lundi 5 novembre 2018

CATÉCHISME CHRÉTIEN NON GNOSTIQUE ENSEIGNANT LA RELIGION PRÊCHÉE PAR JÉSUS ET LES APÔTRES - LEÇON 2



1. Êtes-vous chrétien/chrétienne ?

Oui, je suis chrétien/chrétienne.


2. Qu'est-ce qu'un chrétien ? / Qu'est-ce qu'une chrétienne ?

C'est une personne croyant et obéissant à la doctrine enseignée par le Jésus historique, celui qui est mort sur la croix il y a environ 2000 ans et dont l'image s'est imprimée miraculeusement sur le linceul de Turin, lors de sa Résurrection.




3. Pourquoi dites-vous "le Jésus historique" ?


Parce que l'Église catholique kabbaliste nomme Horus "Jésus", en langue des oiseaux.  "Jésus" signifie "Dieu sauve" et  la kabbale dit que Satan-Horus est le dieu qui la sauve. Je souhaite donc préciser que je ne parle pas d'Horus, mais de Jésus.


4. Qui est Horus ?


Horus est le nom de Satan en tant qu'il est considéré comme ayant pris des forces par le sacrilège des messes kabbalistes faussement chrétiennes. En alchimie, c'est le sang satanique isiaque, nommé "Précieux Sang" par la kabbale d'Église, après qu'on lui a mis une parcelle d'hostie dedans lors du Haec commixtio et que celle-ci a fini de fondre dans le calice. Horus s'appelle aussi en langue des oiseaux "l'oeuvre au rouge", "l'enfant", "l'orphelin", "la pierre philosophale", le "Christ", le "Christ-Roi". Il est symbolisé en littérature par un androgyne, un jeune garçon, une petite fille, une reine très puissante en cours de prise de pouvoir. Le jeune garçon est un symbole ambivalent et symbolise très souvent Jésus également C'est pour cela que parfois on préfère un symbolisme féminin isiaque, pour bien signifier qu'il s'agit de Satan, symbolisé par la féminité, en gnose, tandis que le principe masculin est attribué à Jahvé.  

Dans la mythologie égyptienne, Horus est le fils d'Isis et d'Osiris, appelé à régner à la place de Seth et de Râ vieillissant. Osiris, Seth et Râ sont des symboles de Jésus et Jahvé.

En langue des oiseaux d'Église, Horus est souvent appelé "Sacré-Cœur" et est représenté en tant que Sacré-Cœur.


Saint Suaire-Jésus versus Sacré-Coeur-Horus

Voici une petite anecdote authentique : un jour, une jeune chrétienne non gnostique et non initiée à la présence de la kabbale dans l'Église, avait décidé de consacrer sa famille à Jésus. Croyant innocemment que le Sacré-Cœur était Jésus, elle prend donc rendez-vous avec un prêtre pour consacrer sa famille au Sacré-Cœur car l'intronisation du Sacré-Cœur dans la famille nécessite la présence d'un prêtre, dans le cérémonial officiel de l'Église. N'ayant pas de statue ni d'image du Sacré-Cœur chez elle, elle avait décidé de remplacer la représentation du Sacré-Cœur par une grande photographie du négatif du visage de Jésus représenté sur le Saint Suaire. 

Elle s'était dit : une image du Sacré-Cœur est obligatoire pour cette cérémonie, mais le Sacré-Cœur étant Jésus, une image du Saint Suaire sera encore meilleure puisqu'il s'agit d'une photo réelle de Jésus et non d'une représentation saint-sulpicienne plus ou moins réussie. Le prêtre fut informé de cela à son arrivée au domicile pour la cérémonie. Il a refusé alors catégoriquement de faire la consécration devant le Saint Suaire. Il a exigé que la chrétienne achète d'abord une représentation du Sacré-Cœur. Cette chrétienne a été très étonnée du refus catégorique de ce prêtre et cela lui a fait sur le moment une impression désagréable. Elle s'est dit alors que le prêtre était vraiment tatillon car ce qui comptait, c'était Jésus, et non l'apparence sous laquelle il était représenté. Le prêtre n'a pas voulu consacrer au Sacré-Cœur sans image, même avec la promesse qu'on achèterait ensuite l'image. Il voulait d'abord l'image... Pourquoi ? 

Parce que le Saint Suaire représente le vrai Jésus que ce prêtre combat. Pour le prêtre, faire cette cérémonie devant l'image du visage de Jésus aurait été, me semble-t-il, contre sa conscience de prêtre car il aurait eu l'impression de consacrer des gens à "Satan", même avec un texte contenant des invocations au Sacré-Cœur. "Satan" est un des noms dont les prêtres nomment Jésus et son Père dans l'Église catholique faussement chrétienne.

Idée pour tester si son prêtre est kabbaliste.

Il y aurait un test à expérimenter, pour savoir si le prêtre est kabbaliste ou non : écrire un texte de consécration familiale à Jésus qui est sur le linceul de Turin et ensuite demander au prêtre de venir consacrer lui-même et la famille à Jésus dont le visage est imprimée sur le linceul. Je vais élaborer un texte et après j'inviterai ceux qui le veulent à tester leur prêtre en lui demandant de venir lire la consécration. Le texte de la consécration contiendra la consécration du prêtre également. Il faudra veiller à ce que le prêtre lise intégralement le texte au mot à mot comme je l'aurai rédigé, sinon, il peut tricher et le modifier en langue des oiseaux. Je crois que par ce biais, nous pourrions éliminer pas mal d'hypocrites qui refuseront de faire la consécration, bien qu'il faut savoir que certains kabbalistes sont prêts à simuler et à mentir effrontément sans aucun scrupules. Je ne suis pas certaine que cela marche, mais cela vaut la peine d'essayer.

5. Comment puis-je connaître la doctrine de Jésus ?


En lisant la Bible. Les textes de la Bible sont inspirés par Dieu. La doctrine de Jésus est dans l'Ancien et le Nouveau testament, sachant qu'il a modifié certaines sanctions et règles formelles de l'Ancien testament, en union avec la volonté de son Père. Il a refusé par exemple de condamner à mort la femme adultère, alors que dans l'ancienne loi elle l'aurait été. Dans les actes des Apôtres, il a dit à Saint Pierre lors d'une apparition précédant l'invitation du centurion Corneille, que l'on pouvait manger les aliments autrefois interdits.




6. Combien y a-t-il de sources à la révélation ? L'Église catholique enseigne qu'il y en a deux : l'écriture sainte et la tradition. Est-ce vrai, ou bien devons-nous croire uniquement comme les protestants qu'il n'y a qu'une seule source à la révélation, l'écriture sainte ?


La réponse doit être nuancée. Quand l'Eglise catholique kabbaliste gnostique dit qu'il y a deux sources à la Révélation, elle parle en langue des oiseaux




Premièrement, une source est un mot symbolisant Isis, en langue des oiseaux. Pour ma part, je n'emploie pas ce mot dans un sens isiaque.



Deuxièmement, le mot "Tradition", que l'Église catholique écrit souvent avec un grand T, signifie "la doctrine kabbaliste isiaque", la "Tradition primordiale" selon René Guénon, dans le langage kabbaliste crypté. La Tradition primordiale est le substrat commun de toutes les religions païennes antiques qui a été repris et adapté par la Kabbale. Cette tradition païenne, s'exprimant par des symboles, a été intégrée de façon maquillée et symbolique à la religion chrétienne non gnostique par les gnostiques qui ont infiltré l'Église. Celle-ci s'est retrouvée donc polluée par des rituels païens déguisés. Par exemple, la remontée de Proserpine de l'enfer est symbolisée par l'Assomption.



Chez les catholiques traditionalistes, fidèles à l'enseignement kabbaliste faussement chrétien antérieur à Vatican II, on enseigne que la Tradition est l'enseignement des Pères et Docteurs de l'Eglise. Or absolument tous les docteurs de l'Eglise sont gnostiques car les papes commencent seulement en 1295, sous l'Église de Thyatire, à proclamer Docteur des théologiens. Nous savons par l'Apocalypse que tous les papes de Thyatire sont kabbalistes, car Jésus leur reproche qu'ils laissent corrompre les fidèles par des théologiens enseignant la doctrine de Jézabel. 


Voici comment Jésus parle aux papes de la période de Thyatire (période de l'histoire de l'église durant environ de 1000 à 1500) :
Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ta bienfaisance, ta patience et ces dernières œuvres plus nombreuses que les premières.

Mais j'ai contre toi quelques griefs: c'est que tu laisses la femme Jézabel, se disant prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu'ils se livrent à l'impudicité et mangent des viandes immolées aux idoles. (Apocalypse II, 19-20)


Ces paroles de Jésus montrent que le Pape est conscient du mal qu'il laisse faire et donc est pro-kabbaliste ou kabbaliste lui-même. 

Les premiers Docteurs qui furent proclamés tels en 1295 par le pape Boniface VIII sont : Augustin (cf. lien et taper ctrl+F "Augustin"), Ambroise, Jérôme (cf. lien et taper ctrl+F et Jérôme"), Grégoire le Grand. 

