jeudi 4 février 2016

L'argument gnostique du consensus -- L'arme anti-magie la plus efficace -- Les seules armes possibles contre la gnose







Nous étudierons peu à peu certaines des stratégies de l'ennemi gnostique et avec l'aide de Jésus, nous rechercherons à chaque fois la meilleure riposte, non pour le plaisir d'écraser l'ennemi, mais pour sauver le maximum d'âmes, dont celles des gnostiques.


L'argument du consensus

Certains des gnostiques actuels fondent leur certitude d'être dans la bonne voie sur l'argument du nombre : nous sommes l'écrasante majorité, nous tenons tout. Vous les catholiques, vous êtes seuls, isolés, très peu nombreux. Non seulement cet argument conforte les gnostiques dans leur position mais ils l'utilisent aussi de façon répétée pour tenter de nous décourager. 


Voici la réponse que l'on peut faire :


Le nombre n'a jamais fait la vérité. 

Cela doit nous être complètement égal d'être isolés, du moment que nous avons la vérité. Au Calvaire, très peu de personnes sont restées fidèles à Jésus. Il y avait Marie, saint Jean, sainte Marie-Madeleine, Salomé, Marie de Cléophas et le bon larron qui s'est converti. Ils avaient Rome et Jérusalem contre eux. Jésus a pourtant sauvé des milliards d'âmes le jour où il a souffert une hostilité à peu près universelle et où il a éprouvé un sentiment d'abandon de la part de son Père. (L'abandon de son Père était apparent bien sûr, mais Jésus est mort sans consolation). Si les chrétiens sont de plus en plus isolés à présent et s'ils se sentent parfois abandonnés, c'est bon signe. C'est le signe que la victoire de la Résurrection approche (Pâques n'est pas éloignée du Vendredi Saint). Jésus leur fait l'honneur de lui ressembler dans sa Passion pour les associer dans un premier temps à son oeuvre rédemptrice puis ensuite à sa Résurrection. Plus nous aurons souffert avec Jésus, plus nous lui gagnerons des âmes que nous aurons la joie de servir au ciel avec lui. Je vous le dis en vérité,(...) il les fera mettre à table et passera pour les servir. (Luc XII, 37)


Ce n'est donc pas le moment de désespérer 



Nous ne devons pas croire que Dieu nous a réellement abandonné, même si apparemment il le fait. Ce n'est qu'une apparence, une épreuve passagère. Dieu ne nous a pas abandonnés. Mais l'ennemi attend que nous le croyions. Quand on étudie les tactiques révolutionnaires de la gnose, on voit que l'une de ses armes favorites est d'essayer de déstabiliser et démobiliser les chrétiens en suscitant chez eux un sentiment de découragement, voire de désespoir. Lucifer et ses adeptes veulent nous briser ainsi. Ne tombons donc pas dans ce piège mensonger. C'est au contraire le moment de remercier Jésus de la grâce d'être au Calvaire avec lui. Il faut profiter de cette grâce insigne et supplier Dieu le Père, en union avec Jésus pour le salut de l'humanité. 



Il faut aussi supplier saint Pierre 

Il faut le supplier de nous protéger de trahir par orgueil, en nous croyant très forts et meilleurs que les autres. Saint Pierre a renié Jésus parce qu'il ne s'est pas assez défié de ses propres forces et parce qu'il ne s'est pas assez confié en Jésus. Demandons-lui de ne pas tomber dans le piège où il est tombé. Les chrétiens refusant la gnose ne sont pas meilleurs que les autres. Ils ne sont pas non plus les plus forts, au plan naturel. (Au plan surnaturel, par contre, ils sont les plus forts). Ils ont seulement reçu une grande grâce sans aucun mérite de leur part. Ils doivent remercier Dieu de cet honneur en reconnaissant qu'ils ne le méritent pas. Et puisqu'ils ne le méritent pas, ils doivent sans cesse intercéder pour la conversion de ceux qui n'ont pas encore eu cette grâce, particulièrement les gnostiques, en leur appliquant les mérites de la Passion de Jésus, afin d'obtenir leur conversion au vrai Dieu.


Evaluer la situation et choisir

Quand bien même un seul être humain devrait affirmer la vérité contre le monde entier, il ne faudrait pas qu'il hésite ou qu'il craigne. Il devrait faire son devoir et rester confiant. Quelqu'un défendant la vérité n'est jamais seul. Jésus est avec lui. 

