, la pomme de terre (patate vient de l'hébreu Patath qui signifie tu le rompras, tu l'émietteras, c'est-à-dire tu rompras l'hostie-Jésus.) 
Les kabbalistes exerçant le culte sacrilège se reconnaissent parfois, surtout chez les conciliaires, par l'appellation qu'ils donnent à la messe de fraction du pain. Ils aiment le thème de "rompre le pain", dans leurs sermons car cela est une allusion en langue des oiseaux à la castration symbolique du culte sacrilège. 

Le "valet" brûle, dans l'histoire du Horla, car c'est un symbole de Jésus. Ce mot vient peut-être du strong hébreu baleh signifiant : "passé, vieilli, vieux". Les mots "passé, vieilli, vieux" sont attribués  par la langue des oiseaux à Jahvé, censé être un vieux en fin de course. Dieu est souvent nommé Old + un nom, dans les livres et les films (Old Man, Old Dog, Old Boy). Un balai est le symbole de Jésus (voir cet article, vers la fin) et le b est souvent assimilé au v, par l'évolution de la prononciation, par exemple en espagnol. Officiellement, "valet" vient de "vassal"... Mais étant donné que ceux qui ont fait la langue française sont les troubadours kabbalistes aux dires de Richard Khaitzine, spécialiste de langue des oiseaux, étant donné que Rabelais, puis Ronsard et ses complices de la Pléiade, tous immoraux et kabbalistes, et tous parlant en langue des oiseaux, ont apporté des milliers de mots à la langue française, il faut souvent chercher la véritable étymologie de certains mots français du côté des strongs hébreux ou grecs, mais surtout hébreux. Les rabbins juifs affirment que le français est la langue la plus proche de l'hébreu. C'est normal, car la France est le pays où la kabbale s'est implanté le plus vite. C'est malheureusement la signification véritable et unique de l'expression de langue des oiseaux, France, fille aînée de l'Eglise. Les vrais chrétiens se sont fait tromper par cette expression kabbaliste, nous le verrons plus tard.

L'incendie avec le triple homicide involontaire est le symbole du culte gnostique sacrilège dans lequel le roi alchimique (Jésus-valet) et la reine alchimique (Isis-Binah-cuisinière et Isis-Gevourah-lingère) "meurent" pour former l'oeuvre au rouge, dernière étape du culte sacrilège kabbaliste. Cette "mort" est censée symboliser la dissolution de l'hostie dans la substance isiaque lors du culte sacrilège. Jésus-hostie disparaît en Isis et Isis voit sa propre substance isiaque s'altérer également, puisque l'hostie consacrée est entrée dans sa composition : il ne s'agit donc plus d'Isis-mercure simple, puisqu'elle a eu Jésus en elle. Le mercure simple est Isis seule. 

Il ne s'agit pas non plus du mercure double ou mercure philosophique, correspondant à l'oeuvre au blanc c'est-à-dire au moment ou la présence réelle est dans la substance isiaque, l'hostie n'étant pas encore assez dissoute pour que la présence de Jésus ait disparu.

Il s'agit d'une troisième substance nommée par les alchimistes "ether" et d'autres noms que je n'ai pas encore bien identifiés. C'est le nom de la substance isiaque, une fois que l'hostie a fini de se dissoudre dedans et que la présence réelle est partie.

Cet homme qui écrit son journal dans le Horla, est également une image de Jésus, comme le Horla et comme le journal intime, qui symbolise également Jésus(1). Jésus est souvent représenté comme un personnage ayant des dédoublements de personnalité, car il est l'image du Père. 

Un bon exemple de cela peut se voir chez les Dupondt, t et d, dans Tintin. Dupont est le Père, il possède symboliquement le phallus, symbolisé par la lettre T, en langue des oiseaux.  Dupond est le fils. Le D est le symbole de la castration, puisque c'est un O coupé en deux. (voir cet article pour davantage d'explication sur le D, Daleth hébreu).

Caractéristiques du Horla :
-  Il boit de l'eau la nuit, ainsi que du lait 
-  Il cueille une rose qu'il se met à la bouche. 
-  Il est invisible. 

Jésus est appelé "l'homme invisible" en langue des oiseaux.



Sur cette image, Moïse et Elie étant également des symboles de Jésus ou Jahvé en langue des oiseaux, ont été rendus invisibles, de façon à créer un symbole trinitaire invisible du vrai Dieu. 

