samedi 10 décembre 2016

Commentaire Eleison n°406 : Mgr Williamson loue Thomas Stearns Eliot, membre de l'ordre hermétique de l'Aube dorée (Hermetic Order of the Golden Dawn) et de la secte dionysiaque des Fils du Soleil (Children of the Sun)



Je republie cet article fait il y a quelques années, à l'époque où je ne connaissais pas le culte gnostique. J'ai fait quelques modifications. 

Le Commentaire Eleison n°406 "Importance de la culture" recommandant l'étude de cet occultiste dangereux est une occasion de transmettre des informations sur la Golden Dawn. Nous nommerons aussi plusieurs célébrités du monde littéraire ou éducatif. Les catholiques ne doivent pas se souiller au contact d’œuvres imprégnées de culture païenne ou encore pire, au contact d’œuvres gnostiques, c'est-à-dire sataniques.


Voici d'abord le texte du Commentaire Eleison 406 en français :

Si c’est encore possible, venez écouter le Dr White Pour relier correctement la Foi avec l’homme moderne.

A partir de vendredi soir, le 1er mai, jusqu’à dimanche midi, le 3 mai, ici à la maison de « La Reine des Martyrs », le Docteur White mènera un autre séminaire littéraire, comme l’année dernière sur Charles Dickens, ainsi cette année sur T.S.Eliot (1888–1965), autre géant de la littérature anglaise associé directement à ce coin de l’Angleterre. En effet, ce fut dans un pavillon ouvert donnant sur la plage de Margate à huit kilomètres au nord de Broadstairs que le poète anglo-américain de renommée mondiale reprit la plume et réussit à composer une bonne partie de la troisième section du poème le plus important du 20me siècle, au moins en langue anglaise, « The Wasteland ».

Ce poème est un portrait brillant du vide dans les esprits et les cœurs des hommes suite à la Première Guerre mondiale (1914–1918). Eliot y forgea une nouvelle façon fragmentaire d’écrire la poésie, qui capte la condition spirituelle fragmentée de l’homme moderne. C’est en ayant assimilé en profondeur les grands artistes du passé, notamment Dante et Shakespeare, qu’Eliot fut capable de donner une forme à la pauvreté spirituelle de nos temps. Par exemple, dans les six vers du poème directement liés à Margate, une de trois filles de la classe ouvrière raconte comment elle a bradé son honneur de jeune fille, pour rien, et pour souligner le vide de la vie de toutes les trois, leurs récits sont encadrés dans des fragments du chant des trois Filles du Rhin qui ouvre et ferme la vision cosmique du « Nibelungenring » de Wagner.

Le vide et le néant — pourquoi diable les Catholiques devraient-ils s’occuper d’auteurs si déprimants ? Nous nous sauvons par Notre Seigneur Jésus Christ et pas par la culture, surtout pas par la culture nihiliste. Une réponse en particulier concerne T.S.Eliot. Une réponse générale concerne toute « culture », définie comme ces histoires, images et musique dont les hommes ne peuvent éviter de former et fournir leurs esprits et leurs cœurs.

Quant à T.S.Eliot, il a lui-même bientôt répudié « The Wasteland » comme l’oeuvre d’un « ronchon rhythmique », et quelques années plus tard il se fit membre de l’église anglicane. Il avait exprimé de façon géniale le néant moderne, mais il ne s’est pas vautré dedans. Par la suite il a écrit plusieurs pièces de théâtre et surtout le long poème des « Quatre Quatuors », lesquels ne sont point nihilistes et dont le Dr White, qui aime beaucoup Eliot, va parler à Broadstairs dans quelques jours. Puisque T.S.Eliot avait lutté honnêtement avec le problème, il ne recourut à aucune solution d’autruche comme le firent bon nombre de Catholiques égarés par Vatican II.

Car la culture en général est à la religion (ou manque de religion) comme les banlieues d’une ville sont au centre-ville. Bien bête serait le général militaire chargé de défendre une cité s’il abandonnait les banlieues à l’ennemi. De même, tout Catholique qui prend au sérieux sa religion ne saurait être indifférent aux histoires, images et musique qui forment les âmes tout autour de lui. Bien sûr, la religion (ou son manque) est centrale dans la vie d’un homme, et la « culture » en comparaison n’est que périphérique, parce que la culture humaine n’est en fin de compte qu’un dérivé du rapport de l’homme avec son Dieu. Néanmoins la religion et la culture agissent chacune sur l’autre. Par exemple, si tant de Catholiques ne s’étaient pas laissé enchanter par « Le Chant du Bonheur », seraient-ils si facilement tombés victimes de Vatican II ? Et si les chefs actuels de la Fraternité St Pie X, en sachant opposer culture catholique à la contre-culture moderne, avaient saisi toute la profondeur du mal, seraient-ils maintenant si résolus à se soumettre aux délinquants de Vatican II à Rome ? La culture peut être importante comme l’Enfer et le Ciel !