Ces quatre Docteurs sont officiellement canonisés mais en fait sont gnostiques kabbalistes et parlent en langue des oiseaux. Grégoire Le Grand est le premier à avoir codifié pour le monde entier la messe kabbaliste sacrilège, nommée "alchimie" en langue des oiseaux. Ces quatre Docteurs sont aussi des Pères de l'Église, car tous les théologiens d'avant le VIIIe siècle sont nommés ainsi. 

Parmi les Pères de l'Église, il y a très probablement des non gnostiques, dans les tous premiers siècles, mais je dois encore vérifier pour chacun. 

Les Docteurs nommés par les papes suivants Boniface VIII sont également gnostiques, en particulier Thomas d'Aquin, kabbaliste, à la suite du fondateur de son ordre, Dominique (ctrl+F "dominique").


7. Pourquoi Jésus parle-t-il de Jézabel, dans ce texte de l'Apocalypse. Qu'est-ce que cela signifie ?

Jézabel signifie Isis, en symbolique chrétienne non gnostique de l'Apocalypse. C'est historiquement une méchante reine ayant assassiné de nombreux prophètes de Jahvé et fait assassiner Naboth pour lui voler sa vigne. Le prophète Élie a lutté contre elle et elle fut finalement vaincue et tuée par défenestration. 

Jésus, en parlant de Jézabel, a voulu signifier me semble-t-il que de même que cette reine tuait les prophètes et avait volé la vigne de Naboth, de même elle a volé à Dieu la consécration du vin en Jésus lors des messes, pour la transformer en consécration isiaque. 

Y a-t-il un parallèle à faire entre Jézabel qui tue les prophètes et la gnose isiaque moyenâgeuse ? 

Oui. La gnose moyenâgeuse a tué des chrétiens non gnostiques au Moyen Âge, via l'inquisition, en les traitant d'hérétiques, selon Anton Lavey. J'ai lu en particulier dans une recherche scientifique sur l'inquisition que si un chrétien affirmait qu'il fallait se faire rebaptiser et que son baptême n'était pas valide, il devenait hérétique et passible de mort. Si nous vivions au Moyen Âge, je serai donc actuellement morte, puisque j'affirme que le baptême actuel donné par l'Église catholique faussement chrétienne est un Baptême isiaque, qu'il a de très fortes chances d'être invalide, et qu'il faut se faire rebaptiser sous condition par un fidèle chrétien non gnostique, si on le peut. (Si on ne le peut pas, ce n'est pas grave, nous aurons le Baptême de désir.)

Chez les gnostiques, Jézabel est un symbole de l'Eglise chrétienne non gnostique, au même titre que l'appellation "synagogue" ou "synagogue de Satan", alors que chez Jésus, la synagogue de Satan est le terme par lequel il désigne la Kabbale judaïque. Une chrétienne non gnostique peut être également qualifiée de "Jézabel", en langue des oiseaux, pour mettre les gnostiques en garde contre elle.

L'Église catholique ne définit pas ce qu'est la Tradition, dans le catéchisme du Concile de Trente ni dans le catéchisme de "Saint" Pie X. Par contre, elle en parle longuement dans le catéchisme de l'Église catholique post-Vatican II. Ce catéchisme affirme, de même que les traditionalistes, que l'on peut tirer des dogmes nouveaux de la Tradition, si ceux-ci ne viennent pas contredire l'Écriture Sainte et sont implicitement contenus en elle. Les dogmes sont présentés non comme une nouveauté doctrinale mais comme l'explicitation d'une doctrine implicite. 

La fausse justification des faux dogmes par la "Tradition" kabbaliste catholique.

Ainsi sont justifiés par les traditionalistes et les conciliaires les dogmes kabbalistes faussement chrétiens ou à double sens de l'infaillibilité, de la Maternité divine (Théotokos signifiant non "maternité divine" mais "celle qui accouche de Dieu", ce qui pose un problème : voir lien précédent, ctrl F + theotokos), de l'Immaculée Conception, de l'Assomption, sachant que le dogme de la maternité divine est entièrement vrai  au plan exotérique si on le nuance en disant que la Vierge Marie historique est la mère de Dieu (Meter Theo) mais probablement pas "théotokos" (celle qui accouche de Dieu). 

Pour l'Assomption, il est probablement vrai au plan exotérique que la Vierge Marie historique est montée au ciel, même si ce dogme ne signifie pas cela en réalité dans l'esprit des gnostiques mais signifie la libération de Satan de l'enfer, symbolisée par la libération de Proserpine. 

Pour l'Immaculée Conception, si l'on interprète ce dogme dans le sens que Marie n'a pas eu de trace de péché sur son âme, c'est très probablement vrai. Cependant, étant donné que le terme "péché originel" signifie Jahvé en langue des oiseaux, je dois encore vérifier doctrinalement s'il est vrai que les hommes naissent tous avec la tâche du péché originel sur leur âme ou si cela signifie uniquement en langue des oiseaux qu'ils naissent avec une marque d'appartenance au vrai Dieu créateur, Jahvé, celui dont le Jésus du linceul de Turin dit qu'il est son Père. Les gnostiques catholiques hypocrites présentent en langue des oiseaux le Baptême comme une renonciation à Jahvé, que l'on chasse par exorcismes. La notion de "péché originel" en tant que tâche sur l'âme a été introduite, paraît-il, par le kabbaliste Augustin, évêque d'Hippone, Père et docteur de l'Église kabbaliste catholique. Je dois vérifier si c'est vrai ou non.

Tous ces dogmes ayant avant tout un sens ésotérique kabbaliste différent, il faut lutter contre. 

Pour l'infaillibilité, c'est un dogme faux. Voir ce lien (taper ctrl F et "infaillibilité"). 

Le catéchisme de l'Église catholique conciliaire a une définition plus large de la Tradition que les traditionalistes car il introduit le terme de "Tradition vivante", c'est-à-dire évolutive. "Vie", "Vita" est également un nom désignant Isis, en langue des oiseaux. "Dieu vivant" est actuellement un terme de langue des oiseaux signifiant Satan-Isis-Horus, le dieu kabbaliste. 

La notion conciliaire de "Tradition vivante"

L'Église conciliaire, tout en promettant de le pas s'éloigner de la doctrine kabbaliste ante-Vatican II, s'en éloigne en pratique dans un sens plus ouvertement anti-chrétien, grâce à la notion de "vie" accolée la Tradition. Cela donne une plus grande latitude d'interprétation de la doctrine aux autorités vaticanes. Le but étant d'arracher de plus en plus ce qui reste d'apparence de chrétienté à l'Église catholique, la kabbale a inventé ce concept, tandis que les traditionalistes bien initiés font semblant de s'en offusquer, tout en l'approuvant secrètement. 

La kabbale catholique traditionnelle est en partie (sur le plan doctrinal) un exemple de pseudo réaction conservatrice, pour couper à l'avance des réactions de véritables chrétiens qui ne pourraient être bien contrôlées par elle et pour rassurer et donner une échappatoire aux gnostiques à l'esprit christique peu initiés. Sur le plan liturgique, la réaction catholique traditionnelle me semble sincère en bonne partie, car de nombreux kabbalistes satanistes officiels affirment que la messe tridentine est une alchimie bien plus puissante au plan "théurgique" (c'est-à-dire au plan de l'efficacité en sorcellerie) que la messe conciliaire.


Conclusion :  

La Révélation est close à la mort du dernier apôtre : saint Jean. Nous ne pouvons pas connaître avec certitude les enseignements oraux  des apôtres car ils ont été déformés depuis Constantin par les kabbalistes qui ont infiltré l'Église. Je pense donc que l'on peut dire sans hérésie qu'il y a une seule source de la Révélation, l'Écriture Sainte. Cependant, cela ne doit pas ouvrir au libre examen protestant. Nous ne pouvons en prendre à notre aise avec les écritures, en les interprétant comme nous le voulons et en nous inventant de nouveaux dogmes. Nous devons absolument rester fidèles à la doctrine des apôtres en la prenant dans son ensemble. 

Il n'est donc par exemple pas permis de prendre uniquement des citations de l'épîtres aux Romains, pour prétendre que nous pouvons aller au ciel par la foi sans les œuvres. Nous devons également prendre l'épître de Saint Jacques qui affirme que les œuvres de bienfaisance sont indispensables. Il est d'ailleurs possible que nous devions comprendre la querelle de la foi sans les œuvres comme une expression de langue des oiseaux signifiant autre chose. Je dois encore étudier.

Généralement, la bonne façon d'interpréter la Bible nous a été transmise par la kabbale catholique hypocrite, si nous gardons l'aspect exotérique de la majorité de ses enseignements ante-Vatican II et que nous faisons abstraction du message ésotérique de ceux-ci. Mais en  faire une source de la révélation au même titre que la Bible, qui est un livre inspiré, est impossible, puisque c'est un double langage kabbaliste. Il est possible que nous puissions parler de tradition concernant certains Pères de l'Église non gnostiques. Mais ils se contentent de reprendre la Bible le plus souvent et il est certain qu'ils n'ont pas le droit d'inventer quoi que ce soit par rapport à la doctrine énoncée dans l'Écriture Sainte. Chacune de leurs affirmations doit être étayée par l'Écriture ou l'histoire apostolique, des écrits apostoliques, sinon elle ne vaut rien.