Dans le super Picsou géant n°140 de 2007, p.112, Donald est rendu invisible par des savants fous. Or le canard Donald est un symbole de Jésus, tant par le fait qu'il est canard (animal symbolisant Jésus) que par son prénom Donald, symbolisant Jésus, que parce qu'il est le neveu de Picsou, symbolisant Dieu le Père. C'est donc encore un exemple de Jésus appelé invisible. Un article sera fait sur Donald et tous les personnages symboliques de Picsou.




Jésus, symbolisé par le Horla qui boit de l'eau, du lait

Jésus est représenté souvent comme un homme qui boit de l'eau, parfois comme un noyé qui boit la tasse, à cause du sacrilège du culte gnostique. On peut retourner voir l'article expliquant le symbole de Capitaine Haddock-Jahvé en train de se noyer, par exemple. L'eau est en effet un symbole isiaque, nous l'avons vu dans l'article yin yang.

De même, à cause de ce sacrilège, Jésus est représenté comme buvant du lait, à cause du lait isiaque que Jésus est censé téter. Jésus est représenté comme tétant au sein isiaque, à cause de la substance isiaque du culte gnostique dans laquelle l'hostie consacrée est dissoute. Cette substance est symbolisée également par du lait. 

Voici une image kabbaliste nommée le Dyptique de Melun, montrant Isis (sous les traits d'Agnès Sorel) allaitant Jésus, avec un sein dénudé. Cette peinture a été faite par le peintre Jean Fouquet en 1452 environ, pour le trésorier de Charles VII (le roi qui a laissé brûler Jeanne d'Arc), nommé Etienne Chevalier. Etienne Chevalier voulait un portrait pour la collégiale de Melun. Ce tableau obscène a été effectivement conservé dans la collégiale de Melun jusque vers 1770. C'est un indice de la perversité du clergé et de la perversité de l'entourage du roi, dès cette époque. Le roi mis en place par Jeanne d'Arc n'était d'ailleurs pas meilleur, nous le verrons plus tard. 

Cette image est très populaire pour sa façon sensuelle de représenter Isis et pour ses 6 angelots-démons rouges, symbolisant Jésus en kabbale. Le six symbolise le plus souvent Jésus, en langue des oiseaux, en tant qu'appelé "Satan" par la kabbale. Berechit, le premier mot de la bible kabbaliste signifie paraît-il, en langage de la kabbale : il créa par six. C'est une des preuves que la kabbale sait que Jésus a créé l'univers et non Noun-Isis, comme elle le dit parfois pour faire perdre la foi. Dans ce tableau, les six angelots nus représentent Jésus. Ils sont probablement une allusion aux six anges du livre d'Hénoch (livre apocryphe de l'ancien testament, ayant servi d'inspiration pour la magie enochienne) qui s'unirent aux filles de Seth. Cf. Steve Desrosiers au nombre six. Steve Desrosiers dit que le six est également un nombre de Vénus. Donc le six est ambivalent.



J'ai rajouté des rectangles blancs. L'imagerie kabbaliste aime représenter Jésus entièrement nu, pour symboliser le sacrilège du culte gnostique. Elle aime également représenter Isis de façon sensuelle, particulièrement avec un sein dénudé. (voir articles précédents n°1 et 2 abordant ce symbole)

Le Horla se met une rose à la bouche : la rose, symbole d'Isis

La rose est le symbole d'Isis, appelée "Rose mystique" par la kabbale dite "chrétienne" et symbolisée souvent par la rose, fréquemment rouge ou blanche... mais elle peut être bleue ou d'une autre couleur. 

Vous pouvez, en cliquant sur ce lien, constater la présence d'une centaine de profils facebook nommés "Isis Rose".

Un personnage s'appelant Rose, Rosa, Roseline ou bien une rose ou la rosée sont des symboles isiaques. Une rose sur une croix (cf. les Rose-Croix) ou à côté d'une croix ou unie à la croix d'une façon ou d'une autre symbolise le culte cybélien kabbaliste sacrilège, très souvent. C'est le sens du blason de Luther, qui était kabbaliste Rose-Croix.

Blason de Luther.


Image maçonnique de la trinité isiaque : Hécate-Isis-Vénus : 
les trois aspects du "féminin sacré" satanique. Je ferai un article sur la déesse au triple visage.


Une apparition isiaque avec une rose blanche à la place du cœur : les apparitions de "la mère divine".



Voix et Echo de la "mère divine", blog appartenant à l'Eglise conciliaire

Il s'agit d'apparitions d'Isis en réalité...  La plupart le savent, tout en faisant semblant d'aimer Marie, mère historique de Jésus. Nous étudierons plus tard ces apparitions, très intéressantes pour dévoiler et décrypter les apparitions isiaques en général. Isis-Satan se présente avec une rose blanche à la place du cœur.