Kyrie eleison.

Commentaire :

Le livre Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire (par Epiphanius, éditions du courrier de Rome) que l'on peut acheter sur ce lien nous apprend p.169 note n° 362 et p.170 que Thomas Stearns Eliot, loué par Mgr Williamson dans son Commentaire Eleison n°406, est un membre de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée (Golden Dawn)(1) et membre d'une secte dionysiaque nommée les Fils du Soleil. En d'autres termes, un sataniste... 

Voici quelques extraits du livre d'Epiphanius :
Pages 164 -169 :

La « Golden Dawn » 

Rejeton virulent de l'arbre rosicrucien, l'«Hermetic Brotherhood of the Golden Dawn » (Fraternité hermétique de l'Aube d'Or) naquit en 1887 à Keighley, ville située près de Manchester, en déclarant par la bouche de ses fondateurs sa volonté de pratiquer de façon plus efficace la vie active de la magie dans la fidélité à l'idéal enseigné par les Rose-Croix du XVIIe siècle (350 - cf. note 2). En 1888 le premier temple de la « Golden Dawn » fut constitué à Londres, sous le nom d'Isis-Urania. On y pratiquait le culte d' «Isis» « organisé sur la base du livre "Isis dévoilée" que l'occultiste russe Blavatsky avait écrit en 1877. Dans ce livre, l'auteur lançait un appel à l'aristocratie britannique pour qu'elle s'organise en une secte sacerdotale d'Isis »(351 - cf.note 3). [...]


"L'influence de la Golden Dawn sur les affaires européennes fut des plus importantes : il suffit de dire que quelques auteurs considèrent qu'elle a été « le levain du nazisme » et que de ses rangs sont sortis plusieurs chefs historiques du mouvement (361 - cf. note 4). On en a une preuve supplémentaire si l'on note le fait paradoxal, rapporté par Gerson, d'une Gestapo qui persécutait impitoyablement les loges des maçonneries inférieures et qui n'effectua jamais ne serait-ce qu'une seule perquisition dans le temple de la Golden Dawn situé au coeur même de Berlin ;

Crowley lui-même, mourant de la drogue en 1947, affichait encore une profonde sympathie pour Sir Oswald Mosley membre de la Fabian Society et chef de ce qui était alors le parti fasciste britannique. Le rôle de la Golden Dawn dans dans la création et la diffusion de la culture de la drogue, qui en est aujourd'hui à son paroxysme, fut des plus significatifs. De ses rangs sortit Aldous Huxley, frère de Sir Julian, premier directeur général de l'U.N.E.S.C.O., et neveu de Thomas Huxley, un des fondateurs de la Round Table. Aldous Huxley, avec son frère Julian, eut pour tuteur à Oxford H.G. Wells, membre lui aussi de la Golden Dawn, qui le présenta à Aleister Crowley. 

Entre-temps Aldous avait été initié aux « Fils du Soleil », secte dionysiaque à laquelle appartenaient les fils de l'élite de la Round Table britannique (362 [cf. paragraphe suivant]). Aleister Crowley [ndlr : mage sataniste connu] l'introduisit auprès de la Golden Dawn et en 1929 lui fit connaître les drogues psychédéliques, de telle sorte que, vers la fin des innées trente, Huxley, en collaboration avec Christopher Isherwood, Thomas Mann et sa fille, Elisabeth Mann-Borghese née en 1918, jeta les bases de ce qui serait la culture du L.S.D., dans le cadre du culte d'Isis.(...)" 

Voici ce que précise la note 362 p. 169 (soulignée ci-dessus en gras) : "Cf. Martin Green, « Children of the Sun : a Narrative of Decadence in England after 1918 », New York Basic Books Inc., 1976. La secte comptait parmi ses initiés Thomas S. Eliot, W.H. Anden, Oswald Mosley et D.H. Lawrence, amant homosexuel d'Aldous Huxley."


p.169-170 :

"Parmi les membres éminents de la Golden Dawn on peut noter : 

- Israël Regardie (1907-1985), juif anglais auteur en 1937 du livre The Golden Dawn (363 - cf. note 5), authentique somme de théurgie cabalistique ; 

- Florence Farr, ami intime de Bernard Shaw

- Gerald Kelly, président de la Royal Academy ; 

- Arthur Edward Waite, spécialiste des Rose-Croix, maçon fondateur de la « Fellowship of the Rosy Cross » (= Confraternité de la Rose-Croix) et directeur d'un ordre rosicrucien « intérieur » ultrasecret, appelé « Ordo Sanctissimus Rosae et Aureae Crucis », dont le nombre de membres ne pouvait dépasser la demi-douzaine (364) ;

- des poètes comme Thomas S. Eliot et William Butler Yeats, Bram Stocker, créateur du personnage Dracula ; Herbert G. Wells, porte-voix des programmes de la Haute Finance mondialiste, à laquelle il était étroitement lié ; 

- Arthur Machen, l'écrivain anglais pour lequel les seules réalités qui comptaient étaient la sainteté et la sorcellerie, tandis que celui qui n'appartenait pas à l'une de ces deux catégories était, pour lui, un « négligeable » ; 

- Rudolph Hess - le haut dignitaire nazi - et Karl Haushofer, le théoricien de l'« espace vital » germanique, et son fils Albrecht [...]"