Concrètement, l'interprétation de la Bible est plus souvent qu'on ne le croit  littérale et quand il y a des symboles, soit ils sont assez accessibles et évidents, soit nous devons suspendre notre jugement, si nous ne les comprenons pas. Pour toute personne non gnostique de bonne volonté, la Bible est donc une bonne boussole, si nous la considérons dans son ensemble et non en prenant un ou deux versets hors contexte. Elle suffit largement à savoir ce que nous devons faire pour nous sauver. Bien sûr, nous ne devons pas prendre à la lettre les paroles de Jésus disant : si ton œil est une occasion de péché, arrache-le et jette le loin de toi, sinon nous serions tous aveugles, de même pour nos membres. Si tous les chrétiens avaient été borgnes ou manchots, nous le saurions.  Il est donc évident que cette phrase soit être prise au sens figuré. Jésus signifie par ces mots qu'il faut renoncer aux occasions de péché et c'est l'enseignement exotérique de l'Église catholique kabbaliste qui nous l'explique. Il est d'ailleurs possible, quand nous voyons des citations de ce genre, qu'elles aient été mal traduites volontairement pour faire des messages en langue des oiseaux. Le Saint Pape nous donnera une bonne traduction de la Bible, avec l'aide des Juifs qui se convertiront lors du 6e sceau. Nous retrouverons la traduction originelle des Septante et nous nous aiderons des manuscrits hébreux non gnostiques de Qûmran. 

Concrètement, n'inventons rien de nouveau par rapport aux enseignements de l'Écriture Sainte et attendons le Saint Pape de Philadelphie


La conception de Tradition vivante ou évolutive est erronée. S'il existe des textes authentiques écrits par les Apôtres, autres que ceux contenus dans la Bible, alors ils font partie de la Révélation. ll est possible qu'il y en ait quelques-uns, par exemple une partie de la Didache. Mais le problème de la Didache est qu'elle semble avoir été remaniée de façon kabbaliste dans les siècles qui ont suivi.  Certains savants affirment son remaniement et se disputent à son sujet. Il vaut mieux donc ne pas en tenir compte pour l'instant. Concernant l'Eucharistie, elle n'est pas fiable et contient une formule invalide de consécration. Les gnostiques la commentent en langue des oiseaux en disant que c'est une conception kabbaliste de la messe. Restons-en donc au canon actuel de la Bible. Seul le Saint Pape aura le droit et le pouvoir de le modifier. Les dogmes énoncés plus haut seront annulés et condamnés par le Saint Pape de Philadelphie.









lundi 29 octobre 2018

CATÉCHISME CHRÉTIEN NON GNOSTIQUE ENSEIGNANT LA RELIGION PRÊCHÉE PAR JÉSUS ET LES APÔTRES - LEÇON 1


Cette image représente Jésus en train de ressusciter car les marques blanches dessinant le visage sont un négatif photographique correspondant à la brûlure du tissu par le corps de Jésus devenu brûlant et brillant comme le soleil au moment de la Résurrection. Les gnostiques appellent ce phénomène " le flash de la Résurrection" car Jésus est comparé à un flash, en langue des oiseaux. Cependant, cette métaphore est très exacte scientifiquement et exprime bien ce qui s'est passé au moment du retour à la vie de son corps glorieux. Cette image est la preuve de la divinité de Jésus puisque les études de la NASA prouvent sa Résurrection. Elle nous a été donnée par Jésus pour fortifier notre foi en cette période historique de l'Église de Sardes, où les vrais chrétiens non gnostiques sont un petit reste sur le point de mourir, avant la résurrection de l'Église non gnostique à la période de l'Église Philadelphie.


Les marques blanches en forme de gouttes ou de coulure sont du sang. Les traits transversaux sont des marques de brûlure du tissu qui a traversé un incendie.

Ce catéchisme sera rédigé sous la forme de questions et de réponses, comme les catéchismes gnostiques franc-maçons ou kabbalistes de tous bords, car cette façon de rédiger facilite la lecture, la compréhension et l'apprentissage. 



1. Pourquoi écrivez-vous un catéchisme de la religion chrétienne non gnostique ? Cela ne fait-il pas double emploi avec le catéchisme de Saint Pie X ou le catéchisme du Concile de Trente ?

Le pape Pie X n'était pas saint : c'était un pape gnostique. Pie V, qui régna juste après le Concile de Trente,  n'était pas non plus saint. C'était également un pape gnostique. 

Le catéchisme du Concile de Trente, rédigé sur l'ordre de Pie V, et le catéchisme dit "de Saint Pie X" enseignent la doctrine gnostique kabbaliste catholique faussement chrétienne en langue des oiseauxLe catéchisme de l'Église catholique est rédigé en langue des oiseaux depuis des siècles. 

Il faut donc réécrire un catéchisme non gnostique qui dévoile l'hypocrisie kabbaliste catholique et rétablisse la vraie doctrine chrétienne.



2. Qu'est-ce que la langue des oiseaux ?

La langue des oiseaux est la langue symbolique inventée par la kabbale pour cacher sa doctrine et ses sacrilèges aux yeux des non initiés et permettre aux initiés d'en parler de façon déguisée devant ceux qui ne sont pas initiés. 



3. Comment se fait-il que les catéchismes officiels de l'Église catholique sont rédigés par la kabbale depuis des siècles ?

La kabbale a tenté d'infiltrer sans succès l'Église chrétienne non gnostique au temps des apôtres. Ils en parlent dans les épîtres. Ensuite, voyant son insuccès, la gnose kabbaliste a tenté d'éliminer les chrétiens par dix persécutions sanglantes, au temps des Romains. 

A partir de 313, voyant que l'on n'arrivait pas à éliminer les chrétiens par les persécutions, l'empereur Constantin a décidé d'organiser l'infiltration de l'Église chrétienne avec une nouvelle stratégie plus subtile: il fallait que des gnostiques prêchent apparemment la vraie doctrine et mènent une vie sainte, contrairement aux gnostiques du temps des apôtres qui prêchaient une fausse doctrine et vivaient mal. Le but était de remplacer ainsi peu à peu les papes et les évêques chrétiens par une hiérarchie gnostique hypocrite qui ordonnerait des prêtres gnostiques. Par cette ruse, Constantin décidé de vaincre l'Église chrétienne que l'on ne pouvait vaincre par les persécutions. Ce plan d'infiltration a entièrement réussi.



4. La véritable église chrétienne non gnostique a-t-elle disparu ? Jésus a-t-il échoué ?

Non, l'église chrétienne non gnostique n'a pas totalement disparu. La foi chrétienne non gnostique subsiste dans quelques fidèles non initiés à la gnose. Ils sont actuellement "le reste sur le point de mourir" mais pas mort, décrit dans le texte de l'Église de Sardes (Apoc. III). 

Il n'y a probablement pas de prêtre ni d'évêque non gnostique. Mais cela ne doit pas nous troubler. En effet, dans les descriptions des différentes époques de l'Église, aux chapitres II et III de l'Apocalypse, Jésus parle de l'infiltration kabbaliste gnostique lorsqu'il aborde les églises de Pergame (église n°3), Thyatire (église n°4) et Sardes (église n°5). Nous sommes actuellement dans la période de Sardes, très probablement dans la 2e moitié de celle-ci. 

La période de l'Église d'Ephèse (église n°1) correspond aux temps apostoliques et la période de l'Église de Smyrne (église n°2) correspond aux dix persécutions au temps des Romains. 

Il y a 7 églises en tout avant le Règne millénaire des élus ressuscités avec Jésus (ch.20 Apocalypse). Nous allons vers la plus sainte et la plus glorieuse des périodes de l'histoire de l'Eglise précédant le règne millénaire: l'église de Philadelphie (église n°6). La période de l'Eglise de Philadelphie sera une résurrection de l'église non gnostique avec un Saint Pape non gnostique. Cette période précédera l'arrivée de l'Antéchrist en église n°7, nommée église de Laodicée.



5. En quoi consiste le langage symbolique de la kabbale ?

La langue des oiseaux ou langage symbolique de la kabbale consiste principalement en des paroles à double sens : 

- le sens exotérique officiel, accessible au profane 
et 
- le sens ésotérique (c'est-à-dire caché) officieux qui délivre une signification très différente, souvent opposée à la signification officielle. 

Les gnostiques n'adhèrent pas au sens officiel exotérique car il ne correspond pas à leur pensée. Ils ne s'attachent qu'au sens ésotérique (caché) de la langue des oiseaux. 