Première preuve que l'apparition est isiaque : l'appellation "mère divine" ou "divine mère"

L'appellation : "mère divine" ou "divine mère" employée par la kabbale dite "chrétienne" depuis des siècles et par de nombreux faux saints des siècles passés est hérétique. Cette expression signifie en effet, non que Marie est mère de Dieu, mais que c'est une déesse. Une "mère divine" est une mère qui est divine. Ce n'est pas la mère de Dieu. Grammaticalement, "mère divine" ne peut pas signifier "mère de Dieu". L'hérésie de cette appellation est donc déjà presque suffisante pour démasquer Isis et les kabbalistes.

Revenons à présent au Horla : nous comprenons à présent pourquoi ce monstre, dont le nom signifie prépuce, boit de l'eau, du lait et cueille une rose qu'il se met à la bouche, la bouche étant un symbole sexuel.

Le O coupé en deux, symbole alchimique du sel, de Jésus-hostie lors de l'oeuvre au blanc.

Dans cette image, le O du mot Horla est coupé en deux, signifiant que le Horla symbolise Jésus. La gnose kabbaliste utilise très souvent le symbole du O coupé en deux, pour symboliser Jésus sur lequel elle fait des sacrilèges.  Le O coupé en deux symbolise le "sel alchimique", c'est à dire, en langage explicite, l'hostie consacrée lors de "l'oeuvre au blanc". On peut trouver ce symbole sur des ornements ou des accessoires de culte de prêtres ou d'évêques kabbalistes.

Définition de l'oeuvre au blanc, symbolisée par le O coupé en deux

L'oeuvre au blanc correspond au moment ou l'hostie consacrée (Jésus) est mise dans la substance isiaque satanique du culte sacrilège. Dans l'oeuvre au blanc, la présence réelle subsiste encore, car l'hostie est insuffisamment dissoute dans le liquide isiaque. Jésus est appelé "sel", à ce moment. C'est le moment où la gnose dit qu'il est "lessivé" par la lavandière Isis ou par le "dissolvant" isiaque, le "mercure simple" "féminin". Mais le mercure n'est plus appelé "mercure simple", à ce stade. Il change de nom et est appelé "mercure double" ou "mercure philosophique" car il est composé à la fois de Jésus-hostie et de Satan-Isis, tandis que le "mercure simple" ou "dissolvant" est la substance isiaque satanique de la consécration sacrilège, avant qu'on y  introduise l'hostie consacrée, c'est-à-dire Isis-Satan uniquement (si cette deuxième consécration sacrilège est efficace, ce dont je ne suis pas sûre à 100%).

Le O coupé en deux, c'est le symbole de l'oeuvre au blanc, c'est-à-dire qu'il signifie : moitié Jésus, moitié Isis. les kabbalistes enseignent que c'est un double dé, car deux D = deux moitiés de O. C'est en partie la raison pour laquelle le D est un symbole sexuel, qui, s'il est attribué 90% du temps à Jésus, nommé Dédé en langue des oiseaux, est également parfois attribué  à Isis, de même que parfois le sel désigne également Isis en langue des oiseaux alchimique, plus rarement.

Texte kabbaliste du Horla :

On peut lire ce livre malsain, écrit en langue des oiseaux et en langage symbolique, comme toutes les œuvres littéraires depuis le Moyen Âge, en cliquant sur ce lien.

http://maupassant.free.fr/pdf/horla.pdf



Notes :

(1) Un bon exemple de journal intime symbolisant Jésus ou Jahvé est dans Harry Potter. Il s'agit du journal intime de Tom Jedusor. Le prénom Tom symbolise Jésus, nous l'avons étudié.




Lord Voldemort, symbolisant Jahvé, avait ensorcelé son journal intime, du temps où il s'appelait Tom Jedusor. Ce journal était devenu un objet vivant maléfique, une partie de lui-même. Lord Voldemort en a fait un Horcruxe. Tous les Horcruxes sont des objets magiques maléfiques, contenant une portion de la personnalité et de la vie de Lord Voldemort et lui donnant l'immortalité. Ce sont des objets symbolisant Jésus ou son Père, en langue des oiseaux. Les horcruxes de Voldemort-Tom Jedusor sont : le journal intime de Tom Jedusor, une coupe (symbole de Jésus-Graal), une bague, un diadème (diadème se prononce Père en hébreu), un médaillon, Harry Potter lui-même, symbole célèbre de Jésus, et le serpent Nagini.