vendredi 24 février 2017

DOCTRINE : AUCUNE APPARITION N'EST DE FOI. AUCUNE CANONISATION N'EST DE FOI


Article remanié le 15 mai 2019 pour éviter toute ambiguïté : il n'existe pas d'apparition non gnostique à ma connaissance. Toutes les apparitions célèbres avec pèlerinage sont gnostiques, c'est-à-dire sataniques.


L'Église gnostique et non gnostique sont d'accord pour enseigner que la Révélation est close à la mort du dernier apôtre, c'est-à-dire Saint Jean. La Révélation faite par l'Ancien Testament et le Nouveau Testament ainsi que la prédication des apôtres s'appelle la Révélation publique. Pour être chrétien, il faut adhérer à la Révélation publique. 


Les apparitions et révélations privées n'appartiennent pas à la Révélation publique, non plus que les canonisations. Nous ne sommes pas obligés d'y adhérer pour être un bon chrétien. 


Une apparition ou une canonisation n'est pas de foi.



La Vierge des apparitions de Lourdes, de Fatima, d'Akita, de Guadalupe etc. est Isis.

Tous les gnostiques chrétiens et les kabbalistes disent en langue des oiseaux que les apparitions de Lourdes, de Fatima, d'Akita et de Notre-Dame de Guadalupe, etc. sont celles d'Isis. Ils le disent de plus en plus ouvertement et clairement.


1) Voici un lien vers une vidéo kabbaliste "chrétienne" disant que Notre-Dame de Guadalupe est Binah-Isis. Binah est la sephira (sphère en hébreu) n°3 de l'arbre de vie kabbaliste et représente Lucifer-Satan sous son aspect féminin isiaque.



²

Binah est la sphère noire en haut à gauche de l'arbre de vie kabbaliste, représentant l'accession de Satan au pouvoir par le culte gnostique sacrilège. Un des noms de Satan en kabbale est La Kundalini ou serpent Kundalini. Binah symbolise Isis-Satan en tant qu'esprit et est souvent représenté par une fausse Sainte Vierge. Binah s'apelle aussi Jéhovah. Jéhovah est un nom signifiant Isis, en langue des oiseaux. Le "ah" est une terminaison du féminin, en hébreu. C'est Dieu au féminin (Yin), c'est-à-dire Satan-Isis. L'expression "Témoins de Jéhovah" signifie "témoins d'Isis" en réalité. Les témoins de Jéhovah sont tous des satanistes gnostiques, au niveau des chefs. Pas au niveau des petits adeptes dont certains sont ignorants de cela. Parmi les personnes témoins de Jéhovah qui vous démarchent dans la rue, vous avez le chef et le disciple. Certains disciples témoins de Jéhovah peuvent ignorer cela. Le chef témoin de Jéhovah démarcheur est toujours un gnostique qui sait cela, d'après mes observations (1).




Voici une image kabbaliste officielle de la Kundalini-Isis accédant au pouvoir en grimpant à l'arbre de vie.


2) On peut se procurer la brochure La dorine et les secrets de Lourdes : écrite par un évêque gallican hérétique, gnostique et ésotérique :


Sur Lourdes, vous pouvez également lire l'article de ce blog sur l'Immaculée Conception qui parle de cette apparition et commence à prouver qu'elle est satanique. Les miracles faits à Lourdes viennent du démon. Ils ne doivent pas nous déstabiliser. Jésus a dit que du temps de l'Antéchrist, il y aurait des prodiges capables de faire perdre la foi aux justes si c'était possible. Nous ne sommes pas au temps de l'Antéchrist qui viendra sous l'Église de Laodicée. Nous sommes actuellement sous l'Église de Sardes. Mais cette église est un avant-goût de Laodicée, avec une apostasie quasi-généralisée et beaucoup de prodiges démoniaques. Lourdes, c'est Isis-Satan qui se déguise en gentille Sainte Vierge et fait quelques guérisons pour faire croire qu'elle est gentille. Mais c'est faux. Ce démon de Lourdes approuve et promeut la pédophilie et les assassinats de chrétiens. Je connais plusieurs prêtres pédophiles ou pro-pédophiles et couvrant leurs collègues pédophiles voulant tuer des chrétiens et sincèrement très dévots à Lourdes.