Par exemple, lorsqu'un prêtre vous dit : "Marie est votre mère très aimante", le sens exotérique est : "Marie, mère historique de Jésus, est votre mère très aimante". C'est le sens auquel adhèrent les non initiés et c'est vrai au plan doctrinal, mais la majorité gnostique traduit mentalement ces propos et comprend : "Isis est votre mère très aimante" (ce qui est faux car Isis hait les âmes et veut les attirer en enfer éternel). Le sens officiel : "Marie, mère historique de Jésus, est votre mère très aimante" est rejeté par la kabbale catholique qui hait la vraie Marie et ne la représente que très rarement. Lorsqu'elle la représente, c'est de façon blasphématoire, combattue et vaincue par Isis.

Le langage symbolique de la kabbale comporte aussi de nombreux symboles visuels (blasons, logos, dispositions d'objets sur des photos, choix de certains vêtements, certaines couleurs, certaines particularités physiques -- ex : la boiterie et les cheveux roux chez un homme symbolisent Jésus ou Jahvé--, positions et gestes du corps, particulièrement des mains, dont les gnostiques usent abondamment). 

Des connaissances mythologiques sont également indispensables pour comprendre la kabbale.



6. Pourquoi la langue de la kabbale s'appelle-t-elle la langue des oiseaux ?

Le kabbaliste franc-maçon René Guénon enseigne au chapitre 7 du livre Symboles de la science sacrée que le mot "oiseau" est un autre mot pour désigner un "ange" en cette même langue. Un "ange", pour un gnostique, est la même chose qu'un démon pour un chrétien non gnostique. La langue des oiseaux est donc une appellation symbolique kabbaliste gnostique désignant la langue des démons.



7. Pourquoi la langue des oiseaux est-elle mauvaise ?

La langue des oiseaux est mauvaise car les gnostiques utilisent la langue des oiseaux pour blasphémer Dieu et se moquer des chrétiens, voire parler de leur mise à mort. Les gnostiques sont divisés sur le sujet. Les gnostiques à l'esprit christique peu initiés veulent protéger les chrétiens et les très initiés veulent les éliminer. 

Les gnostiques utilisent également la langue des oiseaux pour se vanter de leurs crimes. Un prêtre traditionnel s'est ainsi vanté de sa pédophilie dans des sermons publiés sur internet. Il sait qu'il peut le faire impunément puisque la langue des oiseaux n'a pas de dictionnaires écrits en langue non cryptée. Cette langue doit donc être officiellement dévoilée et traduite pour empêcher certains criminels de se vanter de leurs crimes impunément.

La langue des oiseaux est mauvaise car elle instaure le principe du mensonge et coupe la société en deux, entre les initiés et ceux qui ne le sont pas. Elle trompe gravement les personnes non initiées. Ces personnes sont souvent nommées de noms peu flatteurs. L'un des surnoms les plus gentils est "indiens" ou parfois "tomate", bien que ce dernier terme serve aussi à qualifier les gnostiques gentils et naïfs ayant l'esprit christique. Jésus est parfois symbolisé par un chef indien ou une tomate. J'ai entendu  des réflexions de langue des oiseaux disant que la plupart des non initiés habitaient à la campagne. Pour ma part, j'ai également l'impression qu'il y a davantage de femmes non initiées que d'hommes. A confirmer.  

Dans l'Eglise catholique, la langue des oiseaux a pour conséquence que les chrétiens non gnostiques :
- se confient à la direction spirituelle de prêtres gnostiques adorant Satan, 
- se marient à leur insu avec des gnostiques satanistes qui essayent d'initier secrètement leurs enfants à la gnose, 
- confient leurs enfants à l'école, en pension ou en camp à des gnostiques sans le savoir et que par ce biais, leurs enfants sont parfois initiés à la gnose et au mensonge vis-à-vis d'eux sans qu'ils le sachent, 
- participent à des messes sacrilèges et des sacrements sataniques sans le savoir, 
- donnent de leur temps et de leur l'argent (denier du culte, dons) à des satanistes sans le savoir 
- parfois, vont jusqu'à donner leur vie à la gnose sans le savoir, s'il rentrent dans un couvent. 

Cet état de fait est un scandale très grave qui dure depuis des siècles. Les chrétiens, à qui l'on a imposé cela sont la catégorie de la population mondiale qui a de fait le moins de droits car on leur a volé à leur insu les sacrements, leur vie, leurs enfants, leur droit à avoir un conjoint qui pense comme eux et aime ce qu'ils aiment, le droit à avoir un échange de confiance avec leur conjoint. 

On leur a même volé le droit à connaître la terrible vérité et s'ils la découvrent par eux-mêmes, on les discrédite auprès de leur entourage en les faisant passer pour des déséquilibrés, on les menace et l'on tente même parfois de les enfermer à l'hôpital psychiatrique, avec la complicité de certains médecins, en les faisant passer pour des fous atteints de "délire paranoïaque" et de "délire interprétatif". 



8. Que faire contre les mensonges des gnostiques ?

Il faut étudier de façon détaillée la langue des oiseaux pour que cesse cet état des choses, en rédigeant un dictionnaire suffisamment bien fait et probant pour qu'il n'y ait rien à répliquer. C'est un des buts de ce blog. Pour expliquer de façon probante la langue des oiseaux, il faut apprendre l'hébreu dont elle est principalement issue et étudier la Bible kabbaliste massorétique. C'est ce à quoi je m'emploie. 

Mais dénoncer ne suffit pas. Il faut construire. Il est donc nécessaire d'avoir un catéchisme non gnostique pour garder la doctrine et de créer, dans quelque temps, une structure chrétienne non gnostique officielle, séparée de l'Église catholique tant que celle-ci n'est pas convertie avec le Saint Pape de Philadelphie. Je créerai cette structure dans quelques années, lorsque je publierai mon livre. Nous n'aurons probablement pas de prêtres mais nous pourrons nous donner le Baptême, prier ensemble, nous marier religieusement devant Dieu. Pour le Baptême et le Mariage, le prêtre n'est pas nécessaire à la validité du sacrement. Les mariages ne seront valides que s'ils sont faits entre non gnostiques ayant une intention droite de fidélité et l'intention de faire la volonté du vrai Dieu non gnostique.

Si jamais un prêtre arrivait, il serait soigneusement étudié, devrait donner des preuves de sa conversion en dénonçant de façon détaillée et savante la gnose. Par mesure de précaution, il n'aurait jamais aucune fonction de commandement ou de direction spirituelle  et devrait se plier à un nouveau rite que je dois encore élaborer, dans le but d'empêcher les messes sacrilèges. Pour élaborer ce nouveau rite, il faut étudier les rites des trois premiers siècles, enlever la langue des oiseaux latine mais garder le latin pour faire un rite utilisable de façon unifiée internationalement, remettre les paroles de la consécration originelle qui sont dans la Bible, séparer les deux consécrations en mettant la consécration du pain et la communion des fidèles au début de la messe et la consécration du vin et la 2e communion du prêtre à la fin de la messe, après que la présence réelle de l'hostie a disparu du corps de celui-ci, afin que s'il arrivait à consacrer le sang en une substance satanique, comme c'est souvent le cas actuellement, celle-ci ne puisse se mélanger avec l'hostie à laquelle il aura communié précédemment. 

Jésus a séparé les deux consécrations à la Cène en mettant la consécration du vin à la fin du repas et la consécration du pain beaucoup plus tôt. Il faut interdire le mélange de toute parcelle d'hostie au sang, car Jésus ne l'a pas fait. Ce mélange est une invention de la kabbale. L'alchimie kabbaliste consiste dans le mélange sacrilège de Jésus-hostie avec Isis-Satan- vin consacré. Il faudra filmer le prêtre qui officiera face au peuple durant toute la cérémonie pour empêcher le moindre mélange.

Il faut cependant avoir toujours en tête que l'Église catholique détient la succession apostolique, nécessaire pour avoir des sacrements non gnostiques valides. Il est certain qu'un jour l'un de ses membres se convertira et sacrera un ou des évêque(s) non gnostique(s) et qu'un jour, soit cet évêque converti, soit l'un des évêques sacrés par lui sera le Saint Pape de l'époque dite "de Philadelphie". L'Église catholique quittera certainement à cette période l'appellation de "catholique" qui signifie "universel" donc "gnostique" en langue des oiseaux. Elle redeviendra l'Église chrétienne, nom auquel elle n'aurait jamais dû renoncer.


9. Ce catéchisme sera-t-il parfois rédigé en langue des oiseaux ?

Je ne connais la langue des oiseaux que depuis un peu plus de trois ans et je l'étudie lentement. Par conséquent, étant encore néophyte en ce domaine, je vais sûrement émailler ce catéchisme d'expressions de langue des oiseaux sans le savoir. Ce sera fait à mon insu et je demande au lecteur de ne pas en tenir compte. Ne tenez compte que du sens officiel exotérique, accessible à tous les lecteurs non initiés à la gnose. Je modifierai sûrement ce catéchisme au fur et à mesure que je découvrirai de nouvelles notions de langue des oiseaux et de kabbale, afin qu'il soit le plus parfait possible sur la forme et au plan théologique.

jeudi 27 septembre 2018

QUI EST LE G.A.D.L.U DE LA FRANC-MACONNERIE ?