Que vaut-il mieux ? Être seul et avoir Dieu avec soi ou bien être soutenu par le monde entier et les démons ? Les gnostiques préfèrent le soutien passager du monde et du diable. Les vrais chrétiens qui refusent la gnose préfèrent Jésus. Ce sont eux qui ont raison.


Jésus est toujours avec ceux qui veulent lui obéir

Il les voit, il les entend, il les aime infiniment, il dirige les événements. Il peut faire ce qu'il veut. Il sait ce qui est le meilleur pour sauver les âmes. S'il nous fait partager parfois le sentiment d'abandon qu'il a lui-même éprouvé au jardin des oliviers et sur la croix, nous devons avoir confiance que ce n'est qu'une épreuve passagère qu'il permet pour nous unir davantage à lui et sauver davantage d'âmes. Nous devons lui dire que nous savons très bien qu'il nous regarde avec amour et qu'il est près de nous au moment même où nous lui parlons, même s'il veut éprouver momentanément notre foi et que nous ne le sentons pas.


Utiliser la désolation

Nous devons profiter de cette désolation pour offrir cette épreuve afin que les gnostiques qui discutent sans cesse avec les démons et pratiquent la magie aient la force de renoncer à cette ambiance de surnaturel malsain dans laquelle ils baignent continuellement. Qu'ils aient la force de couper les communications avec les esprits, même si c'est fascinant et même s'ils risquent des représailles. Une âme en état de grâce ne doit rien craindre.


La meilleure des armes 

Il est très revigorant d'utiliser le mal qui nous fait souffrir pour le transformer en grâce guérissant le mal correspondant chez ceux qu'on aime. Par exemple : Mon Dieu, je suis tenté d'angoisse. J'offre cette tentation de ne pas vous faire confiance pour que des gnostiques aient le courage de surmonter leur angoisse des représailles quand ils souhaiteront se convertir. Il y a certaines épreuves qui ne peuvent être surmontées que par l'amour. Jésus ne permet pas d'épreuve au-dessus de nos forces et  il nous permet toujours de vaincre nos épreuves par l'amour théologal. 

La véritable charité est l'arme de ceux qui aiment Jésus. C'est une arme inaccessible aux gnostiques. Ils en parlent tout le temps, en lui donnant une signification impure, mais en réalité, ils ne savent pas ce qu'est la vraie charité(1). Ils ne savent pas ce qu'est le véritable amour car une personne qui vit sans cesse dans l'impureté et le mensonge n'a pas accès à la charité divine. La véritable charité divine enseignée par Jésus, saint Jean et saint Paul est notre arme. Elles est accessible à tous ceux qui se détournent du péché pour suivre Jésus. A l'inverse des gnostiques, les chrétiens n'ont pas d'arme secrète. Ils en ont une connue de tous : la charité. C'est cette arme qui va bientôt conquérir le monde entier. 


Contre la gnose, seule une arme surnaturelle est possible et efficace

Les gnostiques utilisent une arme surnaturelle : la magie impure. Nous devons répondre à cette arme démoniaque par une arme supérieure en force, une arme divine. Notre arme est la charité théologale. C'est l'anti-magie, c'est l'arme la plus efficace du vrai chrétien. 


Ne pas tomber dans le piège de la politique

Nous ne sauverons pas le monde en créant un parti politique. Les gnostiques aimeraient que nous fassions cela, afin de pouvoir nous noyauter facilement une énième fois. Si nous faisions cela, notre parti serait immédiatement infiltré et son leader écarté ou assassiné... sauf s'il était gnostique. L'éventualité du parti politique anti-gnostique est déjà prévue depuis longtemps par la gnose. Elle ne lui fait pas peur. Créer un parti serait le meilleur moyen de nous présenter pieds et poings liés à la gnose.

Nous ne sauverons pas non plus le monde en faisant la guerre ou un coup d'état avec des généraux ou des putschistes, parce que la gnose a également prévu depuis très longtemps cette éventualité. Chaque réaction a été prévue de façon à être récupérée et contrôlée par elle. Elle a toute une liste de fervents putschistes et de généraux gnostiques préparés pour mener la guerre ou le putsch et faire évoluer les événements dans un sens voulu et calculé à l'avance. 

Nous ne sauverons donc le monde que par des moyens surnaturels, parce que ce sont les seuls moyens que la gnose ne peut pas contrôler (à condition que nous n'offrions pas prise aux pièges du démon en tombant dans l'apparitionisme par exemple).