3) On peut aussi consulter un article nommé : Notre Dame : le voile de Mystère d’une Mère aux Mille visages


4) Le site, nommé eau de Lourdes, avec une image de ND de Medjugorje, fait de la publicité pour l'abbé Julio, un prêtre officiellement sorcier et kabbaliste, contemporain de Bernadette, enthousiaste à la fois de Lourdes et de sorcellerie. Je mets en garde contre les prières et pentacles de l'abbé Julio qui sont sataniques et dangereux (risque d'infestation et de possession diabolique.) 

5) Voici une image tirée d'un site ésotérique disant lui-même que lorsqu'il dit "Marie", il s'agit d'Isis et que Isis donne des messages. Cette image est une preuve que Isis se déguise bien en Marie au moins parfois. Ce qu'il faut savoir, c'est si c'est parfois ou tout le temps. En fait, mes lecteurs découvriront peu à peu que c'est tout le temps.



On peut lire en titre : Message dicté par Marie (Isis). Le mot Isis a été mis par l'auteur, entre parenthèses, à côté du mot Marie. Le message commence ainsi : Je suis Marie, reine des cieux et de la terre. 



A la période de Sardes, soyons prudents

Sachant que nous sommes à la période de Sardes qui est une période de trahison des autorités de l'Eglise, enseigne Jésus, cela vaut donc la peine de réexaminer ces apparitions en examinant les arguments des kabbalistes à leur sujet pour voir s'ils sont véridiques ou mensongers. 


Il y a plusieurs moyens de voir la vérité : il faut étudier la kabbale et la langue des oiseaux, voir qui est kabbaliste ou non et ensuite voir si ces kabbalistes que nous aurons découverts prient ou non sincèrement la dame de ces apparitions. Nous verrons peu à peu que toutes les apparitions dites de "Marie" sont isiaques et que toutes les apparitions du Sacré-Cœur sont également sataniques (le Sacré-Cœur est Horus et non le vrai Jésus qui est sur le Saint Suaire et qui est mort et ressuscité il y a 2000 ans). 

Voici ce que dit René Guénon, page 152 et 153 de "Symboles de la Science sacrée" :  "le mot égyptien hor, qui est le nom même d’Horus, semble signifier proprement « cœur » ; Horus serait donc ainsi le « Cœur du Monde », suivant une désignation qui se retrouve dans la plupart des traditions, et qui convient d’ailleurs parfaitement à l’ensemble de son symbolisme, pour autant qu’il est possible de se rendre compte de celui-ci. On pourrait être tenté, à première vue, de rapprocher ce mot hor du latin cor, qui a le même sens, et cela d’autant plus que, dans les différentes langues, les racines similaires qui désignent le cœur se rencontrent à la fois avec l’aspirée et avec la gutturale comme lettre initiale : ainsi, d’une part, hrid ou hridaya en sanscrit, heart en anglais, herz en allemand, et, d’autre part, kêr ou kardion en grec, et cor lui-même (au génitif cordis) en latin ; mais la racine commune de tous ces mots, y compris le dernier, est en réalité HRD ou KRD, et il ne semble pas qu’il puisse en être ainsi dans le cas du mot hor, de sorte qu’il s’agirait ici, non pas d’une réelle identité de racine, mais seulement d’une sorte de convergence phonétique, qui n’en est pas moins assez singulière. Mais voici qui est peut-être plus remarquable, et qui en tout cas se rattache directement à notre sujet : en hébreu, le mot hor ou hûr, écrit avec la lettre heth, signifie « caverne » ; nous ne voulons pas dire qu’il y ait un lien étymologique entre les deux mots hébreu et égyptien, quoiqu’ils puissent à la rigueur avoir une origine commune plus ou moins lointaine ; mais peu importe au fond, car quand on sait qu’il ne peut y avoir nulle part rien qui soit purement fortuit, le rapprochement n’en apparaît pas moins comme assez digne d’intérêt. Ce n’est pas tout : en hébreu également, hor ou har, écrit cette fois avec la lettre hé, signifie « montagne » ; si l’on remarque que heth est, dans l’ordre des aspirées, un renforcement ou un durcissement de hé, ce qui marque en quelque sorte une « compression », et que d’ailleurs cette lettre exprime par elle-même, idéographiquement, une idée de limite ou de clôture, on voit que, par le rapport même des deux mots, la caverne est indiquée comme le lieu renfermé à l’intérieur de la montagne, ce qui est exact littéralement aussi bien que symboliquement ; et nous nous trouvons ainsi ramené encore une fois aux rapports de la montagne et de la caverne, que nous aurons à examiner maintenant plus particulièrement."