Pour écrire cet article, j'ai consulté de nombreux écrits maçonniques tous plus relativistes, flous, hypocrites et cryptés les uns que les autres. Tout d'abord G.A.D.L.U signifie Grand Architecte de l'Univers. C'est le nom du Dieu des francs-maçons qui commencent souvent leurs réunions en disant qu'ils la font à la gloire du Grand Architecte de l'Univers. J'ai sélectionné la couverture de ce magazine pour répondre à cette question car elle est rédigée en langue des oiseaux et donne la réponse

- "Mais" signifie en effet la déesse Maya-Isis et le mois de Mai la représentant. 

- "Qui" signifie également Isis. Ce mot se dit "Mi" en hébreu et symbolise Satan-Isis, parce que dans la Genèse massorétique, la première fois que ce mot est employé, c'est pour parler du serpent tentateur : "qui t'as appris que tu es nu ?"

- le jaune doré symbolise également l'or philosophal, Horus, nommé "Hor" en égyptien, mot qui signifie "cœur", d'où le terme de Sacré-Coeur employé par la hiérarchie catholique gnostique pour désigner Horus en langue des oiseaux kabbaliste. La langue des oiseaux procédant par assonances, "Hor" donne "Or" et ce métal symbolise souvent Horus ou Isis, qui est également nommée la Dorée. Le célèbre livre "La légende dorée", signifie la légende gnostique, Isis étant également nommée "légende" en langue des oiseaux, du latin legenda "devant être lu".



- le compas, symbole de Jahvé, par opposition à l'équerre, symbole isiaque, transperce le D de l'adjectif "grand", car la lettre Daleth en hébreu (D) est le plus souvent attribuée à Jésus surnommé "dédé" ou comparé à un dé à jouer. Dans le sketch blasphématoire "pizza 12", tant apprécié des catholiques traditionalistes gnostiques, un clochard, nommé dédé, met la pizza à réchauffer dans son pantalon et elle ressort avec les champignons (mycoses) de dédé, prête à la livraison. C'est un symbole phallique blasphématoire de Jésus-hostie, assimilé à Attis soi-disant castré par la déesse Cybèle-Isis. Ces catholiques "traditionnels" vont communier régulièrement, vous imaginez dans quelles dispositions. Je n'aimerais pas être à leur place au moment du jugement.



- Le compas transperce également le "e" du mot "de". Nous avons déjà étudié que le "e" symbolisait Jésus, en langue des oiseaux, et que certains auteurs écrivant officiellement dans cette langue, comme Georges Perec, par exemple, se sont amusés à écrire des livres sans cette lettre pour signifier que Jésus et son Père allaient disparaître (ce qui semble arriver mais il y aura une renaissance de l'Église  chrétienne non gnostique sous l'Église dite de Philadelphie).



- Le C, transpercé également, est une lettre ambivalente, signifiant à la fois Jésus ou Isis. Cela dépend du contexte. Je ferai un article sur chaque lettre de l'alphabet.



Le compas symbolise Jahvé qui est soi-disant utilisé contre lui-même. C'est une notion récurrente de la littérature gnostique qui croit nuire à Dieu-Jahvé en utilisant les sacrilèges qu'elle fait sur lui via les outrages aux hosties consacrées dans les messes kabbalistes de la voie sèche (messes noires) et de la voie humide (messe du dimanche BCBG). Ces deux voies sont les deux voies de l'alchimie kabbaliste, qui n'est autre que la science du sacrilège. Les kabbalistes de tous bords se croient très malins.




Le GADLU est donc Satan, présenté mensongèrement comme étant le Grand Ordonnateur ou Architecte. Mais afin de brouiller les pistes,  car le mensonge serait trop grossier, la kabbale et la hiérarchie catholique kabbaliste font une distinction entre le GADLU et Isis-Satan, opposés à Jahvé. Ils disent que le GADLU, qui aime Satan et le favorise, est la Cause Première, qu'il s'est contracté (tsimsoum) et que de cette contraction le Yin-Isis-Satan et le Yang-Jahvé ont émergé. Le GADLU est celui dont le catéchisme catholique dit en langue des oiseaux qu'il est "créateur et maître de toutes choses". L'expression "toutes choses" signifie  tantôt à la fois Jahvé et Isis (Yin-Isis et Yang-Jahvé), en langue des oiseaux, tantôt uniquement Jahvé-Yang, cela dépend du contexte. Un article viendra.

La gnose dit ensuite que le GADLU a confié la création à Jahvé, symbolisé par le compas, mais qu'il a fait n'importe quoi parce qu'il est devenu trop orgueilleux. Elle dit : "Regardez comme les choses vont mal dans le monde. N'est-ce pas la preuve que Jahvé est dangereux ?" Elle omet de dire que le mal du monde est la punition du péché originel, dû à Satan-Isis-Yin, et elle oublie également de dire que les famine et les guerres actuelles sont toutes dues à la kabbale isiaque, à laquelle appartiennent tous les gouvernements, sans exception, sachant que parmi certains, il y a encore des gnostiques (très peu nombreux) croyant que la gnose est gentille, bonne et charitable et qui veulent l'être aussi. Parmi eux, Emmanuel Macron, Kristian Kern, ex-chancelier d'Autriche, mis à l'écart parce qu'il s'était allié avec Macron, et certains présidents africains ayant peu de pouvoir.


GADLU-GAÏA

"La maçonne", une dame franc-maçonne signant ses articles par l'expression "lilithement vôtre" est le site le moins hypocrite que j'ai trouvé au sujet du GADLU. Elle écrit, dans "Jamais sans mon GADLU"

"Je ne reviendrais pas sur les définitions déisme et théiste que vous retrouverez sur ce blog. Simplement, le GADLU – s’il a un sens mais uniquement dans ce cas – il ne l’a que si on croit à un « principe créateur » qui peut être le dieu des religions monothéiste, comme la grande Gaïa … En résumé, il ne peut convenir à un athée qui n’a point de « principe créateur » à part l’humanité (et cela aussi peut se discuter longuement, ce que je sais faire aussi)." (…) Un peu plus loin, elle dit "la GADLU" : "
Est-ce que la GADLU est nécessaire dans une démarche initiatique ? Naturellement, non. Pourquoi le serait-il ?" 

Commentaire 

Cette maçonne dit que le Dieu des grandes religions monothéistes est la Grande Gaïa. Or les grandes religions monothéistes sont le catholicisme, le protestantisme et l'Islam. Elle affirme donc que le Dieu de ces trois religions est un démon, Gaïa. Ce pourrait être un mensonge, mais c'est malheureusement vrai. Il faut cependant distinguer : la maçonne parle pour ceux qui sont initiés et pour les membres de la hiérarchie de ces trois religions. Concernant les fidèles, il existe encore dans chacune de ces trois religions une minorité non initiée qui ne sait pas cela. J'en faisais partie il y a un peu plus de trois ans. 

Nous devons donc distinguer entre la religion chrétienne non gnostique (religion enseignée par Jésus) et le catholicisme (kabbale déguisée en christianisme). 

Le protestantisme et l'Islam ont cette différence avec le catholicisme qu'ils ont une origine kabbaliste et satanique dès les pères fondateurs (Luther était rose-croix et Mahomet était en lien avec le diable et le culte de la déesse Allat). Le catholicisme au contraire est le résultat de l'infiltration lente de l'unique vraie religion chrétienne non gnostique qui subsiste encore dans une petite partie de ses fidèles.


Étudions à présent les mensonges de la déclaration de la Grande Loge de France, du 5 décembre 1955, concernant le GAGLU. Ce texte comporte des expressions de langue des oiseaux

La Déclaration commence ainsi :

I - La Grande Loge de France travaille à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.
Le premier principe de la Grande Loge de France

La GLDF explique longuement ce premier principe dans sa déclaration. Voici quelques citations intéressantes pour mieux comprendre la gnose :


"Mais la méthode maçonnique est évidente, elle suffit à définir son objet. 
Cette méthode est, en effet, symbolique, et l'exercice de la méthode symbolique procure l'expérience de la gnose. 
Or, l'acquisition de la gnose, c'est l'Initiation. 
Parce qu'elle recourt au symbolisme, la pédagogie maçonnique s'avère une mystagogie. 
Si la franc-maçonnerie est une société, cette société ressortit au genre initiatique. La franc-maçonnerie est un ordre."

Commentaire

Par ces mots, la franc-maçonnerie affirme :

1) son ésotérisme : elle n'enseigne pas directement mais par symboles. Elle affirme qu'il y a besoin d'une initiation. C'est donc une société reposant sur le secret et sur une doctrine qu'on ne donne pas ouvertement et clairement et tout à la fois, mais qui est délivrée au compte-gouttes et en la déguisant sous des symboles.

2) la mystagogie est une notion gnostique remontant aux cultes à mystères antiques dont se réclame la gnose kabbaliste. Il s'agit de l'initiation aux mystères et d'une expérience personnelle qu'il faut faire du surnaturel. L'Église catholique gnostique actuelle remet à la mode cette notion anti-chrétienne ésotérique. Dans "Sacramentum Caritatis", Benoît XVI a écrit, à propos de l' Eucharistie :



"À l'unanimité, les Pères synodaux ont indiqué, à ce sujet, la voie d'une catéchèse à caractère mystagogique, qui pousse les fidèles à entrer toujours mieux dans les mystères qui sont célébrés.[...]"