T.S Eliot


Fascisme - nazisme - franc-maçonnerie - satanisme 


On remarquera que le fascisme et le nazisme ont des liens avec l'occultisme et la franc-maçonnerie. Thomas Stearns Eliot, à l'instar de son ami occultiste Ezra Pound aimait bien Mussolini. Eliot a également soutenu Charles Maurras lors de sa condamnation par Rome. Il était considéré comme royaliste. Cela prouve que l'adhésion aux thèses de Charles Maurras, si prisé dans nos milieux de droite, n'est pas gênante pour la franc-maçonnerie. T.S Eliot est encensé par le monde entier. 

Si l'on consulte Wikipédia, l'on voit que T. S. Eliot a été comblé d'honneurs :

- Ordre du Mérite par le roi George VI (Royaume-Uni, 1948)

- Prix Nobel de littérature pour « accomplissements remarquables comme pionnier de la poésie moderne ». (Stockholm, 1948)

- Officier de la Légion d'honneur (1951)

- Prix Hanseatic Goethe (Hambourg, 1955)

- Médaille Dante (Florence, 1959)

- Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres, (1960)

- Médaille présidentielle de la liberté (États-Unis, 1964)

- diplômes honoris causa divers et variés

- à titre posthume, deux Tony Awards (1983) pour son recueil de poèmes Old Possum's Book of Practical Cats, utilisé comme base de scénario dans la comédie musicale Cats.

- l'Eliot College de l'université du Kent, au Royaume-Uni est nommé ainsi en son honneur.


Non seulement les franc-maçons comblent ce poète d'honneurs mais ils ont créé également un prix portant son nom : le prix T.S. Eliot. Le journal maçonnique de gauche The New York Times lui consacre une page louangeuse. Ce poète est publié et étudié partout. Quelle est la raison de l'engouement de la franc-maçonnerie pour cet homme ? La raison est qu'il appartenait à la Golden Dawn et qu'ils savent très bien qu'il est des leurs. Il y a tout un courant d'"extrême droite" maçonnique. 

C'est une preuve supplémentaire que seule la doctrine de l'Eglise de Jésus donne la vraie solution politique. Le livre Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire explique qu'Hilter a été financé par la haute finance juive mondiale. Il donne les noms, les preuves. (voir également le livre Wall street et l'ascension d'Hitler) La franc-maçonnerie prend donc des visages très divers, de façon à pouvoir noyauter tout l'échiquier politique. (Il en est de même d'ailleurs dans le domaine religieux, économique, culturel, scientifique...)


D'après les paroles mêmes de Mgr Williamson, Thomas Stearns Eliot est très utile "pour apprendre à relier correctement la vraie foi à l'homme moderne" : "To relate the true Faith truly to modern man", nous dit-il textuellement dans son Eleison comment, version anglaise. Quand on lit Eliot, l'on découvre un texte déprimant, étrange, à la limite du charabia... Tous les spécialistes d'Eliot disent que ses poèmes doivent être interprétés et ont un sens caché. Mgr Williamson n'a présenté dans son Commentaire Eleison que l'aspect officiel extérieur des textes. Il n'a pas parlé du sens caché, qui est imprégné de gnose et de satanisme. Il veut, à l'instar du courant culturel moderne actuel, faire s'extasier nos fidèles catholiques sur des textes morbides, malsains, hermétiques, et donc de ce fait, pas même écrits en bon anglais. Eliot maîtrisait parfaitement sa langue et était supérieurement intelligent... Mais il a mis son talent au service du mal. Il est vrai qu'il était de droite... Mais une droite démoniaque.

Il est dit sur le blog Respice stellam que le programme du séminaire de formation (ou plutôt de déformation) qui sera proposé du 1er au 3 mai 2015 comportera l'étude de la vie de Thomas Stearns Eliot. Mais cet aspect de la biographie du poète ne sera certainement pas enseigné par Dr White. Nous préférons aussi préciser une autre chose qui sera probablement également oubliée ou ignorée (?) par Dr White : un des meilleurs amis de Thomas Stearns Eliot s'appelait Ezra Pound. C'est Ezra Pound qui a aidé T. S. Eliot à s'imposer dans le monde de la littérature. Or, Ezra Pound qui fut plus tard atteint de "folie" ou plutôt de possession(?), était très lié avec la sataniste Helena Blavatsky(6), fondatrice de la secte de Théosophie, laquelle intéressait aussi beaucoup T.S Eliot : le 24 octobre 1927, ce dernier voulait offrir à son ami John Gould Fletcher deux livres du célèbre mage franc-maçon René Guénon(7) dont l'un était entièrement consacré à la Théosophie : Introduction à l'étude générale des doctrines Hindoues et La Théosophie. De même que Guénon, T. S. était également passionné de religions orientales, dont on retrouve de nombreuses réminiscences dans les œuvres que Mgr Wiliamson veut proposer à l'étude des fidèles...