Vous noterez le "même" que j'ai mis en bleu. C'est de la langue des oiseaux et cela se rapporte à la lettre hébraïque Mem, Symbole d'Isis-Gaïa et de Satan. Il n'y a en fait pas de différence fondamentale entre Isis et Horus, c'est le même démon symbolisé par la lettre Mem. Coeur = Montagne = Caverne = Isis-Horus-Satan, en langue des oiseaux.

On peut analyser également si les apparitions parlent en langue des oiseaux ou non et si elles véhiculent ou non un message ésotérique en plus du message officiel. Nous verrons qu'elles le font toutes et qu'elles mentent aux gnostiques en langue des oiseaux.

On peut aussi étudier des aspects moins officiels concernant l'histoire des lieux d'apparitions et des voyants. 

Etudier les dogmes, les encycliques, les dévotions liées à ces apparitions est également très utile car nous trouvons des hérésies.


De qui sont les apparitions d'Akita, Lourdes, Mexico, Fatima?

Il faut bien poser le problème : personne ne songe à nier sérieusement qu'il y ait eu des faits d'origine prodigieuse à Lourdes, Fatima, Akita ou Mexico. Il y a eu clairement en ces lieux l'intervention d'une force supérieure aux forces humaines et certains faits prodigieux continuent encore actuellement. La question est de savoir de quel esprit viennent ces apparitions et ces miracles et si ces apparitions viennent toutes du même esprit ou bien s'il faut faire un tri. En d'autres termes, ces apparitions viennent-elles du diable-Isis déguisé en Marie ou bien viennent-elles de la véritable Marie, mère historique de Jésus ? Nous verrons qu'elles viennent tous d'Isis-Satan et ne sont pas de Marie, qui n'est jamais apparue.


Rappel important : aucune apparition n'oblige


Il est officiel depuis toujours qu'aucune apparition n'oblige à l'adhésion, dans l'Église catholique, même si les papes les ont approuvées. On peut rejeter toutes les apparitions et être un catholique parfaitement droit au plan doctrinal et au plan de l'obéissance. Le Cardinal Prospero Lambertini (1675-1758), futur Pape Benoît XIV (gnostique) dit à leur sujet : Un assentiment de foi catholique n'est pas dû à des révélations privées; ce n'est même pas possible.


Même si c'est un gnostique qui le dit, il a raison en l’occurrence et c'est vrai également pour les non gnostiques.


Toute personne qui en condamne une autre parce qu'elle rejette une apparition est dans l'erreur.  Elle n'a pas le droit le le faire, au plan théologique chrétien non gnostique et au plan du droit gnostique de l'Église. La doctrine de la CRC à ce sujet est donc totalement fausse. A l'époque où je ne connaissais rien de la gnose, j'ai moi-même condamné à tort dans le passé des gens dont je considérais qu'ils méprisaient Fatima. Je me suis trompée en croyant bien faire. 


Nous allons donc devoir examiner peu à peu calmement chacune des apparitions et chacun de leurs promoteurs ardents. 


Concernant les canonisations, elles n'appartiennent pas au domaine de la Révélation puisqu'il s'agit de déclarer saintes des personnes ayant vécu après les apôtres et que la Révélation est close à la mort du dernier des apôtres, Saint Jean. Il ne s'agit principalement pas de doctrine mais d'un jugement déclarant si la vie de telle ou telle personne était conforme à la loi du Christ. Nous ne sommes donc pas dans un domaine de foi ou doctrinal, le plus souvent, mais dans un domaine pratique étudiant des faits historiques. Il s'agit d'une enquête, de détection historique. Ce domaine est difficile à explorer car rien ne dit que tel ou tel n'ait pas pu jouer la comédie, afin d'infiltrer l'Eglise. Et nous verrons que cela a été le cas, à maintes reprises. Donc les canonisations, même d'avant Vatican II, ne sont pas infaillibles. Si quelqu'un affirme l'inverse, il est dans l'erreur. 


S'il est vrai que les canonisations ne sont pas infaillibles, il est également vrai, cependant, que certaines canonisations touchent à la doctrine, par exemple s'il s'agit de voyants diffusant la doctrine d'une apparition. Marguerite-Marie Alacoque a diffusé la dévotion du Sacré-Cœur. Jacinthe de Fatima a diffusé la dévotion du Cœur Immaculé de Marie. Des Pères ou des Docteurs de l'Eglise, comme Thomas d'Aquin ou Albert le Grand ont produit des écrits doctrinaux. Certains canonisés ont diffusé également une dévotion : des prédicateurs, comme Don Bosco diffusaient la dévotion de ND Auxiliatrice. Louis-Marie Grignion de Monfort a diffusé la dévotion dite du Saint Esclavage, une dévotion et une doctrine concernant Marie. Dans ce cas, il faut examiner non seulement la vie de la personne mais également sa doctrine. 