"[...] dans la tradition la plus antique de l'Église, le chemin de formation du chrétien, sans négliger l'intelligence organique du contenu de la foi, comportait toujours un caractère d'initiation où la rencontre vivante et persuasive avec le Christ, annoncé par des témoins authentiques, était déterminante. [...] "

"[...] le résultat final de la mystagogie est la conscience que sa propre existence est progressivement transformée par la célébration des saints Mystères.[...]"

"[...] l'iconographie religieuse doit être orientée vers la mystagogie sacramentelle." 


Voici une représentation gnostique kabbaliste du mystagogue, c'est-à-dire de l'initié introduisant le néophyte à l'intelligence des "mystères" du faux christianisme ésotérique.




"En tant que société, la franc-maçonnerie repose sur des lois.
En tant que société initiatique, ou ordre, la franc-maçonnerie ne pro­gresse, et n'accommode ses lois, que dans le respect actif, c'est-à-dire la continuité, de sa tradition (1).
Les lois de la franc-maçonnerie ne sauraient donc ignorer ou renver­ser les landmarks les plus certains, ses devoirs.
Or, les Old Charges implicitement, et les premières constitutions de la franc-maçonnerie spéculative explicitement, affirment que le bon maçon, le vrai maçon ne peut être athée.
La croyance en Dieu paraît donc d'obligation pour tout membre de la société dite franc-maçonnerie."

Commentaire 

Les francs-maçons bien initiés croient tous en Dieu et au diable, même s'ils se disent agnostiques ou athées. Certaines loges maçonniques autorisent à présent l'entrée des athées et les autorisent à ne pas croire dans leur for intérieur tout en participant extérieurement à des cérémonies faisant allusion au Grand Architecte, mais elles sont décriées par la majorité des autres loges et les vrais athées ne seront jamais sérieusement initiés. Être en même temps franc-maçon et athée n'a aucun sens et prouve qu'on n'a rien compris à la franc-maçonnerie.

En effet, un franc-maçon, c'est avant tout un serviteur d'Isis (c'est-à-dire Satan déguisé sous un visage féminin) et il se donne l'obligation de travailler contre Jahvé, présenté comme un monstre dangereux. La raison d'être de la franc-maçonnerie (branche de la kabbale), c'est d'instaurer le règne de Satan-Isis-Horus-Lilith sur la terre. Donc être franc-maçon et ne croire à rien, c'est ignorer le but premier de la franc-maçonnerie qui n'est pas du tout de faire des affaires.

Dans le texte cité de la déclaration, "Dieu" est le Grand Architecte et non Jahvé. Jahvé est appelé "diable", "démon" et "Satan" par la franc-maçonnerie. Pour entrer dans la franc-maçonnerie, il faut donc croire officiellement qu'il y a un Dieu au-dessus de Jahvé.


Ce que croient les vrais initiés

Concrètement, je suis persuadée que les hauts initiés ne croient pas en un Dieu au-dessus de Jahvé et savent très bien que le GADLU n'existe pas. Ils savent que Jahvé est Dieu, qu'il est la Cause première. Mais ils appellent Satan "Dieu" et l'assimilent au GADLU car ils espèrent pouvoir le mettre à la place de Jahvé grâce aux sacrilèges sur les hosties. 

Je trouve grotesque qu'un être humain intelligent puisse croire que lui, créature, puisse mettre en place un autre Dieu que son créateur, mais c'est l'aberration que croient sans exception tous les gnostiques. 

J'espère bien que certains, mieux disposés de que d'autres, comprendront un jour la folie de cette croyance... 


Faut-il vouloir un combat impossible ?

Je sais que certains gnostiques me rétorqueront, le regard inspiré et vibrant de passion, que le combat impossible, c'est la spécialité de la gnose et que rien n'est impossible avec de la persévérance et de la confiance en Isis. Ils sont très attachants, pour certains d'entre eux, car ils sont remplis de bonnes intentions, de courage, de bonté, et veulent supprimer l'enfer. Ils croient qu'Isis est amour. Ils sont trompés par ses mensonges et les consolations amoureuses et parfois très nobles qu'elle leur envoie.

Mais je leur rétorquerai que concrètement, le combat en apparence impossible, c'est celui des chrétiens non gnostiques qui ont contre eux tous les gouvernements, tous les responsables religieux, toutes les structures officielles qui sont toutes gangrenées par la gnose. Les vrais chrétiens non gnostiques ont contre eux le mensonge de plusieurs milliards de personnes qui font semblant de ne rien savoir et nient ce que je dénonce. 

Mais le problème n'est pas de faire assaut d'épicité, veine qui est largement exploitée par la gnose. Il y a des courageux dans les deux camps. Le problème est de savoir quel combat est juste et de s'y engager à fond. Le problème n'est pas un problème de courage, le problème est un problème de jugement. Nous devons servir la cause qui est juste et bonne. Le jugement sain pour juger de cela n'est possible que s'il est éclairé par la connaissance profonde et éclairée de la nature des deux entités rivales. 


Premier indice : regardons les adeptes des deux bords 

Si je regarde les adeptes des deux bords, je vois du côté gnostique des criminels, des pédophiles, des violeurs, des assassins, des menteurs, des gens qui ont fait des génocides et qui veulent en commettre d'autres. Je précise qu'il n'existe pas de prêtre non gnostique à ma connaissance. Je crois que tous les prêtres pédophiles sont des gnostiques. C'est en étudiant le langage crypté de plusieurs d'entre eux que j'ai découvert l'existence de la langue des oiseaux kabbaliste. Je vois également du côté gnostique des hommes bons qui ont l'esprit christique mais qui sont trompés par leurs supérieurs en gnose qui les méprisent.

Du côté des chrétiens, je vois des gens avec leurs misères, certes, mais qui veulent appliquer les dix commandements et l'amour du prochain et condamnent les crimes cités plus haut. Je ne vois pas une telle disparité. Je vois l'amour de la vérité, je ne vois pas d'hypocrisie.

Donc l'examen des adeptes m'encourage à penser que le camp de la justice est le camp de la religion chrétienne non gnostique.

Revenons à présent à la déclaration de la GLDF :

[ndlr : je mets en bleu les mots signifiant Isis ou Horus-Satan, en bleu italique, les mots signifiant "gnose" ou groupement gnostique, en marron les mots symbolisant Jahvé et en noir et en gras les mots dont je suis presque certaine qu'ils ont un sens ésotérique, mais que je ne sais pas encore décrypter.]

"Mais que signifie ici le mot « Dieu » ?


La Sainte Trinité et la Sainte Eglise


Pour les Old Charges, qui disent le droit d'une confrérie catholique, dont rien n'autorise à soupçonner l'orthodoxie« Dieu » est le Dieu de la Bible, Créateur et Providence.

Les Constitutions de 1722 exhortent encore, cinq ans après la fonda­tion de la Grande Loge de Londres, à honorer Dieu et la Sainte Eglise

« Grand Architecte de l'Univers » signifie donc ce Dieu-là, mais connote plus particulièrement la deuxième personne de la Sainte Trinité, le Fils qui est Verbe et par qui toutes choses ont été faites, de qui relève la Sagesse, Jésus-Christ qui fut hissé au pinacle du Temple saint. Une formule de serment, en usage chez les opératifs et passée çà et là dans la maçonnerie spéculative, s'ouvre avec cette formule d'ins­piration nicéenne : « Au nom du Grand Architecte de l'Univers, qui est Dieu »."

Commentaire


- La phrase "Mais que signifie ici le mot Dieu?" répond  en elle-même à la question, en langue des oiseaux car nous avons déjà étudié que les mots Mais (= déesse Maya, moi de mai, lettre M) et ici (= isi -Isis) signifiaient Isis, en langue des oiseaux. Cette phrase signifie donc en contexte que le vrai dieu des francs-maçons est Isis-Satan.

- La gnose, bien que sachant que c'est Jahvé qui a créé le monde, joue souvent à croire que c'est le GADLU et elle dit aux néophytes que c'est Jahvé-"toutes choses" qui a été fait par Dieu-GADLU. Mais cela, je suis certaine que beaucoup n'y croient pas du tout.

- Les mots "Providence", "Sainte Église" signifient Isis, en langue des oiseaux. Les mots "Verbe", "Jésus-Christ", signifient soit Horus, soit le vin isiaque dans le calice des messes sacrilèges de la voie humide alchimique. Le vin isiaque s'appellera "Verbe incarné", "Jésus-Christ" car c'est le démon que l'on peut palper, qui prend un état d'objet en plus de son état spirituel.

Déclaration de la grande loge de France (suite)


Continuons d'étudier ce texte maçonnique :

"Le déisme tactique de 1723.



Le Dieu d'Anderson et de Désaguliers n'est point autre, et ils le prêchent.