Ezra Pound, un des meilleurs amis de Thomas Stearns Eliot. Un homme en relations régulières avec plusieurs occultistes dont la sataniste Helena Blavatsky. Voir par exemple le livre de Léon Surette (ce livre ne semble pas de nos idées mais il représente une recherche assez approfondie et intéressante, d'après les extraits que nous en avons lus) : The birth of modernism : Ezra Pound, T.S Eliot, W. B Yeats and the occult.







Le chapitre 2 de ce livre Modernist Alchemy: Poetry and the Occult Par Timothy Materer s'intitule : Ezra Pound as Magus (Ezra Pound comme Mage). C'est donc un magicien qui a assisté T. S. Eliot. Pour l'écriture deThe Waste Land, il y a eu une correspondance serrée entre les deux. Ezra dirigeait tout. Les écrits de Jessie Weston, un écrivain de la Théosophie sont cités plusieurs fois en notes de The Waste Land. (cf. ch. 3 et 4 de Léon Surette à ce sujet).

- The Waste Lands ( un "s" a été ajouté) a été choisi comme titre d'un album d'un groupe sataniste "heavy metal" : Venom. 

- Le groupe de metal progressif français Hord rend très largement hommage au poète dans ses concepts albums, The Waste Land (2010) et The Book of Eliot (avril 2013). (source wikipédia)



The book of Eliot


Lettre de Thomas Stearns Eliot à son ami John Gould Fletcher :







Voici quelques exemples d'allusions occultes et/ou malsaines dans les oeuvres de Thomas Stearns Eliot.


1. Comme dans toutes les œuvres diaboliques, prédilection chez Eliot pour le thème de la mort, les squelettes. Le crâne humain est également omniprésent dans la franc-maçonnerie et le satanisme (ex : les skull and bones, les cérémonies d'initiation) :

A la rubrique ésotérisme de ce blog (cf. le lien ci-dessous), on peut trouver un extrait des "hommes creux" ("the hollow men" et des quatre quatuors :


LES HOMMES CREUX
"Nous sommes les hommes creux
Les hommes empaillés
Cherchant appui ensemble
La caboche pleine de bourre. Hélas !
Nos voix desséchées, quand
Nous chuchotons ensemble
Sont sourdes, sont inanes
Comme le souffle du vent parmi le chaume sec
Comme le trottis des rats sur les tessons brisés
Dans notre cave sèche.
Silhouette sans forme, ombre décolorée,
Geste sans mouvement, force paralysée ;
Ceux qui s’en furent
Le regard droit, vers l’autre royaume de la mort
Gardent mémoire de nous – s’ils en gardent – non pas
Comme de violentes âmes perdues, mais seulement
Comme d’hommes creux
D’hommes empaillés."


2. Hermétisme

Voici un extrait des quatre quatuors. Certains de nos lecteurs comprendront peut-être le message ésotérique qui se cache ci-dessous. Nous n'avons pas eu temps de faire des recherches sur cet extrait... Ce que nous voulons pour le moment, c'est faire constater l'hermétisme, l'aspect malsain, le charabia, la déconstruction du langage. Ce poète ne peut en rien fortifier l'âme ni aider à comprendre la crise de l'Eglise :

"Au point de quiétude du monde qui tournoie. Ni dans la chair, ni désincarné;
Ni provenance ni visée; au point de quiétude, c’est là qu’est la danse,
Mais sans arrêt ni mouvement. Ne l’appelez pas fixité,
Le lieu où le passé et l’avenir se joignent. Ni exode ni élan,
Ni ascension ni déclin. N’était le point, le point de quiétude,
La danse n’aurait pas lieu, or il n’y a rien que la danse.
Je puis dire seulement : là nous avons été; mais je ne saurais dire où.
Et je ne peux dire combien de temps, car ce serait le situer dans la durée.

[...]

Pourtant l’enchaînement du passé et de l’avenir
Tissé dans la faiblesse du corps changeant
Protège les humains du ciel et de la damnation
Que nulle chair ne peut endurer.
Temps passé et temps futur
Ne permettent que très peu de conscience.
Etre conscient, c’est ne pas être dans le flux du temps.

