mercredi 1 juin 2016

Danger de mon étude - Remède : confiance en Dieu, étude et prudence, charité et prière.



Nous ne sommes qu'à l'Eglise de Sardes et non de Laodicée. Nous ne sommes donc pas très proches de la fin du monde. Cependant, nous avons vu qu'il y a des similitudes entre notre actuelle Eglise de Sardes et celle de Laodicée. Les conseils de Jésus concernant la fin du monde peuvent donc nous être d'une grande utilité. Voici l'avertissement que Jésus donne au chapitre 24 de saint Matthieu, versets 9-13 :

(...) et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de Mon nom. Alors aussi beaucoup seront scandalisés, et ils se trahiront et se haïront les uns les autres. Et de nombreux faux prophètes surgiront, et séduiront beaucoup de monde. Et parce que l’iniquité abondera, la charité d’un grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé.


Les justes, à l'heure où j'écris cet article, sont encore dans un état d'ignorance de l'iniquité du monde. Ils savent bien qu'il y a la franc-maçonnerie partout mais ils sont à cent lieues d'imaginer à quel point le mal est répandu. Quand mon étude sera publiée, ils verront l'ampleur du mal et seront horrifiés. Certains risquent alors de réagir par la panique, la haine ou le découragement. La charité risque de se refroidir. La gnose souhaite cela. Je montrerai un texte qui montre ses projets à ce sujet. 


La gnose répète qu'elle veut qu'on publie ses méfaits afin de mettre les justes en état de choc et de découragement intense et en entraîner le plus possible dans l'impureté, une fois que la langue symbolique sera connue. Nous devrons donc faire attention à ce que notre confiance et notre charité ne se refroidissent pas et nous devrons garder une bonne vie de prière pour résister aux tentations d'impureté. Il y a un réel danger. 


Nous ne devrons pas partir non plus dans un activisme débridé, encadré par les gnostiques hypocrites qui veulent et vont se précipiter pour récupérer la réaction qui va se produire. Nous devrons prier, étudier, et nous jeter avec confiance dans les bras de Jésus, pas dans les bras du premier hypocrite venu.


Mais alors, ne vaudrait-il mieux ne pas publier cette étude, étant donné les dégâts qu'elle risque de produire et que la gnose attend qu'elle produise ? 
J'ai réfléchi à cela et je pense qu'étant donné les faits, c'est un devoir grave de tout révéler de façon exhaustive, malgré le danger pour les âmes. Elles seront encore plus en danger si je ne dis rien. Je crois sincèrement que Dieu veut révéler tout ce qui se passe, même s'il se trouve que cela correspond avec les désirs de la gnose. La vérité et la charité le demandent. La gnose est trop sûre d'elle-même et de sa supériorité numérique. 

J'ai rencontré beaucoup d'obstacles indépendants de ma volonté ces derniers temps et donc il va falloir encore patienter un peu plus que ce que je souhaitais, pour que cette étude soit publiée. Je veux maintenir ce blog en attendant, pour préparer le terrain, tant du côté gnostique que du côté des justes. 

Voici des extraits du chapitre 41 d'Isaïe qui peuvent nous aider. Nous pouvons les appliquer en partie aux circonstances actuelles :

Dieu parle :
Que les îles se taisent devant moi, et que les peuples renouvellent leur force ; qu’ils s’approchent, et qu’ensuite ils parlent ; allons entrons ensemble devant en jugement. Qui a fait sortir le juste de l’orient, et qui l’a appelé pour le suivre ? Il lui livrera les nations, et il lui soumettra les rois ; il les donnera à son glaive comme de la poussière, et à son arc comme la paille que le vent emporte. Il les poursuivra, il passera en paix, la trace de ses pas ne paraîtra pas. Qui a fait et opéré ces choses ? Qui appelle les générations dès le commencement ? Moi, le Seigneur, moi qui suis le premier et le dernier. 

La gnose s'opposant à Dieu

Les îles ont vu, et elles ont eu peur ; les extrémités de la terre ont été frappées de stupeur ; elles se sont approchées et elles sont venues. Ils s’entraideront l’un et l’autre, et chacun dira à son frère : Prends courage. L’ouvrier en airain, frappant du marteau, a encouragé celui qui forgeait alors, en disant : Cela est bon pour souder, et il a fixé l’idole avec des clous, pour qu’elle ne branlât pas. 

Les justes qui ne sont pas gnostiques, le saint pape

Mais toi, Israël, mon serviteur, Jacob que j’ai choisi, race de mon ami Abraham, je t’ai pris aux extrémités de la terre et je t’ai appelé d’un pays lointain, et je t’ai dit : Tu es mon serviteur, je t’ai choisi, et je ne t’ai pas rejeté. Ne crains pas, car je suis avec toi ; ne te détourne pas, car je suis ton Dieu ; je t’ai fortifié, je t’ai secouru, et la droite de mon juste t’a soutenu. 

Église de Philadelphie

Tous ceux qui te combattent seront confondus et rougiront de honte, et ceux qui te contredisent seront réduits au néant et périront. Tu les chercheras, ces hommes qui s’opposaient à toi, et tu ne les trouveras plus ; ceux qui te faisaient la guerre seront comme s’ils n’étaient pas, et disparaîtront. Car je suis le Seigneur ton Dieu, qui te prend par la main, et qui te dit : Ne crains pas, c’est moi qui t’aide. Ne crains pas, vermisseau de Jacob, ni vous qui êtes morts d’Israël ; c’est moi qui viens te secourir, dit le Seigneur, et le saint d’Israël est ton rédempteur. Je t’ai posé comme un char neuf à triturer le blé, garni de pointes et de scies ; tu écraseras et briseras les montagnes, et tu réduiras les collines en poussière. Tu les vanneras, et le vent les emportera, et la tempête les dissipera ; mais toi, tu te réjouiras dans le Seigneur, et tu trouveras tes délices dans le saint d’Israël. Les pauvres et les indigents cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai ; moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. "