Mais dans la première édition des premières constitutions de la franc-maçonnerie spéculative, ils requièrent du maçon une croyance en Dieu si minimale qu'elle semble arrêtée et imposée soit par le déisme, soit par quelque tolérance œcuménique : indifférentisme religieux ou indifférentisme confessionnel (2).




Christ au Compas. Le Logos, Verbe-Raison-Vie, tire le plan du Monde qu’il inspire 

Référence : Bible moralisée, probablement rémoise, XIIP siècle.

Il s'agit en réalité d'une tactique de deux pasteurs antidéistes, pour décatholiciser la confrérie maçonnique et lui épargner d'être prise dans les luttes religieuses contemporaines; pour lutter en revanche contre l'athéisme forcené des Hell-fire clubs ; et, peut-être, pour faire franchir aux libertins un premier pas vers l'Evangile dont Anderson et Désaguliers n'ont jamais oublié qu'ils étaient les ministres."

Commentaire :


Ce texte est en langue des oiseaux. L'expression "Le Dieu d'Anderson et de Désaguliers n'est point autre" signifie : "le Dieu d'Anderson et de Désaguliers n'est pas Jahvé", le Dieu de la religion chrétienne non gnostique, le vrai Dieu. Le mot "autre" a un sens ambivalent, en langue des oiseaux et signifie tantôt Isis, tantôt Jahvé, mais le plus souvent il signifie Jahvé ou un chrétien non gnostique ou une personne non chrétienne non initiée à la gnose. Dans ce texte, il signifie "Jahvé". 

Voici un extrait du cnrtl en langue des oiseaux, expliquant à mots couverts le sens du mot "autre". Le cnrtl dit que c'est le contraire "du Même" avec un M majuscule, signifiant par ce moyen qu'il s'agit de Mem-M-Isis. Nous avons déjà étudié que la lettre hébraïque Mem symbolise Isis, en langue des oiseaux et que le mot "même" symbolise le démon satanique isiaque, en langue des oiseaux française :


"− PHILOS. Contraire du Même :
52. ... autrui, c'est l'autre, c'est-à-dire le moi qui n'est pas moi ... SartreL'Être et le Néant,1943, p. 285.

[ndlr : Nous avons étudié à maintes reprises que "moi" ou "ego" signifiait Jésus, ou Jahvé en langue des oiseaux". J'ai mis le 2e "moi" en bleu, couleur isiaque, car il s'agit du gnostique Sartre, dans le contexte et non de Jésus, symbolisé par la couleur orange.]

53. ... pendant son travail, l'esprit se porte et se reporte incessamment du Même à l'Autre; et modifie ce que produit son être le plus intérieur, par cette sensation particulière du jugement des tiers. ValéryIntrod. à la poét.,1938, p. 18.

− Vx. L'Autre
♦ Satan :
54. ... il prononça hardiment la formule bien connue : − Si tu es de Dieu, parle; si tu es de l'Autre, laisse-nous en paix. MériméeMosaïque,1833, p. 53.
55. Alors Satan (...) regarda les maisons des Frères. (...). − Parce que je suis l'Adversaire et parce que je suis l'Autre, je tenterai ces moines... A. FranceLe Puits de Sainte Claire,1895, p. 157."

Commentaire :
-"Paix" = Isis en langue des oiseaux. J'ai mis "moines" en bleu car il s'agit de gnostiques. Je ne connais pas de fondateur d'ordre non gnostique, même si je crois qu'il y a quelques moines non initiés  à la gnose, au sein des couvents. Bien évidemment, ils n'ont aucun poste de responsabilité.

- "Satan" est Jahvé en langue des oiseaux. Le démon isiaque aime à posséder et se fait passer pour Jahvé ou un ange de Jahvé afin de tromper les gnostiques peu initiés, en faisant croire que Jahvé est méchant et possède les corps. Satan-Isis-Horus joue à se chasser lui-même par le biais des prêtres exorcistes, quand il décide que le jeu a assez duré. La kabbale d'Église fait croire à ses fidèles que Jahvé possède les âmes alors que c'est le démon qu'elle adore qui fait cela et elle le sait. Comment peut-on avoir confiance dans les prêtres qui enseignent cela et dans les faux saints qui font semblant de chasser Jahvé tout en sachant que c'est Isis qu'ils s'amusent à chasser avec son accord, afin d'accréditer leur autorité morale et la pseudo-vertu de la gnose ? Je ne sais pas. Cela me dépasse. Ceux qui connaissent la vérité devraient se défier de la gnose et réaliser sa haine, sa fausseté, au lieu d'être son esclave.

Cette citation de Sartre signifie : "l'enfer, c'est la trinité chrétienne non gnostique." Les autres" mis la tête en bas signifie la volonté de sacrilège. Cela s'apparente au symbole du pendu du tarot, symbolisant la parcelle d'hostie suspendue au dessus du calice. Je maîtrise encore mal le point. D'après les sites de kabbale, le symbole du point est l'équivalent du 1. Le 1 me semble un symbole ambivalent symbolisant tantôt le GADLU-Kether, tantôt Jahvé-Hochmah, de même que le Aleph hébreu (lettre A).

Clip "l'enfer c'est les autres" :

Dans le clip de rap l'enfer c'est les autres, on voit un jeune noir symbolisant Jésus, qui rentre au domicile de son père, un noir brutal symbolisant Jahvé. Le jeune noir répète : "l'enfer c'est les autres". Le noir brutal-Jahvé se met en colère contre Jésus-jeune noir parce qu'il continue à fréquenter une belle noire sensuelle (symbole d'Isis, surnommée "celle qui est noire", "Mélanie" en langue des oiseaux. Isis est assimilée à l'épouse du Cantiques des cantiques qui dit : "je suis noire mais je suis belle", en langue des oiseaux d'Église). L'image de cette femme sensuelle est sur le tee-shirt du jeune noir, qui dit rentrer de l'école. "Les autres", c'est en fait le père. Le jeune noir Jésus est présenté comme une douce victime sans caractère, plus faible, qui se laisse faire. Les autres, c'est la Trinité non gnostique, symbolisée par le père irascible. Il y a beaucoup d'illogismes dans la symbolique gnostique : d'une part Jésus est intégré implicitement dans "les autres", d'autre part, il est présenté comme gentil et compréhensif, pas méchant, poltron, par rapport à son père.

Jésus est fréquemment assimilé à un écolier, en symbolique gnostique car il est appelé Osiris N., celui qui a besoin d'être initié aux mystères gnostiques du culte à mystères isiaque cybélien. La colère de Jahvé contre son Fils exprime en symbolique gnostique mensongère la soi-disant colère que Jahvé a contre Jésus parce qu'il subit les messes sacrilèges en se laissant faire. La gnose dit aux peu initiés que si Jésus ne réagit pas alors qu'il pourrait faire des miracles montrant sa colère, c'est qu'il prend goût à ses relations avec le démon et qu'il approuve secrètement ce culte sacrilège, tout en s'en défendant parfois officiellement. Jésus approuverait ce culte parce qu'il penserait soi-disant que son père a été trop sévère vis-à-vis de Satan en le condamnant à l'enfer éternel. D'innombrables clips, poèmes, chansons romans, véhiculent ce mensonge, car Jésus plaît encore à de nombreux gnostiques peu initiés. Il faut donc leur faire croire que Jésus approuve les messes sacrilèges, afin d'accréditer les sacrilèges par sa soi-disant approbation. Les vrais initiés savent que ce n'est pas vrai, que Jésus pense toujours comme son père et qu'ils s'aiment infiniment mutuellement.

Les relations du jeune noir-Jésus avec cette noire sensuelle symbolisent les relations de Jésus avec Isis lors des messes de la voie humide alchimique (messes tridentines ainsi que la plupart des messes conciliaires), lorsque la parcelle d'hostie-Jésus est mélangée au vin consacré au sang d'Isis-Satan. Le jeune noir-Jésus s'enfuit de chez son "méchant" père qui le poursuit mais le méchant père est tué au pistolet par une tierce personne blanche, dont on ne devine que la jeune et mince silhouette. Cette silhouette de jeune personne mince de race blanche symbolise Isis/Horus/Satan. Horus-Isis est représentée par la race blanche parfois, en opposition au noir Jahvé. 

La minceur, la jeunesse, l'aspect frêle symbolisent Satan qui est moins puissant que Jahvé. Le pistolet est un symbole sexuel phallique en langue des oiseaux (cf. le livre de Baudoin Burger sur la langue des oiseaux explique cela). Le pistolet symbolise le sacrilège fait sur les hosties, ici peut-être plutôt la messe noire ou voie sèche alchimique, puisque l'on voit que le culte de la voie humide est reproché à Jésus avec colère par le père qui reste encore puissant malgré ce culte. Il y a souvent l'idée dans la culture gnostique actuelle que les messes BCBG n’affaiblissent pas bien Jahvé et qu'il faut passer à la messe noire, qui est beaucoup plus radicale pour diminuer son pouvoir. Jésus-jeune noir voit la mort de son père par le coup de feu du pistolet et s'enfuit au loin. Jésus est souvent représenté comme un personnage qui s'estompe au loin, qui disparaît à la fin des histoires.
Cette femme symbolise Isis qui dit que Jahvé est infernal mais qui précise que si elle a la messe sacrilège (symbolisée par le café), alors "les autres" deviennent supportables.