Tous les "Saints" nommés ci-dessus sont gnostiques. Nous avons commencé à le démontrer dans ce blog (cf. article sur le kabbaliste Louis Marie Grignon de Monfort et première approche sur Thomas d'Aquin qui a écrit un traité d'alchimie sacrilège.)


D'un point de vue kabbaliste, il importe de connaître absolument la langue des oiseaux et les symboles de la kabbale pour savoir si un saint canonisé était ou non kabbaliste. En effet, la secte kabbaliste, comme la secte de la franc-maçonnerie (qui en est une branche), enseigne le secret et procède par infiltration. Et donc jusqu'il y a 90 ans, les kabbalistes dits "chrétiens" ne donnaient aucun indice officiel qu'ils étaient kabbalistes. Ils communiquaient leur doctrine uniquement par la langue des oiseaux et par symboles... Une langue et des symboles pour lesquels il n'y avait pas de livres et de dictionnaires. 

Mis à part des martyrs canonisés collectivement, ou des enfants martyrs morts avant l'âge de raison, je ne connais pas de Saints non gnostiques postérieurs à Sainte Jeanne d'Arc. Parmi les saints antérieurs, il faut remonter aux premiers chrétiens, à ma connaissance. Il y a peut-être des saints non gnostiques canonisés au Moyen-Âge, mais je ne les connais pas.


Actuellement il existe des livres ou des dictionnaires mais très incomplets et rédigés en langue des oiseaux, donc difficiles d'accès. Le vrai sens des mots n'est expliqué systématiquement de façon claire nulle part. C'est pour cela que je commence la publication d'un dictionnaire (voir onglet en haut du blog) donnant la signification réelle des mots sans maquillage. Il est en effet possible grâce à internet et à des recoupements multiples de trouver peu à peu le sens réel des mots. Ce travail n'aurait pas été possible avant la création d'internet.


Le seul moyen de savoir si un saint ancien est ou non kabbaliste est :

- d'étudier s'il y a des symboles disposés autour de lui et quelle en est la signification. 

- s'il a fait ou écrit ou dit des choses moins chrétiennes qui ont été occultées.

- s'il a été soutenu par des kabbalistes et est encore promu par des kabbalistes actuellement. Cependant l'étude de ce point est délicate car des vrais saints comme Saint Jean et Saint Paul sont également promus par la kabbale qui fait semblant de se les approprier. Il faut donc étudier la doctrine de la kabbale et celle du saint et voir s'il y a correspondance.

- Il faut également étudier si le saint a fait lui-même des symboles ou a parlé en langue des oiseaux.


Depuis les années 1925 et surtout depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la kabbale et la franc-maçonnerie (termes quasi similaires, sauf que la kabbale compte beaucoup plus d'adeptes que la maçonnerie) ont décidé de diffuser peu à peu leurs symboles. Fulcanelli a publié le mystère des cathédrales et les demeures philosophales mais ses livres sont restés assez peu diffusés à ma connaissance. C'est surtout René Guénon qui a commencé la publication et la divulgation officielle des symboles kabbalistes et de la doctrine gnostique. Cela correspondait à la volonté des vrais dirigeants occultes de ce monde. Ces dirigeants ont décidé au début du XXe siècle que le moment était venu de préparer les foules à l'avènement public du règne satanique et que pour cela, il fallait, touche par touche, éduquer les populations, leur révéler la doctrine et les symboles kabbalistes. Le pourcentage d'initiés était suffisamment élevé et ils étaient suffisamment bien placés aux postes de commande religieux et politiques pour exclure toute réaction dangereuse de la part de la foule. 


Nous pouvons donc à présent, si nous travaillons et si nous lisons par exemple les livres de René Guénon (cinq livres gratuitement téléchargeables sur ce lien, au troisième paragraphe de l'article), arriver à reconstituer peu à la vérité sur les apparitions, les canonisations et la véritable histoire de l'Eglise et du monde politique, avec l'aide des symboles, et de la langue des oiseaux. L'aide de Jésus est indispensable pour ne pas s'égarer. Il nous la donne si nous étudions les cinq premiers sceaux de l'Apocalypse, qui sont la descriptions d’événements historiques précis, en les mettant en correspondance avec les cinq premières Eglises d'Asie. Cela nous permet de découper correctement les périodes historiques et d'avoir ainsi l'appréciation de Jésus sur chacune d'entre elles. (voir le grand article sur l'Apocalypse et tous ses liens)


Certains ont essayé de nous faire croire que les canonisations d'avant Vatican II étaient infaillibles mais nous avons été trompés. Ce n'est pas la droite doctrine de l'Église d'affirmer cela. Les esprits subtils qui essayeraient de rattacher une canonisation à la Révélation perdent leur temps. C'est impossible. Or un chrétien n'est pas forcé de croire autre chose que la Révélation, close à la mort du dernier apôtre. 