Jésus sauvera le monde par une intervention miraculeuse que nous devons attendre et en laquelle nous devons croire fermement. Elle est probablement décrite en partie dans le sixième sceau de l'Apocalypse correspondant à mon avis à l’événement qui permettra l'entrée dans l'Eglise de Philadelphie (voir cependant l'article Jésus est-il atteint de procrastination où sont exposés d'autres scénarios possibles, d'après l'Apocalypse. Il est possible que le saint Pape arrive un peu avant le sixième sceau). Une catastrophe naturelle mondiale est annoncée. Elle tuera la plupart des gnostiques qui auront refusé de se convertir(2). Il n'y a pas de moyen humain de sauver le monde car tout pays qui ne serait pas dirigé par un gnostique verrait son chef d'état immédiatement assassiné et/ou une guerre suscitée contre lui par le monde entier, sous un prétexte fallacieux. 

Nous devons hâter l'intervention de Jésus en pratiquant la charité, la plus grande des vertus, basée sur la foi catholique et soutenue par l'espérance (les trois vertus théologales). Les quatre vertus cardinales : la prudence, la force, la justice, la tempérance sont également nécessaires, ainsi que l'aide du Saint-Esprit. Mais ces vertus et cette aide du Saint-Esprit se résument facilement en une seule orientation de l'âme : vouloir faire la volonté de Jésus en toutes choses, dussions-nous en mourir, sans chercher de révélation particulière (sinon le démon s'y mettrait immédiatement), en nous contentant de nous servir de notre bon sens et de notre catéchisme.


L'unique "magie" chrétienne

La charité est notre "magie", l'unique et véritable "magie" chrétienne, à l'opposé de la magie gnostique. La charité n'est pas un sentiment. Elle est un acte de volonté qui consiste à vouloir aimer Dieu de toutes nos forces et à vouloir faire du bien à tous les hommes pour l'amour de Jésus
- Le meilleur bien que l'on puisse vouloir pour les hommes est qu'ils aillent au ciel avec Jésus qui est mort pour eux sur la croix. 
- Le meilleur bien qu'on puisse leur faire est de leur dire la vérité afin de les sauver. Ils ont également besoin que nous offrions nos épreuves pour leur conversion.


La charité sera la caractéristique de l'Eglise de Philadelphie

L'Eglise de Philadelphie, vers laquelle nous allons, s'appelle Philadelphie, c'est-à-dire : amour fraternel. La charité sera la caractéristique de la période future de notre histoire. Elle n'a aucun point commun avec la fausse charité gnostique. Elle est son antithèse. Pour accélérer l'avènement de cette période, nous devons déjà vivre le plus possible de la charité, vertu théologale. 


Notes :

(1) J'excepte cependant quelques gnostiques peu initiés d'une époque passée qui avaient l'ignorance invincible et ne pouvaient faire autrement que de croire en la gnose, étant donné leur milieu et l'impossibilité dans laquelle ils étaient de s'informer. Trompés sur la véritable nature de la gnose, ils ont cru à l'amour du prochain et ils l'ont vécu sincèrement. Il semble que certains ont vécu également purement. Je donnerai quelques noms plus tard. Si je ne me trompe pas et qu'ils vivaient véritablement ainsi, ils faisaient partie de ce que l'on appelle l'âme de l'Eglise et sont sauvés. Mais cette époque est à mon avis révolue. 

A présent, il me semble que tous les gnostiques savent que la gnose est coupable des guerres, de l'avortement, de nombreux crimes sexuels et de sacrifices humains. Tous les gnostiques actuels sont entraînés à l'impureté et un bon nombre est également entraîné à la cruauté. Je reviendrai sur cela plus tard en donnant des exemples concrets. Ces gnostiques ne peuvent pas faire partie de l'âme de l'Eglise et posséder l'amour théologal du prochain. Le moyen principal pour eux de se sauver est de réaliser que Lucifer leur a menti par de fausses révélations et qu'ils vont droit en enfer.


(2) Voici la description de cette catastrophe :
Apocalypse ch. VI, v. 12 à 17
Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang,
et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu'un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes.
Le ciel se retira comme un livre qu'on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places.
Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes.
Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau, car le grand jour de sa colère est venu et qui peut subsister?
Certains prennent ce sixième sceau dans un sens allégorique. Ce serait l'éclipse de l'Eglise catholique qui serait ce tremblement de terre. Il me semble qu'on ne peut pas interpréter ainsi le sixième sceau car il est marqué clairement dans le texte que tous les habitants de la terre croiront que la fin du monde est arrivée et essayeront de se cacher. 
C'est à mon avis l'ouverture de ce sixième sceau qui convertira une bonne partie des hommes. C'est par ce moyen que Dieu punira et purifiera l'humanité.