Notez le A rouge, symbolisant Jahvé, dans ce contexte.


L'image de la Bible moralisée utilisée par les francs-maçons

Les francs-maçons disent unanimement que cette image d'une Bible du 13e siècle symbolise le GADLU, c'est-à-dire Satan. 
Une Bible moralisée est une Bible comprenant de nombreuses enluminures, illustrées chacune par une morale. "Morale" signifie "Isis" en langue des oiseaux. La morale de l'histoire, d'une fable est une leçon de soi-disant sagesse gnostique.

Dans cette image, le mot "morale" comporte le symbole féminin vénusien (Vénus = Isis en langue des oiseaux), signifiant ainsi que la morale est un nom d'Isis et exprime la doctrine isiaque, tandis que sur l'homme, symbolisant Jésus, apparaît le symbole masculin du dieu Mars ( le dieu Mars est un symbole de Jésus ou Jahvé en langue des oiseaux). La flèche pointée sur Jésus signifie la volonté de le tuer. "Révolution" signifie "gnose", "doctrine gnostique", "Isis", en langue des oiseaux.

Le mot "Evangile"
En langue des oiseaux d'Église, "l'Evangile" ou bonne nouvelle signifie Isis-Satan ou la doctrine kabbaliste faussement chrétienne.

Le mot "chrétien"
Les prêtres menteurs et la gnose en général emploient le mot "chrétien" dans le sens gnostique de "disciple d'Horus" car ils nomment Horus-Satan "Christ". Donc dans la bouche d'un gnostique, se dire "chrétien" signifie être disciple d'Horus-Satan-"Christ". Les gnostiques sont des gens qui vivent dans un mensonge permanent tout en disant qu'ils défendent la vérité (mot signifiant Isis en langue des oiseaux). Franchement, tant de mensonges devraient faire réfléchir les gnostiques de bonne volonté. Personnellement, il est évident pour moi que si le démon avance ainsi masqué, c'est qu'il n'est pas fiable. Les chrétiens non gnostiques sont trompés de façon scandaleuse par ces hypocrites. C'est très grave. Dénoncer la langue des oiseaux, c'est s'attaquer au mensonge gnostique à la racine. C'est démasquer le mensonge dans lequel le monde vit depuis 1700 ans. Les chrétiens non gnostiques doivent récupérer le terme de chrétien et le refuser aux gnostiques menteurs.


Le dieu franc-maçon, le GADLU est le même Dieu que celui de l'Église catholique


Je voudrais revenir à présent sur ces paroles : "Pour les Old Charges, qui disent le droit d'une confrérie catholique, dont rien n'autorise à soupçonner l'orthodoxie« Dieu » est le Dieu de la Bible, Créateur et Providence." 

Ces paroles affirment  que le dieu de la Franc-maçonnerie est le même que celui de l'Église catholique. Or la franc-maçonnerie adore Satan-Isis-Horus, celui que Jésus chassait des possédés il y a 2000 ans. Donc si l'affirmation de la franc-maçonnerie qu'elle a le même dieu que les catholiques est vraie, ce passage est une preuve que l'Église catholique adore Satan et non Jésus et Jahvé. Une des raisons d'être de ce blog est de prouver que c'est malheureusement vrai car l'Église chrétienne est infiltrée depuis Constantin. 

Par contre les francs-maçons mentent quand ils disent que le GADLU est le dieu de la Bible. Le Dieu qui a parlé à Moîse n'est pas le GADLU mais Jahvé, celui que la gnose appelle mensongèrement "Satan", le Père que Jésus (le vrai Jésus, celui qui est sur le Saint Suaire) nous a enseigné à prier.

Les vrais chrétiens ne doivent pas perdre courage ni la ferveur et l'amour. Il faut qu'ils continuent à prier, même s'ils ne peuvent recevoir les sacrements qu'on leur a volés. Les sacrements actuels sont devenus des rites sataniques ésotériques (cf. le christianisme ésotérique d'Annie Besant pdf (écrit en langue des oiseaux et parfois un peu difficile d'accès pour cette raison) et cet article), prétendant donner une fausse grâce démoniaque aux âmes. Il faut se soutenir avec la lecture de la Bible, en faisant abstraction de la langue des oiseaux. Les chrétiens peuvent survivre car aucune épreuve n'est au-dessus de leurs forces, Saint Paul nous l'assure. 

Nous sommes à la période de l'Apocalypse dite de l'Église de Sardes. Nous avons l'assurance que le Saint Pape non gnostique promis par Jésus au chapitre 3 de l'Apocalypse arrivera dans quelque temps, dans la période de l'Église de nommée "Église de Philadelphie", période qui sera marquée par les événements du 6e sceau de l'Apocalypse. Pour plus de détails, lire l'article sur les églises de Sardes, Philadelphie et Laodicée et tous les liens auxquels renvoie l'article.


L' origine du mot GADLU vient contredire la théologie même de la gnose

Le mot "gadlu" vient de la kabbale qui a choisi le verbe conjugué hébreu  גדלו  "gadlu" signifiant "ils ont grandi" ou "grandi" ou "adulte" pour signifier la notion de grand architecte. La racine de ce mot est le verbe  גדל "gadl", grandir. Or le verbe "grandir" exprime une évolution, le passage d'un état de petitesse et de faiblesse à un état de grandeur et de force.

Par ailleurs, sachant que nous pouvons prouver par la raison que Dieu est par essence immuable, nous pouvons en déduire que Dieu ne grandit pas. Il ne peut évoluer car l'évolution implique un changement, une altération ou une amélioration et si Dieu change, cela signifie qu'il n'est pas Dieu. 

Par conséquent, le choix même du verbe "grandir" par la kabbale pour signifier le dieu satanique maçonnique est donc un aveu : l'aveu que Satan-GADLU n'est pas préexistant, n'est pas tout-puissant, n'est pas dieu mais veut le devenir. Le choix de ce terme montre que ceux qui l'ont choisi ne croient pas à la préexistence toute-puissante du GADLU-Satan et qu'ils mentent à leurs ouailles, selon leur accoutumée, quand ils lui font croire que le GADLU serait un Dieu Tout-Puissant antérieur à Jahvé et son créateur.

De nombreux francs-maçons écrivent que le GADLU est Yahvé (avec un Y et non un J), le Dieu de la Bible. Il s'agit dans ce cas d'un mensonge en langue exotérique (officielle) et d'une affirmation en langue des oiseaux ésotérique, assimilant le diable Satan-Isis-Horus à "Yahvé", écrit dans ce cas : YAHWEH ou YAHVÉ. C'est pourquoi je prends toujours la précaution d'écrire JAHVÉ avec un J, lettre symbolisant Jésus et son Père en kabbale et jamais avec le Y, symbolisant Horus qui est symbolisé par cette lettre parce qu'il est censé unir en lui les deux voies de l'arbre de vie, représentées par les deux branches du Y.

La notion de GADLU a été initiée par l'Église catholique kabbaliste dès le 12e siècle, comme en témoignent de nombreuses enluminures dont la franc-maçonnerie se réclame.






Si vous êtes un chrétien non gnostique, il va falloir cesser de fréquenter l'Église catholique, traditionnelle ou conciliaire qui vous a menti et ment aux peuples depuis des siècles. Il faut garder la conviction que Jésus vaincra. Dans quelques années, quand j'aurai écrit mon livre, je sortirai de l'anonymat et proposerai une structure chrétienne non gnostique. 

J'enjoins à tous de se méfier de toute personne disant lutter contre la gnose et accréditée en même temps par des ecclésiastiques. Ce sont des menteurs. Ils seront punis et démasqués en leur temps. Les catholiques traditionalistes sont les champions de l'hypocrisie en la matière. Ils ne sont pas moins dangereux que les autres, au contraire. Ils sont souvent plus dangereux, car politiquement, ils sont souvent soit communistes soit néo-nazis, soit les deux. Je parle au niveau de ceux qui sont formés. Bien sûr, ils ne s'en vantent pas et se défendent de l'être. Il faut les observer de près, voir leurs lectures, leurs fréquentations, leurs mensonges historiques et leurs discours en langue des oiseaux, pour être fixés. 

Certains de leurs fidèles sont bien sûr innocents et sont, pour certains, des gnostiques à l'esprit christique très gentils et très peu initiés ou bien des chrétiens non gnostiques. J'ai été autrefois une chrétienne non gnostique faisant partie de leurs rangs, croyant naïvement combattre pour Jésus, alors que j'étais avec ses pires ennemis. Dieu a eu pitié de moi et m'a éclairée. Je l'en bénis, même si cette vérité est difficile à vivre au quotidien. Mieux vaut souffrir en connaissant la vérité que vivre à côté de la réalité sans comprendre ce qui se passe. Jésus nous aime et est Tout-Puissant et c'est également une réalité, une réalité qui doit nous soutenir.