[...]
Non, elle n’est pas ici, l’obscurité, dans ce monde qui pépie.
Descend plus bas, descend seulement
Dans le monde de la solitude perpétuelle.
Un monde qui n’est pas un monde, sinon justement cela qui n’est nul monde,
Obscurité interne, dépossession
Et destitution de toute propriété,
Dessèchement du monde sensible,
Évacuation du monde imaginaire,
Inopérance du monde de l’esprit;
Tel est l’un des chemin, et l’autre
Est le même, non par le mouvement
Mais dans l’abstention de mouvement; alors que le monde se meut

[...]

La lumière trouve son repos
Au point de quiétude du monde tournoyant."


3. Une apparence de mysticisme

Comme chez tous les franc-maçons, qui aiment par exemple beaucoup le prologue de l'Evangile de Saint Jean, auquel ils donnent un sens tout différent que le sens donné par l'Eglise, il y a chez Eliot un phénomène faussement religieux. Il utilise volontiers des citations de Jean de la Croix. Nous reparlerons plus tard de Jean de la Croix. On présente souvent officiellement Eliot comme une âme en mal de mysticisme, cherchant la vérité, l'absolu. 

Voici un exemple d'extrait des quatre quatuors, inspiré de Jean de la Croix.

[...] 

Pour arriver là où vous êtes, pour sortir d’où vous n’êtes pas,
Vous devrez aller par un chemin dépourvu d’extase.
Pour arriver à ce que vous ne savez pas
Vous devrez passer par un chemin qui est la voie de l’ignorance.
Pour posséder ce que vous ne possédez pas
Vous devrez passer par la voie du dépouillement.
Pour arriver à ce que vous n’êtes pas
Vous devrez passer par le chemin dans lequel vous n’êtes pas.
Et ce que vous ne savez pas est la chose que vous sachiez
Et ce que vous possédez, c’est ce que vous ne possédez pas
Et là où vous êtes, c’est là où vous n’êtes pas.

Voici quelques exemples de fausse "mystique" éliotienne : 

La curiosité des hommes fouille le passé et l’avenir
Et se cramponne à cette dimension. Mais saisir
Le point d’intersection de l’être intemporel
Avec la durée, voilà une occupation pour le saint ­
Par une tâche non plus, mais quelque chose est donné
Et pris, tout le temps d’une vie en agonie d’amour,
Avec ardeur et sacrifice et abandon de soi.

[...]

Le seul espoir ou, à défaut, le désespoir
Réside dans le choix entre bûcher et bûcher ­
Nous ne serons sauvés du feu que par le feu.
Qui donc inventa le tourment ? Amour.
Amour est le Nom peu familier
Derrière les mains qui ourdirent
L’intolérable tunique de flammes
Qu’aucun pouvoir humain ne pourrait dépouiller.
Nous vivons, nous aspirons seulement
Consumés tantôt par le feu ou par le feu.

[...]

Avec l’attirance de cet Amour et la voix de cet Appel
Nous ne cesserons pas d’explorer
Et la fin de toute notre exploration
Sera d’arriver à l’endroit d’où nous sommes partis
Et de connaître le lieu pour la première fois.
Passant par la porte inconnue dont nous nous souvenons
Quand l’ultime coin de terre qui reste à découvrir
Est celui qui était notre commencement;



L'éternel recommencement est une idée connue de la gnose. Cette idée est symbolisée par l'Ouroboros présent sur la déclaration des droits de l'homme, dans de nombreuses religions et dans le satanisme. Nous ne savons pas ce qu'est "la porte inconnue" à laquelle Eliot fait allusion. 

Addendum en décembre 2016 : 

Cette porte inconnue est peut-être Da'at, la sephira invisible de l'arbre de vie qui est symbolisée soit par un pont au-dessus d'un cours d'eau ou d'un gouffre, soit par le passage au travers d'un miroir, soit par une porte qui marche dans les deux sens : en montant et en descendant. Da'at est un changement de dimension, disent les gnostiques. C'est une porte qui mène à la mort (soi-disant) dans un certain sens et à la vie (gnostique) dans un autre sens. 

En Da'at, Jésus donne (soi-disant) sa divinité et sa puissance à Isis-Lucifer par des sacrilèges censés avoir ce pouvoir, ce qui est faux. Da'at est une divagation gnostique. Cette idée du transfert de la divinité, centrale en gnose, est symbolisée par le phénix qui meurt pour ressusciter, vainqueur. Le phénix qui meurt est Jésus, en symbolique gnostique. Le phénix qui renaît est Horus-Lucifer, le diable vainqueur. Le phénix est donc ambivalent. Il meurt pour qu'il vive, disent les maçons. C'est-à-dire : Jésus meurt pour que Lucifer vive. Le transfert de la puissance de Jahvé vers Lucifer-Isis est soi-disant réalisé par le culte gnostique et les messes noires, dont les gens parlent souvent, en langue des oiseaux. 