Savoir si tel moine ou tel martyr était un bon chrétien n'est pas du domaine de la foi. Il y a des martyrs gnostiques qui ont fait croire qu'ils mouraient pour Jésus et qui sont morts en réalité pour Satan. Les espions existent, l'infiltration existe. Les miracles démoniaques, appelés prodiges, également. La sorcellerie existe. Il est donc possible d'avoir des satanistes camouflés en faveur desquels le démon fait des miracles. 


Souvenons-nous que Jésus a parlé ainsi de notre époque : "Écris à l'ange de l'Eglise de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, mais tu es mort. (Apoc. III,1) Cette phrase signifie que sous Sardes, les papes passent pour être saints, en état de grâce mais sont en état de péché mortel en réalité. Sardes est la période de l'Église qui est la plus caractérisée par l'hypocrisie, la dissimulation, l'infiltration. 


Cela ne doit pas nous faire peur car Jésus est avec nous et n'envoie pas d'épreuve au dessus de nos forces. Il a dit qu'il était possible de se sauver sous Sardes :  Cependant, tu as à Sardes un petit nombre de noms qui n'ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs parce qu'ils en sont dignes. Apoc. III,4. Il ne tient qu'à nous de faire partie de ce petit nombre. Il suffit de le vouloir et de préférer la mort au péché et à la trahison. Si nous demandons à Jésus de nous donner la force d'être fidèles, il nous la donnera. 

Mais il est utile de démasquer ceux qui paraissent vivants et qui sont morts, comme dit Jésus, car ils tuent les âmes par le scandale qu'ils donnent, par leurs mensonges, par leur sainteté factice, par leurs doctrines perverses déguisées sous des phrases apparemment vertueuses. Alors nous devons travailler à cela, pour sauver des âmes et parce que la vérité doit être dite. Tout chrétien a le devoir d'affirmer la vérité quand elle est attaquée par des hypocrites dangereux pour les âmes. Jésus a dit : Que votre oui soit oui, que votre non soit non, tout le reste vient du démon. Et actuellement, à Sardes, on fait le contraire : Oui signifie non, non signifie oui et ceux qui adoptent cette attitude du démon sont aux postes de commande et sont nos pasteurs.

Pour les chrétiens non gnostiques qui ont besoin de se réconforter et de mieux comprendre ce qui se passe, vous pouvez lire ces articles si vous ne les connaissez pas :

http://avecjesusetmarie.blogspot.com/2016/11/le-yin-et-le-yang-symbole-gnostique-et.html

http://avecjesusetmarie.blogspot.com/2019/02/les-sept-eglises-de-lapocalypse-et-les.html


Note :
(1) NB : Pour les nouveaux sur ce blog, sur la prononciation du nom de Dieu. Comme je l'ai déjà dit dans ce blog, le nom du Dieu de la Bible se prononçait probablement IAO, en réalité, du temps de Jésus et sous l'Ancien Testament. Aussi, quand je parle de "Jahvé", dans mes articles passés, pour désigner le Dieu de la Bible, je crains de me tromper et que le nom de Jahvé n'ait été inventé par la kabbale pour désigner Satan-Isis-Horus en déformant volontairement le nom de Dieu. Je dois encore enquêter sur ce point. Quand je dis "Jahvé", comprenez "la Trinité chrétienne non gnostique", même si je crains de me tromper à présent dans la prononciation de ce nom. L'hébreu ne possède que des consonnes. Il est donc facile pour des Juifs de mauvaise foi de remplacer les voyelles servant à prononcer son nom par d'autres voyelles. En langue des oiseaux, le nom "Yahweh/Yahvé" est ambivalent et à dominante horusienne-isiaque. "Jahvé" orthographié avec un J a plus souvent le sens du Dieu chrétien non gnostique car le J est une lettre symbolisant de préférence Jésus, selon le sens kabbaliste de l'alphabet.