C'est à ces divagations alchimiques que Jésus fait allusion dans l'Eglise de Thyatire, correspondant à la période du Moyen-Âge, quand il parle des "profondeurs de Satan" : 

Apocalypse II, 23-26 :
Je frapperai de mort ses enfants, et toutes les Eglises sauront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je rendrai à chacun de vous selon ses œuvres. Mais je vous dis à vous, et aux autres, qui êtes à Thyatire, et qui ne recevez pas cette doctrine, et qui n’avez pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, que je ne vous imposerai pas d’autre charge. Seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne. Et à celui qui aura vaincu et qui aura gardé mes œuvres jusqu’à la fin, je lui donnerai puissance sur les nations.

Plus on étudie l'alchimie, plus on voit qu'il s'agit de divagations sans fondement, rendues attractives par la langue des oiseaux et les symboles inventés, par le mystère qu'on fait autour de ce secret que presque tous connaissent à présent, tout en faisant semblant de l'ignorer.



Sur cette image, l'ouroboros est au-dessus du bonnet phrygien. On remarque aussi le triangle avec l'oeil au centre.

Voici un extrait des notes du livre Modernist Alchemy: Poetry and the Occult P. 187 note 40, on y voit l'ouroboros chez Helena Blavatsky.



[...]
Et tout sera bien et
Toute manière de chose sera bien
Quand les langues de feu se reploient
Dans le nœud de feu qu’elles couronnent,
Quand le feu et la rose sont un.

Voilà. T. S. Eliot nous donne la solution à tous nos problèmes : "tout sera bien quand les langues de feu se reploient dans le nœud de feu qu’elles couronnent, quand le feu et la rose seront un". Nous ne savons pas à quel degré il faut être initié pour comprendre cela, mais les idées d'Eliot plaisent aux rockers, qui manifestement ont quelques lumières dessus. La rose est un symbole très utilisé dans la Franc-maçonnerie... Elle symbolise la femme chez les Rose -Croix. 

Addendum en décembre 2016 :

Le feu symbolise Jésus et la rose symbolise Isis-Lilith. Il s'agit d'une allusion au culte gnostique, censé faire changer Dieu, ce qui est faux. Dieu ne change pas et le diable non plus.


4. Le tarot chez Eliot




Esoteric Symbols: The Tarot in Yeats, Eliot, and Kafka

Le tarot, jeu de carte sataniste, est très présent chez Eliot, Yeats et Kafka, au point qu'on en a fait un livre. Un homme pendu la tête en bas par un pied en est l'une des cartes. C'est l'un des symboles présents dans The Waste Land. Eliot a dit clairement qu'il faisait allusion au Dieu pendu de Fraser. C'est une allusion au culte d'Odin. (cf. The Golden Bough de Fraser. Un livre qui a fait scandale et a dû être épuré pour pouvoir être publié.) Voici une prise d'écran du livre esoteric symbols : the tarot in Yeats, Eliot and Kafka.




Le pendu, carte du tarot. 

Addendum en décembre 2016 : A force de lire des textes en langue des oiseaux et d'écouter les rabbins et gnostiques, j'ai appris que cette carte représente Jésus-hostie pendant le culte gnostique et correspond à la lettre L de l'alphabet hébraïque. Elle symbolise le sacrilège commençant à être réalisé sur Jésus à ce moment. Le L et la carte du pendu correspondent à Malkout, la sephira de base de l'arbre de vie. Malkout est également la séphira de laquelle part "l'arbre de Mort" de la gnose, représentant Jésus et les vrais saints. 

Si j'ai bien compris, la lettre L est la période du processus alchimique qui correspond à l'oeuvre au noir. Je dois encore étudier le sujet et je ferai ensuite un article approfondi.


La vraie culture

Quittons à présent la poubelle maçonnique "culturelle" et recherchons, avec l'aide de Dieu, quelle est la vraie culture. Comment savoir ce qu'est la vraie culture ? 

La définition du don de Science va nous aider :

"La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu."

La culture qui est la bonne est donc celle qui élève l'âme pour la conduire à Dieu. Tout ce qui conduit à Dieu par de bons moyens vertueux est bon. Il faut donc que la culture ne tente pas de faire des péchés et ne détourne pas de la vérité, il faut qu'elle donne à l'âme des aspirations de pureté, d'amour du beau, du vrai, du bien. Tout ce qui mène à l'erreur ou au péché est donc à fuir. 


Conclusion

Aller écouter des dissertations faussement savantes sur un occultiste mène au péché. Il faut donc fuir le séminaire organisé par Mgr Williamson, s'il décide de le maintenir sur ce thème. Son ami Dr White nous paraît suspect. Il vaudrait mieux que cet homme s'éloigne définitivement de la Résistance. En effet, il est difficile d'imaginer que l'on est innocent et ignorant à ce point, à son degré d'érudition. Il ne faut pas avoir fait de grandes études pour savoir qu'Eliot est sulfureux. C'est d'autant plus suspect que White a préparé une étude de la vie du poète. L'appartenance d'Eliot à la Golden Dawn et aux Children of the Sun n'est pas très connue, mais ses liens avec l'occultisme le sont. Ses liens avec Ezra Pound le sont encore plus. Tout le monde sait que c'est Ezra Pound qui a mis Eliot sur le devant de la scène littéraire. Et les liens d'Ezra Pound avec l'occultisme ne sont pas secrets. De nombreux livres ont été publiés à ce sujet.



Notes :

(1) D'autres temples de la Golden Dawn furent construits à Bradford (temple d'Horus), à Edimbourg (temple de Amon-Ra) et en 1894 à Paris (temple d'Ahatoor). La Société comprenait trois Ordres et onze degrés : le premier appelé « Golden Dawn in the Outer » (= à l'Extérieur), le cercle le moins ésotérique, le plus extérieur, articulé en cinq grades inférieurs ; le second Ordre « de la Rose Rouge et de la Croix d'Or » avec trois grades intermédiaires, tandis que le troisième ordre était réservé aux Chefs Secrets avec les trois grades de Magister Templi, Magus et Ipsissimus. Le nom de la Golden Dawn s'accompagnait toujours de son équivalent juif « Chebreth Zerech aur Bokher » tandis que le symbolisme se référait à celui en usage chez les Égyptiens, les Grecs, a mythologie hindoue et, naturellement, la Cabale juive. De plus, dans la Golden Dawn, comme dans le Martinisme, les véritables chefs étaient considérés être les Supérieurs Inconnus, « des êtres invisibles qui, sans corps physique, transmettent cependant des pouvoirs à leurs adeptes ». (voir note 1 suite de cet article, correspondant à la note 352 du livre d'Epiphanius)


La Golden Dawn entretenait d'étroits rapports avec la « Stella matutina », une des sociétés lucifériennes les plus fermées, cénacle restreint de mages à leur tour liés à la Société théosophique. Parmi les personnages éminents de la Golden Dawn, une place à part est occupée par Samuel Liddell Mathers (1854-1918), alias comte de Gleustroë, alias Mac Gregor Mathers. Très versé en sciences occultes, il fut théosophe et membre du cercle intérieur de l'« Ordo Templis Orientis » (O.T.O.) (353) [...] Mathers vivait à Paris avec sa femme Moina, une médium, sœur du juif Henri Bergson, le philosophe des modernistes, premier président du Comité de Coopération Intellectuelle de Paris (une section de la Société des Nations), préfiguration de l'U.N.E.S.C.O. En 1900 ce fut toujours Mathers qui initia à Paris le plus fameux mage noir du siècle, le martiniste Edward Alexander (« Aleister ») Crowley (1875-1947), évêque de l'Église Gnostique et haut dignitaire du rite égyptien de Memphis-Misraïm ; quoi qu'il en soit, peu après, une profonde et inguérissable fracture se produisit entre Mathers et Crowley [...] Crowley était farouchement anti-chrétien et aimait se définir, selon le texte de l'apocalypse, « La Grande Bête », signant ses écrits du nombre de l'Antéchrist, le 666 (v.J. Symonds, « La Grande Bestia », Roma, éd. Méditerranée, 1972.)." (fin de la citation complémentaire sur la Golden Dawn)


Note 1 suite : notes n°352 et 353 du livre se rapportant à l'extrait cité ci-dessus :

352. Jean-Pierre Bayard (maçon français), « Les francs-juges de la Saint-Vehme », éd. A. Michel, 1971 , p. 162.

353.Tout comme le juif Ignaz Thimotei Trebitsch-Lincoln (Budapest 1879-Shanghai 1943?) aventurier précurseur du nazisme ; comme Sean Mac Bride, fondateur, le jour de la Très Sainte Trinité de 1961, d'Amnesty International, comme Franz Hartmann, spiritiste de la Société Théosophique, le fondateur de l'Antroposophie Rudolf Steiner, Rudolf Hess, etc. Selon Gerson (pseudonyme du martiniste Pierre Mariel) l'O.T.O., ou Fraternitas Hermetica Luciferiana (voir « Daimon », périodique de culture néo-païenne, Pérouse, 1990), ce n'est que le stade préparatoire, propédeutique à la sorcellerie
initiatique (op. cit., p. 128). 

Il faut rappeler qu'à cette époque l'O.T.O. agissait en relation étroite avec le juif américain Harry Spencer Lewis, fondateur en 1900 de l'Antiquus Misticus Ordo Rosae Crucis (A.M.O.R.C.), société intensément engagée sur la voie de l'instauration d'un gouvernement mondial, dirigée de nos jours par le fils de Lewis, Ralph, et dont le siège principal est à San José de Californie. Cette société aurait aujourd'hui un million d'adhérents (cf. A. Charles Puech , op. cit.. p. 611). La loi suprême de l'O.T.O., loi que la Golden Dawn a faite sienne, était la proclamation de l'émancipation absolue de Dieu : « Fais ce que tu veux » (littéralement : Fais-le), le Do it que l'on peut voir affiché dans les lieux les plus divers, combiné au signe de l'outarde (voir p. 37 de ce livre). L'explication est contenue dans le Liber legis ou Livre de la Loi ; Pierre Mariel rapporte (op. cit., pp. 62-3) des extraits très éloquents « d'une sorte de catéchisme ad usum fratrum de l'O.T.O. ». 

En voici quelques extraits :

« Nous ne voulons pas fonder une nouvelle religion, mais nous voulons balayer les ruines que le christianisme a accumulées sur le vieux monde, afin que la religion antique de la Nature reprenne à nouveau ses droits. [...]. Nous constituons une communauté d'êtres sexuellement libres. Ce message pourra être victorieux seulement quand, dès l'âge le plus tendre, on inculquera aux jeunes tous les principes de la nouvelle morale. [...]"

note 2 correspondant à la note n°350 du livre : Cf. Henri-Charles Puech, op. cit., p. 604 ; selon Gerson, op. cit., p. 128, la Golden Dawn serait fille d'une autre association : la très secrète Hermetic Brotherhood of Light dont - selon lui - Abraham Lincoln aurait aussi fait partie.

note 3 correspondant au n°351 du livre : « Droga S.p.A. », cit., p. 402.

note 4 correspondant au n°361 du livre : Voir sur ce sujet « L'ascesa del nazismo e lo sterminio degli ebrei » (La montée du nazisme et l'extermination des juifs) de Paolo Taufer et Carlo Alberto Agnoli, éd. Civilita, Brescia, 1988, via G. Galilei, 121 ; Giorgio Galli, « Hitler e il nazismo magico », éd. Rizzoli, Milan, 1989.

note 4 bis correspondant au n° 362 du livre : Cf. Martin Green, « Children of the Sun : a Narrative of Décadence in England after 1918 », New York Basic Books Inc., 1976. La secte comptait parmi ses initiés Thomas S. Eliot, W.H. Anden, Oswald Mosley et D.H. Lawrence, amant homosexuel d'Aldous Huxley.

note 5 correspondant au n°363 du livre : I. Regardie, « The Golden Dawn », St. Paul Llewellyn Publications, 1994. La devise de Regardie était « Ad Majorem Adonai Gloriam ».


(6) Pour davantage de détails sur Helena Blavatsky et la théosophie, voici ce que dit la note n°82 de Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 58 et 59 : "Maria Montessori fut fondatrice de la méthode didactique qui porte son nom et qui fut propagée par la Société Théosophique de Helena Petrovna Blavatsky, société à laquelle Maria Montessori appartenait. (cf. René Guénon, Il Theosophismo, éditions Arktos, 1987, vol.II, p.281). La Société Théosophique est une société illuministe fondée en 1875 par une occultiste russe, Helena Petrovna Blavatsky, société dans laquelle, sous le prétexte d'une connaissance universelle et exclusive, les thèmes lucifériens ne sont pas marginaux. Il suffit de penser que l'objectif déclaré de la Société était "d'effacer le Christianisme de la face de la terre... de chasser Dieu des Cieux." (cf. René Guénon, op. cit, vol I, p.13 et passim) en arrivant même à nier l'historicité de Jésus-Christ.

p.173 du même livre, on apprend que Rudolf Steiner le célèbre pédagogue, était le chef de la Société Théosophique en Allemagne et qu'en 1902, il a fondé une revue qui s'appelait Lucifer. En 1904, le titre de la revue est devenu Lucifer-Gnosis.


(7) Sur René Guénon : Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 504, note n°1050 : "René Guénon, versé dans les études de mathématiques et de philosophie, arrivé très précocement au 33e degré du Rite écossais et au 90e degré du Rite de Memphis-Misraïm (v. "Revue du Grand Orient de France", n° de janv.-fev. et sept.-oct. 1909, pp. 48, 137 et 196), auditeur de l'Ecole Hermétiste du mage Papus, fondateur à Paris d'un rite templier (v. Gastone Ventura, "Tutti gli uomini del Martinismo", ed. Anator, 1978, p.70), consacré évêque gnostique du martinisme sous le nom de Palingenius (v. Marie-France James, op. cit, p. 104. Très curieusement Palingenius fait fait référence à la renaissance du monde, après sa destruction, à un nouvel âge ; Re-né signifie "né de nouveau"), créateur de la revue "La gnose", il acquit la réputation de codificateur de l'ésotérisme doctrinal moderne. Pour en savoir plus sur cet auteur, cf. "René Génon : Quelle tradition ?" dans "Actes du 6e Congrès d'Etudes catholiques", Rimini, La Tradition Catholique, 1998."